Aller au contenu principal

Les chantiers agricoles d’Emmanuel Macron.

Les urnes ont parlé. Emmanuel Macron est réélu à la tête de l’Etat jusqu’en avril 2027. Ses chantiers sont immenses, y compris dans le secteur agricole et agroalimentaire. Les agriculteurs et leurs représentants syndicaux l’attendent sur de très nombreux dossiers.

Emmanuel Macron lors du grand oral du Conseil de l’Agriculture française le 30 mars dernier.
Emmanuel Macron lors du grand oral du Conseil de l’Agriculture française le 30 mars dernier.
© CS-Actuagri

Maintenir et développer le potentiel de production de l’agriculture française et européenne ; concilier production et protection de l’environnement et de la biodiversité ; mettre en place une grande loi foncière réclamée par la profession agricole ; réviser la stratégie Farm to Fork et le Green Deal ; instaurer des clauses miroirs dans les traités internationaux ; assurer le renouvellement des générations, etc. Tels sont quelques-uns des nombreux chantiers auxquels le président de la République, son Gouvernement, et en particulier le futur ministre de l’Agriculture, devront s’atteler dans les cinq prochaines années. S’y ajoute celui tout aussi épineux de la ruralité et de ses très nombreuses fractures « qui ont marqué le scrutin présidentiel », a souligné la FNSEA dans un communiqué du 25 avril. Adressant « ses félicitations » au président, le syndicat majoritaire se félicite du « choix d’une France forte, portant une ambition pour l’Union européenne ». La FNSEA qui promeut « la vision d’une agriculture française forte, audacieuse et durable », rappelle aussi au chef de l’Etat que « l’agriculture est une chance pour la France ». Elle attend de lui qu’il confie au prochain ministre de l’Agriculture, la mise en œuvre des 30 propositions qu’elle a formulées en début d’année « pour que l’agriculture soit en mesure d’apporter sa contribution essentielle à la souveraineté alimentaire et à la souveraineté énergétique de la France ».

 

MAJORITE PARLEMENTAIRE

Plus concrètement, le président devra concrétiser les promesses du candidat, lors du grand oral du Conseil de l’Agriculture française le 30 mars dernier, en faisant voter, d’ici la fin de l’année 2022, « une loi d’orientation et d’avenir pour assurer le renouvellement des générations, la formation et l’installation des jeunes agriculteurs ». De même, les agriculteurs souhaitent-ils qu’Emmanuel Macron acte définitivement le vote d’une grande loi foncière promise en 2019 sur le Salon international de l’agriculture, promesse sans cesse repoussée en raison d’un « calendrier parlementaire trop chargé ». Sur le volet de la transition écologique, il lui faudra concrétiser les deux autres volets du Varenne de l’eau que sont les plans d’adaptation par filière et la stratégie revisitée de la gestion de l’eau, le premier volet (assurance récolte) ayant déjà été voté en février dernier. Favorable aux New Breeding techniques (NBT), le chef de l’Etat devrait profiter de sa qualité de président de l’Union européenne, pour convaincre ses partenaires, leur fixer un cadre réglementaire et permettre d’assurer la souveraineté agricole et alimentaire qu’il défend. De même, il lui faudra poursuivre les plans activés ces deux dernières années : plan de Relance, plan protéines, plan de résilience, France 2030 pour donner aux filières agricoles leur pleine capacité de production et de conquête des nouveaux marchés. Pour que son programme soit appliqué, le président de la République entend s’appuyer d’un « Premier ministre qui sera directement chargé de la planification écologique ». Il devra donc veiller à ce que les intérêts de cette planification soient compatibles avec les enjeux économiques, sociaux et sociétaux des agriculteurs. En même temps, il devra veiller à ce que le revenu agricole, tant des actifs que des retraités, se rapproche des autres catégories de Français. Toute la question est maintenant de savoir s’il disposera d’une majorité parlementaire suffisante pour appliquer ce programme assez ambitieux. Réponse après le 19 juin, date du second tour des législatives…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole