Aller au contenu principal

« Le travail ne paye pas toujours, mais la diversification oui »

© F.D

Entre Bernay et l’Aigle, depuis la reprise d’une partie de l’exploitation de ses parents crée en 2010, Valentin Rocher cultive sur sept hectares des framboises, des tomates, des cerises, des pommes, des poires et des coings ainsi qu’un peu de cassis, de groseilles et d’asperges. C’est surtout les 70 000 plants de fraises qui permettent à Valentin Rocher, installé à Jonquerets de Livet, de produire jusqu’à 30 tonnes par saison. Vendues à la ferme, par les grandes et moyennes surfaces et aussi sur les marchés, cela permet à la Ferme du Pays d’Ouche d’employer trois CDI, une demi-douzaine de saisonniers et son épouse « afin de valoriser nos produits à la hauteur du travail qu’on y met. Nos fruits sont beaux et bons avec un rapport qualité-prix très corrects. Je les travaille toujours avec le respect des saisons. Les clients sont attentifs à cela ».

 

DES PLANTS DE CAMÉRISIERS

De formation BAC STAE (sciences et technologies del’agronomie et de l’environnement) et avec un BTS APV(agronomie productions végétales), Valentin Rocher estun curieux « pour diversifier mes cultures et savoir réagiren cas de maladies ou devant les conditions météorologiques». Très médiatisé, en 2013, il se lance dans sa première expérience et il plante des kiwis sur 500 m2. Malgré ses espoirs, « je n’ai pas encore ramassé un fruit, car malheureusement, il a gelé à chaque printemps. Je vais continuer encore un peu, car je suis un persévérant». Malgré cet échec, « mais ce n’est pas fini », l’agriculteur a déjà une autre idée : « je reçois mes plants de camérisiers au printemps. C’est un fruit canadien entre la myrtille et la framboise de forme allongée. Cela se récolte automatiquement et la fleur gèle à -7°c. D’ici deux à trois ans, je ferais ma première cueillette pour faire des sirops et des purées ». Pour le moment, ce sont les travaux dans les serres et la plantation des framboisiers avant que la belle saison revienne. Valentin Rocher n’attend pas que les beaux jours.

En 2017, avec trois amis, il fonde la brasserie La Cartouche. « c’est encore une volonté de nous diversifier. Cela fait huit mois que nous brassons et nous avons sorti 80 000 bouteilles. La recette peut paraître simple ! il faut de l’eau, du houblon, de la levure et de l’orge germé. C’est là que nous envisageons de valoriser nos propres céréales ». Le quatuor « est dans l’année charnière » et a développé une gamme avec différentes blondes, une ambrée, une blanche et une brune. Il y aura aussi « bientôt des bières aux fruits rouges avec bien entendu nos fruits. C’est encore à l’essai ». Avec une étiquette représentant les caricatures des « quatre copains agriculteurs », la boisson fait son petit effet « et marche plutôt bien ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Jean Puech d'Alissac.
"JA 76 aura le plaisir d'accueillir les Terres de Jim en 2025

JA 76 a remporté il y a quelques semaines l'organisation des Terres de Jim 2025. Jean Puech revient sur la candidature du…

Six installations plutôt qu’un (des) agrandissement(s).

Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d’une opération foncière inédite…

La section en plein débat.
Section lait FNSEA 27.
Le 22 mars, Benoit Gavelle réunissait les producteurs de lait. Acquis syndicaux, conjoncture, prix du lait en débat. 
Mathieu Poirier et Béatrice Hoogterp (à droite) de l'antenne de Bernay de la Chambre d'agriculture ont animé les débats.
Les GDFA phosphorent pour une agriculture ambitieuse.
Pour la première fois, les 3 GDFA (Groupes de Développement Féminins Agricoles) de l'Eure (Avre & Iton, Pays d'Ouche et…
Terre de Lin accueille le président Morin.

Hervé Morin a découvert les nombreux domaines d’activité de la coopérative Terre de Lin et sa volonté de soutenir la filière…

Gestion des aides : calendrier administratif.
PAC 2024 : deuxième année d'application de la nouvelle PAC.
Continuité de 2023, avec des dérogations sur la conditionnalité des aides.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole