Aller au contenu principal

Les betteraves françaises sont malades.

La jaunisse gagne du terrain. Avec une perte estimée à 10% du chiffre d'affaires pour les betteraviers, la filière se demande : « qui va payer ? »

ÉVOLUTION DES SURFACES PARCELLAIRES IMPACTÉES AU 23 JUIN ET AU 5 JUILLET 2020
Touchant le sud de la France, la jaunisse gagne du terrain de jour en jour et a atteint le département de l’Eure. La maladie est ainsi aux portes de la Seine-Maritime.
ÉVOLUTION DES SURFACES PARCELLAIRES IMPACTÉES AU 23 JUIN ET AU 5 JUILLET 2020
Touchant le sud de la France, la jaunisse gagne du terrain de jour en jour et a atteint le département de l’Eure. La maladie est ainsi aux portes de la Seine-Maritime.
© CGB

Le 8 juillet, les betteraviers ont lancé un cri d'alerte sur le « jaunissement» des champs de betteraves. « La situation agronomique se détériore très fortement », explique Franck Sander, président de la CGB. La maladie gagne du terrain chaque semaine du sud vers le nord et a maintenant atteint le département de l'Eure. Elle est donc aux portes de la Seine-Maritime. Conséquence pour les planteurs que dénonce la CGB, une baisse de 10% de leurs revenus, soit 100 millions d'euros pour 26 000 agriculteurs français. Pour le syndicat, cela ne peut plus durer. Le retrait des néonicotinoïdes est responsable de cette situation.

 

UNE MÉTÉO FAVORABLE AUX RAVAGEURS.

Les pucerons sont très nombreux cette année, pour diverses raisons, dont une météo qui leur est favorable. « Cela montre les limites des produits insecticides autorisés et utilisés ». Les symptômes de la maladie sont facilement repérables : des feuilles jaunes et cassantes. Cela conduit à une perte d'efficacité de la photosynthèse et donc d'une perte de rendement dont pour l'instant, « nous n'avons pas de lisibilité ». La CGB évoque jusqu'à 50% de baisse de rendement sur certaines parcelles. Et « pas de solution pour l'an prochain ». Le changement climatique avec des hivers plus doux et des printemps plus chauds conduisent à une pression forte des ravageurs dès le stade 2ème feuille. C'était le cas dans le département du Loiret dès avril. Le 25 mai, la région Centre était la première région à alerter, lorsque les betteraves ont commencé à jaunir. Les zones au sud de Paris sont celles qui sont le plus gravement touchées. « Jour après jour, la carte change de couleur », insiste Franck Sander. « L'Eure qui est en orange passe au rouge aujourd'hui ».

La CGB a rappelé que la filière était déjà en grande difficulté avec la fermeture de plusieurs sucreries. Elle demande à rencontrer le nouveau ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie, pour lui faire part de ses inquiétudes. Parmi les pistes, il y a bien la piste génétique mais elle n'aboutira pas avant plusieurs années, selon le syndicat. Pour rappel, 2018 était la dernière année où les néonicotinoïdes étaient autorisées et utilisées. En 2019, les deux produits autorisés -flonicamide et spirotetramate- ont été utilisés, et il y a eu peu d'infestation. « Mais aujourd'hui, ces produits s'avèrent inefficaces ». De plus, la CGB ajoute que cela nécessite deux à quatre traitements par parcelle, contre zéro auparavant. Le surcoût par hectare a été chiffré à 80 euros. « Tout ceci pour une culture qui ne produit ni fleurs ni pollen, c'est donc un non-sens environnemental », martèle Franck Sander. La filière se retrouve dans une impasse technique et compte bien se faire entendre avec les preuves apportées par les photos des champs de 2020. Elle demande une solution efficace de protection pour les semis 2021 en enrobage de semences pour réduire les passages en plein champs ; un système d'indemnisations pour les sinistrés et un soutien public renforcé pour la recherche contre la jaunisse. La France n'est pas seule dans ce cas, la Suisse, le Royaume-Uni et la Belgique sont également en grande difficulté face à la maladie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Jean Puech d'Alissac.
"JA 76 aura le plaisir d'accueillir les Terres de Jim en 2025

JA 76 a remporté il y a quelques semaines l'organisation des Terres de Jim 2025. Jean Puech revient sur la candidature du…

Six installations plutôt qu’un (des) agrandissement(s).

Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d’une opération foncière inédite…

La section en plein débat.
Section lait FNSEA 27.
Le 22 mars, Benoit Gavelle réunissait les producteurs de lait. Acquis syndicaux, conjoncture, prix du lait en débat. 
Mathieu Poirier et Béatrice Hoogterp (à droite) de l'antenne de Bernay de la Chambre d'agriculture ont animé les débats.
Les GDFA phosphorent pour une agriculture ambitieuse.
Pour la première fois, les 3 GDFA (Groupes de Développement Féminins Agricoles) de l'Eure (Avre & Iton, Pays d'Ouche et…
Terre de Lin accueille le président Morin.

Hervé Morin a découvert les nombreux domaines d’activité de la coopérative Terre de Lin et sa volonté de soutenir la filière…

Gestion des aides : calendrier administratif.
PAC 2024 : deuxième année d'application de la nouvelle PAC.
Continuité de 2023, avec des dérogations sur la conditionnalité des aides.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole