Aller au contenu principal

Les agriculteurs demandent de pouvoir travailler librement.

Lundi, à l'appel de la FNSEA 27 et de JA 27, les agriculteurs ont manifesté devant les sous-préfectures de Bernay et des Andelys, avant une rencontre avec le nouveau préfet, fixée le lendemain.

Manifestation devant la sous-préfecture des Andelys.
Manifestation devant la sous-préfecture des Andelys.
© DR:

Les agriculteurs mobilisés lundi 17 février devant les sous-préfectures de Bernay et des Andelys, ont réaffirmé leur position concernant les zones de non-traitement (ZNT). « Qui va payer ? », « Non aux ZNT ! Oui à la liberté de travailler », « ZNT, arrêtons la psychose » pouvait-on lire sur les banderoles positionnées sur les façades. Cette action, organisée conjointement par la FNSEA 27 et les Jeunes agriculteurs de l'Eure, a réuni une centaine d'agriculteurs devant chaque sous-préfecture. « Cette loi est disproportionnée par rapport à la réalité du terrain », a expliqué Amaury Levesque, secrétaire général de la FNSEA 27, aux Andelys à la presse et a rappelé « l'absence de concertation avec les agriculteurs ».

 

DEMANDES DU TERRAIN

A la suite de cette mobilisation, une délégation composée d'Amaury Levesque, mais aussi de Pierre-Yves Lenormand, président des JA 27, Jérôme Charpentier, président de Sevepi, Emmanuel Hyest, président de la Safer et Alexandre Quillet, président du syndicat betteravier, a obtenu un rendez-vous avec Jean-Marc Magda, le secrétaire général de la préfecture de l'Eure. En même temps, une autre délégation constituée de Fabrice Moulard, président de la FNSEA 27, Nicolas Romain, vice-président, Christophe Chopin et Victor Delavoipiere des JA 27, a pu rencontrer le sous-préfet de Bernay, Fabien Martorana. Les deux rendez-vous ont permis de rappeler les demandes du terrain sur les conditions d'application du décret ZNT, paru le 29 décembre 2019, sur le département de l'Eure.

Les discussions ont porté sur la demande de moratoire par la FNSEA au niveau national, sur la prise en compte de la science, en acceptant de faire confiance au professionnalisme des agriculteurs. « Un plan d'investissement dans du matériel adéquat, dans la durée et pour toutes les filières doit être misen place » ont demandé les professionnels. Autres inquiétudes, que l'article44 de la loi Egalim interdisant la commercialisation de denrées alimentaires ne respectant pas la réglementation européenne, ne soit pas appliquée et que ces textes « alimentent tensions et conflits entre riverains et agriculteurs ». Ces derniers craignent de devoir « se justifier en permanence ». Enfin, la question du revenu avec une perte estimée à 13 millions d'euros pour le seul département de l'Eure en cas d'application de ce décret inquiète les agriculteurs. « Qui finance ? », demande la profession. « Toute mesure étatique pénalisant une exploitation doit générer une indemnisation à la hauteur et prise en charge par l'Etat ». A titre d'exemple, on peut estimer que l'impact actuel des ZNT dans l'Eure serait de 5 000 euros environ pour une exploitation moyenne de 130 hectares.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Alexandre Lhermeroult et son père ont mis trois ans à sortir le bâtiment de terre.
La Ferme des Houlettes mise sur la vente directe.
Patrick et Alexandre Lhermeroult ont ouvert une boucherie-charcuterie pour garantir la qualité de la naissance à l'assiette.
"Je ne pars pas nostalgique, ce n'était pas mieux avant. Des problèmes, il y en a toujours eu, des solutions également", a conclu Alexandre Quillet.
À la CGB Eure : le combat syndical et scientifique continue.
"Stop aux distorsions de concurrence, à la concurrence déloyale et aux importations massives de sucre en provenance d'Ukraine".…
Une consommation de vin en baisse de 2,6 % par rapport à 2022.
Vin : production et consommation mondiales en baisse.
Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production et la consommation de vin…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole