Aller au contenu principal

A l'écomiam de Gravigny (27) : il y a du foie gras pour Noël.

Y aura-t-il du foie gras pour Noël ? Une question légitime à quelques semaines de mettre les petits plats dans les grands. Rencontre avec William Boizard, gérant affilié de l'écomiam de Gravigny.

William Boizard : « nos prix sont garantis jusqu'au 5 janvier pour que les fêtes se passent dans des conditions décentes »
William Boizard : « nos prix sont garantis jusqu'au 5 janvier pour que les fêtes se passent dans des conditions décentes »
© TG

Le 5 novembre 2021 ouvrait, au 183 de la rue Aristide Briand à Gravigny, le 62e magasin écomiam-le village du surgelé 100 % origine France. « Nous voulons réconcilier le consommateur avec l'écosystème, de la fourchette à la ferme », insistait alors William Boizard, son directeur affilié. Un an plus tard et sans affirmer que « le moral est tombé dans les chaussettes », les objectifs ne sont pas atteints avec seulement une moitié du prévisionnel dans le panier. La faute d'abord à une zone commerciale qui a pris 4 mois de retard à l'allumage. William Boizard s'est senti trop longtemps un peu seul. Le restaurant adjacent à son magasin vient tout juste d'ouvrir ses portes, fait-il remarquer. Au-delà, ce sont des difficultés d'approvisionnement auxquelles l'enseigne doit faire face. « Plus de rôti de dinde depuis 4 mois », à titre d'exemple à cause de la grippe aviaire. Alors, dans ces conditions, y aura-t-il du foie gras à Noël ? « Oui mais nous ne pourrons couvrir que les 2/3 des attentes du marché. Nous allons ventiler les quantités pour ne pas se faire piller ». Le distributeur va-t-il « se refaire la cerise sur le prix » ? William Boizard s'en défend. « Un lobe de 500 g à 49,90 EUR vendu avec deux produits best-seller (aiguillette de poulet et dos de cabillaud), une offre de bienvenue à 46 EUR, quelques pièces à 59,90 e/kg et un second lot à 69,90 EUR/kg pendant que certains proposent le frais à 113 e/kg », annonce-t-il. Du 100 % français garanti plaide-t-il alors que certains concurrents jouent sur les mots. « La raison d'être d'écomiam est de réconcilier le consommateur avec son écosystème : son corps, son milieu et sa planète. Grâce à l'engagement quotidien de nos 68 affiliés, ainsi que l'ensemble des professionnels de notre réseau, nous aspirons à développer un modèle de distribution équitable, sans artifice, contribuant à une juste rémunération des producteurs français et éliminant toutes les dépenses inutiles à la valeur d'usage des produits, que recherchent les consommateurs en quête de mieux manger », rebondit Daniel Sauvaget, fondateur et P.dg d'écomiam. Pour 2023, l'enseigne semble avoir revu à la baisse le rythme de ses nouvelles implantations en attendant plus de lisibilité. Le surgelé constitue un atout en termes de gaspillage alimentaire dont on s'affranchit. Le revers de la médaille, une température de conservation à - 23 oC. La facture énergétique pourrait être douloureuse.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole