Aller au contenu principal

Le plan France Relance, une opportunité pour les agriculteurs.

Vingt lauréats normands ont déjà bénéficié des aides de l’Etat. Exemple dans une ferme de Flipou avec une procédure que les agriculteurs jugent facile à mettre en place.

Antoine et Edouard Chedru.
Antoine et Edouard Chedru.
© FERME DES PEUPLIERS

La ferme des peupliers, spécialisée dans la fabrication de yaourts, desserts lactés et autres crèmes, bénéficie du fonds de soutien aux investissements mis en place par l’Etat dans le cadre du plan France Relance, à la suite de la crise sanitaire. L’exploitation fait partie des 20 premiers lauréats normands à percevoir cette subvention. « Doté de 150 millions d’euros en 2020 à l’échelle nationale, le fonds de soutien à l’investissement industriel dans les territoires vise à financer les projets industriels (créations et extensions de sites, modernisation, nouveaux équipements, etc.) les plus structurants pour les territoires et pouvant démarrer l’investissement entre 6 mois et un an », annonçaient conjointement la préfecture de la région Normandie et la Région en fin d’année. « Les projets soutenus dans ce cadre sont sélectionnés par les Régions et les préfectures de région, au travers de revues régionales d’accélération. Ces projets doivent avoir un impact sociétal et économique fort : maintien et création d’emplois, décarbonation, formations, approfondissement des collaborations avec les acteurs territoriaux, etc » dans les tuyaux depuis quelques temps mais en stand-by à cause à la crise sanitaire. Nous étions tenus par l’incertitude des marchés », explique Edouard Chedru, co-gérant de la ferme familiale avec son frère Antoine.

Lors de l’annonce du plan de relance, les frères ont monté les dossiers. « C’était fin septembre». Courant décembre, les exploitants apprennent qu’ils font partie des lauréats. Les aides financeront environ 50 % de l’investissement, soit 545 000 € sur les 1 090 000 €. « La procédure est rapide et les délais de réalisation des travaux également. Nous avons déjà lancé les premières commandes. La mise en service des nouvelles installations devrait intervenir entre mai et décembre de cette année ». Pour ce faire, Edouard et Antoine Chedru feront travailler, au maximum, « des entreprises locales ».

L’entreprise familiale agrandit,donc, ses « espaces logistiques, le stockage frigorifique des produits finis » et modernise ses « capacités de transformation. Nous investissons dans une nouvelle ligne de conditionnement qui améliorera les conditions de travail et nous permettra de créer de nouveaux formats de yaourts afin de capter des marchés complémentaires ».

Un laboratoire recherche et développement doit, également, voir le jour pour permettre d’innover en créant de nouvelles recettes et en lançant de nouveaux produits. « Nous automatiserons une partie du conditionnement afin de supprimer les tâches manuelles sans valeur ajoutée ».

La ferme des peupliers compte actuellement 56 salariés. D’ici trois ans, 14 collaborateurs seront recrutés aussi bien « pour la partie agricole, que l’élevage ou encore la transformation ». En mars, l’exploitation euroise lancera une unité de méthanisation et espère ouvrir sa nouvelle salle de traite (roto de traite installée fin décembre) au public dès le printemps prochain.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Jean Puech d'Alissac.
"JA 76 aura le plaisir d'accueillir les Terres de Jim en 2025

JA 76 a remporté il y a quelques semaines l'organisation des Terres de Jim 2025. Jean Puech revient sur la candidature du…

Six installations plutôt qu’un (des) agrandissement(s).

Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d’une opération foncière inédite…

La section en plein débat.
Section lait FNSEA 27.
Le 22 mars, Benoit Gavelle réunissait les producteurs de lait. Acquis syndicaux, conjoncture, prix du lait en débat. 
Mathieu Poirier et Béatrice Hoogterp (à droite) de l'antenne de Bernay de la Chambre d'agriculture ont animé les débats.
Les GDFA phosphorent pour une agriculture ambitieuse.
Pour la première fois, les 3 GDFA (Groupes de Développement Féminins Agricoles) de l'Eure (Avre & Iton, Pays d'Ouche et…
Terre de Lin accueille le président Morin.

Hervé Morin a découvert les nombreux domaines d’activité de la coopérative Terre de Lin et sa volonté de soutenir la filière…

Gestion des aides : calendrier administratif.
PAC 2024 : deuxième année d'application de la nouvelle PAC.
Continuité de 2023, avec des dérogations sur la conditionnalité des aides.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole