Aller au contenu principal

Les atouts méconnus du cochon.

L’Institut français du porc organisait, le 13 septembre sur le Space, une conférence intitulée « Tout ce qui est bon dans le cochon ». Quand la filière porcine fait preuve de pédagogie pour montrer tout ce que l’élevage porcin apporte à la société…

L’Ifip souligne que le porc peut être un acteur de la valorisation de nombreux coproduits.
L’Ifip souligne que le porc peut être un acteur de la valorisation de nombreux coproduits.
© iStock-chayakorn lotongkum

 

Il faut en moyenne 2,3 kg de protéines végétales pour produire un kilo de porc conventionnel mais celui-ci « valorise plus que ce qu’il consomme », assure Laurent Alibert, ingénieur d’études à l’Institut français du porc (Ifip). « Il bénéfice d’une efficience protéique nette (EPN) de 1,2 », explique-t-il. C’est d’ailleurs la deuxième filière la plus efficiente après les bovins lait (EPN 1,3), même s’il existe une forte variabilité en fonction du type d’élevage « Les plus performants sont ceux qui utilisent des rations riches en maïs et en coproduits de céréales et de pois. » Omnivore, le cochon peut ingurgiter presque tout et n’importe quoi. Sans redécouvrir les vertus du fameux seau à cochon qui contenait les reliefs des repas de la ferme, l’Ifip souligne que le porc peut être un acteur de la valorisation de nombreux coproduits. Ceux-ci peuvent être issus de la transformation des grains (tourteaux), des agrocarburants (drêches, pulpes) mais aussi des produits liquides issus de l’amidonnerie. Le porc peut aussi s’alimenter des résidus ou des produits déclassés de l’industrie laitière et invendables en l’état : lactosérum, crème dessert, glace. Les biscuits avec défaut, les pâtes à pain et à biscuit, les coproduits issus de la transformation des fruits et légumes, les levures de bière, et les vinasses fournissent aux porcs des compléments

 

LES COPRODUITS

Mais le porc ne peut pas recycler tous les produits. « Il existe d’importants freins réglementaires », annonce Laurent Alibert. En effet, il faut bien parler de coproduits car ils sont revalorisés dans le but de fabriquer un autre produit à partir de ces résidus. Quant aux déchets, ils sont, quant à eux, destinés à être jetés. Les porcs ne peuvent pas non plus, en théorie, ingurgiter des coproduits contenant des produits carnés*. « Mais des ambiguités demeurent pour certains produits à l’image des ovoproduits ou encore des produits contenant des additifs…) », précise l’ingénieur d’études. Autre frein possible à la valorisation des coproduits : le montant des investissements à réaliser pour les exploitants qui doivent bien séparer tel ou tel coproduit et les conserver dans des conditions optimales.

Le porc produit lui-même des coproduits qui peuvent être valorisés dans la médecine (lire encadré) et aussi dans l’agriculture et ses nouvelles filières. Ainsi l’épandage de fumier et de lisier s’inscrit parfaitement dans les objectifs de baisse de 20 % de l’usage des engrais chimiques d’ici 2030 comme le préconise le Green Deal (2019)**. Surtout, ces déjections ont une réelle valeur économique : de 5 € à 20 € le mètre cube, en fonction de nombreux critères : équivalence engrais d’azote et de potasse, taux de dilution des lisiers etc. « En comparaison, le coût d’épandage se situe entre 3 et 5 €/m3 », estime Laurent Alibert. De même, de nombreux producteurs ont-ils développé en parallèle de leurs ateliers des productions agrovoltaïques et de méthanisation, constate Pascal Levasseur, ingénieur de recherche à l’Ifip.

(*) Depuis le 7 septembre 2021, l’Anses a autorisé les protéines animales transformées (PAT) de porcs dans l’alimentation des volailles, les PAT de volailles dans l’alimentation des porcs; les PAT d’insectes sont, quant à elles, autorisées dans l’alimentation des porcs et des volailles.

(**) L’ensemble des déjections animales représente en France 120 millions de tonnes brutes soit 24,2 Mt de matière sèche (19,4 Mt de matière organique).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
La charte a été officiellement signée le 16 avril lors d'un point agricole avec Simon Babre, préfet de l'Eure.
Charte de déontologie des contrôles.
Les agriculteurs ne sont pas des délinquants en puissance, mais ce ressenti est une pression qui pèse sur leurs épaules : comment…
Participez au programme Giverni.

Les bovins sont capables d'acquérir une résistance aux strongles de l'intestin et de la caillette. Peut-on mettre en évidence…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole