Aller au contenu principal

Les cultures dérobées pour ovins

La pratique du pâturage des terres cultivées par les ovins est très ancienne, probablement née avec l’agriculture, il y a 10 000 ans.

Faire pâturer des céréales avant la montaison, consommer les restes des végétaux et les adventices après récolte ou bien encore pâturer des plantes fourragères semées en intersaison, entre deux cultures principales, les exemples sont multiples.

 

UN PÂTURAGE UTILE DANS LES CHAMPS CULTIVÉS

Le mouton avait ainsi une fonction agronomique essentielle dans les cultures en nettoyant les parcelles, en restituant des crottins et en ayant un effet positif sur le sol par le piétinement. Souvent, le berger proposait ses prestations aux cultivateurs et excellait dans la conduite du troupeau dans des plaines ouvertes. Puis, les progrès de la mécanisation, de la fertilisation, l’agrandissement des exploitations et la raréfaction de la main d’oeuvre ont fait disparaître, ou du moins raréfier, ces pratiques pastorales. Aujourd’hui, l’enjeu est de parvenir à concilier les préoccupations agronomiques, zootechniques, environnementales et économiques.

 

INTRODUIRE LA OU LES BONNES ESPÈCES EN INTERCULTURES

Les intercultures peuvent contribuer à nourrir le troupeau, à faible coût, une partie importante de l’année. De plus, le risque de parasitisme est quasiment nul du fait que les animaux pâturent sur des parcelles cultivées saines. Pour les espèces pour lesquelles les ovins ne consomment que les feuilles, la plante peut continuer son rôle concernant d’autres aspects agronomiques tels que couverture de sol, limitation de l’érosion, effet des racines sur la structure du sol, absorption des nitrates. Au contraire, sans pâturage, l’enfouissement d’une quantité trop importante de matières végétales peut être préjudiciable en asphyxiant la vie du sol. Les animaux permettent de réduire la quantité de matière et produisent, par leurs déjections, un retour des matières fertilisantes inoculées avec les micro-organismes de la flore intestinale. Les ovins ont d’ailleurs la particularité de bien répartir leurs déjections sur la surface pâturée. Il est possible d’adopter de nombreuses espèces de plantes : au moins 25 ! Ces dernières peuvent être utilisées en espèce seule ou associées entre elles. Pour les choisir, il y a des questions simples à se poser :

- Où se situe la parcelle par rapport au corps de ferme ou à une prairie que les animaux connaissent ?

- A quelle date se libère la parcelle et donc quand va-t-il être possible de semer la culture dérobée ?

- Quand envisage-t-on d’exploiter le couvert ? (dès la fin d’été, en hiver, au printemps ou à plusieurs de ces périodes) ?

- Comment va-t-on exploiter le couvert ? (pâturage, affouragement, ensilage) ?

- Pour le pâturage : sera-t-il libre ou au fil ou au filet avancé chaque jour ?

- Comment envisage-t-on de détruire la plante ? (par labour, par destruction chimique, grâce au gel ou par l’exploitation du couvert) ?

- Y a-t-il d’autres objectifs que la production d’un fourrage pour des ovins ? (objectifs : agronomique, mellifère cynégétique, environnemental ou enfin pour la gestion de l’eau) ?

Il est donc essentiel de connaître les plantes utilisables, leurs contraintes climatiques, leur insertion dans la rotation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole