Aller au contenu principal

Les chèvres des fossés, en mal de femelles, concourent à Alençon.

Les chèvres des fossés ont leur concours au Salon tous paysans, à Alençon (61), samedi 13 novembre 2021. Mathias Clémence, secrétaire de l'association de sauvegarde et de protection, raconte une race sur la pente ascendante et attachante.

Cinq couleurs sont autorisées dans les standards de la race. « On n'accepte pas le chamoisé »
Cinq couleurs sont autorisées dans les standards de la race. « On n'accepte pas le chamoisé »
© DR.

« En Normandie, on compte seulement cinq éleveurs qui traient des chèvres des fossés », chiffre Mathias Clémence. Avec sa femme, Aurélie, ils en élèvent à Saint-Martin-de-Bonfossé (50). Si le couple trayait un troupeau de 50 têtes dont le lait était transformé par un voisin, il a pris la décision en 2019 de passer en allaitant. « On a une activité de pension de chevaux, qu'on a développée », justifie Mathias Clémence, qui est aussi négociant de bestiaux et surtout passionné par la chèvre des fossés. Après avoir été président de l'association de sauvegarde et de protection (ASP) des chèvres des fossés, il en est le secrétaire. « Ma passion, je ne l'explique pas. C'est comme ça. » Mathias Clémence décrit un animal « petit (35-40 kg pour les femelles adultes), rustique mais sensible aux parasites, espiègle et bagarreur. Si une dominante se couche aux cornadis, elle peut cartonner toutes celles qui essaient de s'approcher à 4 m ». Mais quand il arrive dans le champ et leur dit « Eh tu viens ! », le troupeau déboule et ne le lâche plus. « Elles me suivraient au bout du monde. »

 

80 % d'amateurs

« Sur les 260 adhérents que compte l'association de sauvegarde et protection des chèvres des fossés, 80 % sont des amateurs, qui possèdent entre 1 et 5 chèvres. On compte une douzaine d'éleveurs fromagers, une dizaine d'éco-pâtureurs. Le conservatoire du littoral possède 80 bêtes, le conservatoire des espaces naturels de Normandie près de 90. C'est parfois difficile de se regrouper », décrit Mathias Clémence. Alors, s'il est bien une manifestation que les férus de la race ne manquent pas, c'est le concours annuel de la race. Que l'association adosse à chaque fois à un événement, à tour de rôle en Bretagne, Normandie, Pays-de-la-Loire. « C'est notre national », souligne-t-il sourire en coin. Et de préciser : « normal, c'est le seul concours ». Cette année, rendez-vous est pris au Salon tous paysans à Alençon.  Les inscriptions sont ouvertes aux adhérents inscrits au livre généalogique. « On juge les critères de la race : poils longs, tous les coloris acceptés sauf chamoisé qui rappelle la race Alpine, petites oreilles, aplombs droits, bon bassin, ligne de dos. »

 

Race patrimoniale

L'ASP des chèvres des fossés travaille à « améliorer la professionnalisation des éleveurs, sans défavoriser les amateurs. Notamment en développant le nombre de femelles ». Celle qu'on appelait « la vache du pauvre jusque dans les années 1970-1980 », a connu d'importantes pertes d'effectifs dans les années qui ont suivi. « Fin des années 1990, il restait 80 chèvres et boucs. Un plan de relance a été mis en place, la race a été sauvée entre autres grâce à l'écomusée du pays de Rennes et à quelques passionnés. Aujourd'hui, on compte 2 000 femelles. » En Normandie, la chèvre des fossés bénéficie de l'engouement du président de la Région Hervé Morin pour la sauvegarde des races locales. « Un jeune qui s'installe bénéficie d'une aide de 100 Ä/femelle », apprécie Mathias Clémence. Mais, car il y a un mais, le cheptel ne compte pas encore assez de femelles pour installer tous ceux qui en font la demande. « Toutes mes femelles à naître sont déjà vendues sur l'année à venir, voire un an et demi. »

L'ASP fait office de pépinière de chevrette : elle en en achète 20 par an, qu'elle revend prêtes à produire en un seul lot pour installer un jeune. Seule condition : qu'il soit trayeur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Alexandre Lhermeroult et son père ont mis trois ans à sortir le bâtiment de terre.
La Ferme des Houlettes mise sur la vente directe.
Patrick et Alexandre Lhermeroult ont ouvert une boucherie-charcuterie pour garantir la qualité de la naissance à l'assiette.
"Je ne pars pas nostalgique, ce n'était pas mieux avant. Des problèmes, il y en a toujours eu, des solutions également", a conclu Alexandre Quillet.
À la CGB Eure : le combat syndical et scientifique continue.
"Stop aux distorsions de concurrence, à la concurrence déloyale et aux importations massives de sucre en provenance d'Ukraine".…
Une consommation de vin en baisse de 2,6 % par rapport à 2022.
Vin : production et consommation mondiales en baisse.
Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production et la consommation de vin…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole