Aller au contenu principal

Les défis de la filière cidricole.

Après trois mois difficiles, les producteurs de pommes à cidre continuent de se battre pour passer la crise et misent sur une reprise de la consommation cet été, et au-delà.

La relance de la consommation est indispensable pour les
producteurs de pommes à cidre.
La relance de la consommation est indispensable pour les
producteurs de pommes à cidre.
© PIXABAY

« Nous avons surtout besoin que la consommation reparte ». Que ce soit Thomas Pelletier, président de la fédération nationale des producteurs de fruits à cidre, ou Denis Gaillard, représentant syndical dans l’Eure, le constat est unanime. Sans consommation, les plans présentés par l’Etat ou la Région, ne serviront à rien. La filière cidricole normande a beaucoup souffert de la crise sanitaire, en accusant une baisse globale du chiffre d’affaires jusqu’à - 50 % au moment du confinement, revenu à - 30 % aujourd’hui. Et les producteurs craignent « une deuxième vague » en automne, d’où l’urgence de gérer les stocks.

La rencontre avec le ministre de l’Agriculture le 11 juin a confirmé une enveloppe de 5 millions d’euros pour pouvoir distiller 100 000 hectolitres et faire de la place dans les cuves, en lien avec les industriels. La profession demandait le double, ainsi qu’une aide à la destruction de 100 000 tonnes de pommes. Elle a par contre obtenu des exonérations de charges sociales - tout ou partie selon les dossiers - pour ceux dont la perte a dépassé les - 50 % et la possibilité de prêts de trésorerie garantis par l’Etat. Un autre rendez-vous a été fixé début juillet pour poursuivre les négociations.

 

LA PROMOTION DU CIDRE EN NORMANDIE

De son côté, Hervé Morin, président de la région Normandie, était vendredi dernier dans le Calvados pour apporter son soutien. Il propose « une vraie stratégie de promotion» en lien avec l’activité touristique. Pots d’accueil dans les campings, association avec le monde de la culture, organisation d’apéros normands, vente de paniers dans les hébergements sont des exemples d’animations qui pourraient être lancées cet été. Mais pas seulement. « Après août, on craint une baisse de consommation d’où l’idée d’attirer des touristes entre octobre et mars sur la côte, en proposant des week-ends avec visites d’unités de transformation, par exemple », détaille Denis Gaillard. Ce plan se déroulera en lien étoit avec la Maison cidricole de Normandie et l’Interprofession des appelations cidricoles (IDAC) pour encourager la vente et favoriser l’écoulement des stocks. Les échanges sont en cours avec le Comité régional de tourisme de Normandie. La communication reste le nerf de la guerre.« Nous étions pourtant bien partis, avec le salon Cidrexpo en février mais nous avons été coupés dans notre élan en mars. »

 

LE CIDRE, UN PRODUIT NOBLE

Pour Thomas Pelletier, les premiers à convaincre sont les agriculteurs. « Le cidre est un produit noble, au même titre que le vin. Si nous en sommes persuadés, alors le grand public suivra ». Les pommiers permettent de stocker du carbone, c’est un atout à valoriser. Repositionner et améliorer l’image du produit, c’est le défi qui attend les producteurs et c’est là-dessus qu’ils demandent à être aidés. « Une bouteille de cidre à deux euros alors qu’il y a un savoir-faire derrière, cela ne fait pas travailler l’imaginaire, cela ne créé pas d’envie », selon le professionnel. Les grandes surfaces devront évidemment jouer le jeu. « Nous avons déjà un partenariat avec Carrefour, j’y fais moi-même des animations qui fonctionnent », note Denis Gaillard, mais la Région pourrait aider à convaincre les autres acteurs de la grande distribution à bâtir une « politique dynamique commerciale sur juillet et août ». Denis Gaillard pense que la filière est «sauvée » mais regrette qu’il a fallut batailler ferme pour se faire entendre, car lorsque le gouvernement a présenté son plan pour aider la filière viticole, « notre filière cidre a été oubliée. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole