Aller au contenu principal

Le thermomètre dans la poche.

L’agriculteur Grégoire Forzy a accepté de tester la prise de températures à distance.

Grégoire Forzy a opté pour le sans fil.
Grégoire Forzy a opté pour le sans fil.
© #PRESSE30

Éleveur de vaches charolaises et agriculteur en polycultures dont la betterave, le lin et les céréales, depuis 10 ans, Grégoire Forzy installé à Gamaches-en-Vexin est à 34 ans ce que l’on peut appeler « un professionnel à l’écoute  », comme le montre son opération « portes ouvertes  » du samedi 26 octobre lors de laquelle il a reçu « vingt-cinq personnes dont des habitants inquiets et curieux suite à l’installation de notre unité de méthanisation au coeur du village. Beaucoup de questions se sont focalisées sur les odeurs et les rejets. Je pense qu’elles ont été sensibles aux réponses et surtout elles ont vu réellement ce que c’était. Cela montre une nouvelle fois qu’il faut être ouvert au dialogue et ne pas laisser dire et penser n’importe quoi sur nos métiers  ».

 

UNE PHASE DE TEST

C’est dans cet état d’esprit qu’il s’est engagé dans une phase de test avec la coopérative Sévépi sur « la prise de température à distance  ». Ainsi, au lieu d’utiliser des sondes de températures classiques longues de deux mètres dans son silo à grain « pour éviter que les insectes ne prolifèrent quand la chaleur monte trop. Je devais me déplacer régulièrement pour vérifier et allumer ou éteindre le système de ventilation. C’était de la perte de temps et d’énergie donc d’argent  », l’agriculteur a installé une nouvelle génération équipée d’un émetteur qui renvoie toutes les données sur un smartphone grâce à une application : « je peux donc visualiser cela en permanence à distance. Il y a même des alertes possibles et des rapports réguliers. C’est une garantie de qualité pour le client final qui sont de moins en moins tolérants et aussi pour la coopérative. De plus, dans le contexte où on a plus le droit de mettre d’insecticide, il faut être encore plus performant. La technologie nous aide pour cela ». Fourni par le constructeur via Sévépi, dans quelques mois, Grégoire Forzy va acquérir deux sondes et s’abonner au télérelevé, « car dans ma carrière, cela est arrivé une fois de perdre pour 2500 euros de céréales. Cela paye l’investissement. De plus, je pense que nous pouvons avoir des aides de la Région ou de l’Europe  ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole