Aller au contenu principal

Les catastrophes naturelles : un impact majeur sur l’agriculture.

De plus en plus fréquentes et de plus en plus intenses, les catastrophes naturelles provoquent des pertes importantes de la production agricole. Les agriculteurs, et notamment les petits exploitants sont les plus vulnérables.

Des pertes de plus en plus importantes sont à déplorer en raison des catastrophes naturelles climatiques.
Des pertes de plus en plus importantes sont à déplorer en raison des catastrophes naturelles climatiques.
© PEXELS

Au cours des trois dernières décennies, les catastrophes naturelles ont entraîné des pertes de production végétale et animale de l’ordre de 3 800 milliards de dollars (3,600 Md€), soit 123 Md$ par an (1,17 Md€) par an, ce qui correspond à 5 % du produit intérieur brut agricole mondial annuel, indique un nouveau rapport sur l’impact des catastrophes sur l’agriculture et la sécurité alimentaire publié par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).
Pour les céréales, les pertes se sont chiffrées à 69 millions de tonnes (Mt) par an en moyenne au cours des 30 dernières années, soit l’équivalent de la production céréalière française en 2021. Viennent ensuite les pertes dans les fruits et légumes qui se sont élevées en moyenne à près de 40 Mt par an, soit la production totale du Japon et du Vietnam réunis. Idem pour les productions sucrières, les pertes étant estimées également au même niveau. Pour ce qui est de la viande, des produits laitiers et des oeufs, les pertes sont évaluées à 16 Mt par an, ce qui correspond à l’ensemble de la production réalisée par le Mexique et l’Inde réunis en 2021.

EFFETS EN CASCADE
Ces pertes mondiales cachent des disparités importantes entre régions et groupes de pays. Selon le rapport, l’Asie est de loin le continent où la part des pertes économiques totales est la plus élevée, suivi par l’Afrique, l’Europe et l’Amérique qui ont enregistré des pertes d’une ampleur équivalente. Mais les conséquences sont plus dramatiques dans les petits États insulaires en développement. Les agriculteurs, en particulier les petits exploitants, sont souvent les principales victimes de ces catastrophes.Toujours selon le rapport, le nombre de catastrophes recensées chaque année dans le monde est passé d’une centaine dans les années 1970 à 400 environ au cours des deux dernières décennies. Non seulement les catastrophes sont plus fréquentes, plus intenses et plus complexes, mais leurs effets s’aggravent, car elles amplifient les vulnérabilités sociales et écologiques existantes.
Dans des situations extrêmes, elles peuvent entraîner des déplacements de population et l’émigration des populations rurales. Ce fut le cas par exemple, note le rapport, lors des inondations d’une ampleur exceptionnelle provoquées par des pluies de mousson anormales dans la province du Sindh dans le sud du Pakistan.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole