Aller au contenu principal

Les éleveurs invités à produire un maximum d'agneaux.

Une journée portes ouvertes a réuni une soixantaine d'éleveurs ovins, jeudi 25 novembre dans l'Eure. Au menu de la journée, quelques rappels de principes fondamentaux pour améliorer son efficacité technico-économique et la visite d'un élevage performant.

A la journée portes ouvertes organisée par la Chambre d'agriculture de Normandie et Inn'ovin, jeudi 25 novembre à Notre-Dame-du-Hamel (27), Claire Douine, conseillère en productions ovines à la Cran, anime un atelier sur le tri des agneaux selon leur stade de finition.
A la journée portes ouvertes organisée par la Chambre d'agriculture de Normandie et Inn'ovin, jeudi 25 novembre à Notre-Dame-du-Hamel (27), Claire Douine, conseillère en productions ovines à la Cran, anime un atelier sur le tri des agneaux selon leur stade de finition.
© DR.

Les éleveurs ovins se réunissaient jeudi 25 novembre à Montreuil L'Argillé dans l'Eure pour une journée technique attendue, « c'est assez rare », salue un éleveur ornais venu spécialement du Perche.
Le matin, Laurent Solas, conseiller ovin à la Chambre d'agriculture de Saône-et-Loire, tient une conférence. Il met l'accent sur l'efficacité technico-économique ou comment « améliorer son revenu, précise le conseiller, pour ça, il faut produire un maximum d'agneaux ». Il axe ses conseils sur la maîtrise de la mortalité, l'optimisation de la gestation, le sevrage et la finition à l'herbe ou en bergerie. « Le message numéro un, c'est la bonne préparation à l'agnelage », souligne Laurent Solas. Il note qu'elle est « souvent négligée dans les élevages moins performants ». Il insiste sur la préparation des brebis, au moins quatre semaines avant, et les aménagements dans la bergerie : espace suffisant, possibilité d'alloter, case d'agnelage. Il recommande de posséder une pharmacie bien équipée et d'intervenir au moment adéquat pour aider à la mise bas.

 

Gagner du temps et du stress

Une bonne préparation des brebis à l'agnelage fait gagner du temps : « on a moins besoin d'aider à faire téter », cite le conseiller, c'est aussi moins de stress, « un agneau qui démarre bien, ça roule », soit moins de temps de travail. Au contraire, si la brebis n'est pas en état à l'agnelage, « on multiplie les problèmes ». Le conseiller déroule les actions de prévention à adopter pour améliorer la survie du nouveau-né et vante les mérites du colostrum, « l'assurance vie des agneaux » : riche en matière grasse, il apporte de l'énergie et des immunoglobines. « Un agneau doit téter 10 % de son poids de naissance en colostrum, dans les six heures qui suivent la mise bas ».

 

Une piqûre de rappel bienvenue

L'après-midi, dans la bergerie d'Isabelle et Fabrice Brosse, Laurent Solas met l'accent sur les soins à apporter aux agneaux à la naissance et présente la case d'agnelage, « pour assurer le lien brebis-agneau » et les « bons gestes » à prodiguer « pour que l'agneau démarre bien ». Il enseigne la façon de mesurer le taux de brix dans le colostrum avec le réfractomètre et alerte sur les quantités. « Pensez à bien peser les seaux, car cette année, les poids spécifiques sont mauvais », il recommande de ne pas se fier aux contenants et de repeser l'aliment à chaque fois, « y compris ceux du commerce qui n'ont pas toujours la même densité ». Côté éleveurs, les conseils reçus sont de bon aloi, « on rappelle la base, mais ça fait toujours du bien une piqûre de rappel », approuve Ansbert, éleveur en Seine-Maritime. Christelle, éleveuse euroise, apprécie le rappel de « grands principes », même si « chez moi, je fais au cas par cas ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Alexandre Lhermeroult et son père ont mis trois ans à sortir le bâtiment de terre.
La Ferme des Houlettes mise sur la vente directe.
Patrick et Alexandre Lhermeroult ont ouvert une boucherie-charcuterie pour garantir la qualité de la naissance à l'assiette.
"Je ne pars pas nostalgique, ce n'était pas mieux avant. Des problèmes, il y en a toujours eu, des solutions également", a conclu Alexandre Quillet.
À la CGB Eure : le combat syndical et scientifique continue.
"Stop aux distorsions de concurrence, à la concurrence déloyale et aux importations massives de sucre en provenance d'Ukraine".…
Une consommation de vin en baisse de 2,6 % par rapport à 2022.
Vin : production et consommation mondiales en baisse.
Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production et la consommation de vin…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole