Aller au contenu principal

L'électricité grimpe, l'avenir de la coopérative Biocer en jeu.

La coopérative Biocer, spécialiste des céréales et légumineuses bio, est implantée dans l'Eure depuis trente-quatre ans. En cette année 2022, elle voit sa facture d'électricité multipliée par trois. «Une situation dramatique» dont l'issue reste incertaine.

© DR.

La coopérative Biocer, dans l'Eure, est dans la tourmente. L'entreprise, qui compte 280 fermes adhérentes dans le nord-ouest, trois sites de collecte et sept fermes relais (avec des conventions de stockage), se retrouve face à un dilemme.

Son contrat d'électricité avec le fournisseur Enercoop touche à sa fin. Pour le renouveler, la facture est salée...

« En 2021, on payait 250 000 euros de facture d'électricité. Demain, selon les offres, ça va passer à des sommes entre 750 000 euros et 1 million d'euros, se désole Frédéric Goy, directeur, les offres proposées vont clairement faire gonfler nos factures avec un coefficient multiplicateur de trois ou quatre. Ce n'est pas possible pour notre coopérative et ses fermes adhérentes. »

 

ECHEANCE FATIDIQUE

Face à ce constat et à l'échéance qui approche, l'avenir de la société, qui emploie 27 salariés au total, reste incertain. « Il n'y pas de solution trouvée, ni de négociation potentielle à ce jour, admet Frédéric Goy, nous avons deux possibilités : soit on ne signe pas de contrat et on arrête l'activité. Ce n'est pas la solution recherchée puisque nous avons des agriculteurs derrière, des carnets de commande, etc. Ou on signe une offre, mais cela va forcément avoir des répercussions sur les fermes adhérentes [...] Nous savons que ça va impacter les rémunérations. » Le conseil d'administration s'est réuni jeudi 20 octobre. Face au manque de visibilité sur des aides potentielles de l'État, la direction « va devoir signer une offre aujourd'hui ou demain. »

 

DES ANNONCES PEU ENCOURAGEANTES

Si la ministre de la Transition énergétique a annoncé sur BFM TV, dimanche 23 octobre, la mise en place d'une « garantie électricité », les modalités restent floues. Le gouvernement prendrait en charge « une partie » des factures des entreprises à compter de 2023, a indiqué Agnès Pannier-Runacher. « J'attends de voir les décrets. Patience est mère de sûreté. Les fournisseurs sont très dubitatifs par rapport à ces annonces qui nécessitent d'être suivies de décrets d'application », remarque le directeur de la coopérative.

 

« UN TSUNAMI QUI SE PROFILE »

Biocer n'est qu'un cas parmi tant d'autres face à la hausse généralisée. « Des dizaines de milliers d'entreprises vont avoir un impact significatif en janvier 2023. On fait partie des 10 % des entreprises un peu plus embêtées car c'est plus rapide, explique Frédéric Goy, s'il n'y a rien de fait, c'est un tsunami qui se profile et pas uniquement chez Biocer. » La coopérative compte près de 16 millions d'euros de chiffre d'affaires et un peu plus de 200 000 Ä de résultat. « Nous n'allons pas encore arrêter l'activité, on verra bien ce qu'il se passera », conclut le professionnel.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole