Aller au contenu principal

Le piège des prix élevés.

Le 16 juin la FNSEA 76 a accueilli le Congrès national de la FNP à Bois-Guillaume. Le rebond du prix du porc est incontestablement le fait marquant de cette année 2023 pour les producteurs de porcs, dixit François Valy, le président de la Fédération nationale porcine (FNP), en ouverture.

© L.A.

Le prix a dépassé 2,35 euros le kilo sur les marchés et il semble bien installé à ce niveau. Ce qui représente une hausse de 25 % en un an. Mais cette tendance inflationniste reflète des bouleversements dans la filière. Les raisons de cette augmentation : premièrement la flambée des cours des céréales qui dépassent les 380 euros la tonne et qui représentent 70 % des coûts de production. Second facteur, la baisse globale de la production en Europe qui réduit l'offre. Cette baisse atteint 7,7 % au premier semestre 2023, notamment en Espagne dont la chute inédite de 9 % semble marquer la fin de la croissance dans ce pays. Troisième paramètre, les politiques publiques européennes qui incitent à une réduction de l'élevage. En France la baisse des cheptels a été de 4,2 % en six mois mais ce rythme semble ralentir. Un ralentissement moins marqué que chez nos partenaires européens car le marché français est mature et moins dépendant des échanges commerciaux.

 

DES CONSEQUENCES NEGATIVES

Elisa Husson, économiste à l'Institut du porc (Ifip), a présenté les pièges qui se dissimulent derrière ces prix élevés. Déjà, une consommation qui stagne. Ensuite, sur les marchés internationaux, la viande porcine européenne est chère, donc moins compétitive face à ses concurrents. Les États-Unis ont ainsi augmenté d'un tiers leurs exportations vers la Chine, traditionnelle cliente de l'Europe. « L'inquiétude, déclare François Valy, c'est que nous ne sommes plus autosuffisants en production porcine alors que nous dépassions les 100 % en 2022. Au moment où jamais la souveraineté alimentaire n'a été autant évoquée. » On note des arrivées massives de viande de porc en France. L'Espagne, malgré ses difficultés, reste notre premier fournisseur et ses ventes de jambons, de poitrine et de longes sur le marché français ont augmenté de 11 %.

Selon Elisa Husson, « les prix à la production pourraient se détendre dans les mois qui viennent mais l'offre restera faible en France et en Europe, les prix resteront élevés, ce qui laisse peu d'espoir pour une reprise de la demande. »

Thierry Meyer, président de l'interprofession Inaporc, a rappelé que la situation aurait été bien plus grave sans le premier plan de soutien à la filière porc accordé par les pouvoirs publics après les crises de 2021/2022 liées à la Covid et au conflit en Ukraine. L'État a ainsi alloué 285 millions d'euros qui ont bénéficié à 4 000 élevages. Sans cette aide, la chute de production française aurait été deux fois plus importante.

 

NOUVEAUX DEFIS SOCIETAUX

Dans ce contexte économique la filière attend des décisions européennes sur le bien-être animal et notamment les cages maternité-liberté et la castration des porcelets. Elle s'inquiète aussi de la révision de la directive européenne IED sur les émissions industrielles. Sébastien Windsor, président de Chambres d'agriculture France, lui-même producteur de porcs en Seine-Maritime, s'est félicité du combat mené par les Chambres et la FNP pour obtenir le plan de soutien. Il demande un renforcement des liens entre les deux organismes afin que les Chambres puissent mieux orienter des jeunes vers la production porcine. Quant à Arnaud Rousseau, président de la FNSEA, il a insisté sur la nécessité de revenir à 110 % d'autosuffisance afin de conforter la souveraineté alimentaire du pays. « Il faut vivre de son métier. La compétitivité n'est pas un gros mot, a-t-il déclaré, cela doit se traduire dans le revenu des producteurs et leur capacité d'investissement », soulignant que la rentabilité du capital est de 1 % en agriculture quand elle atteint 5 à 10 % dans l'industrie et 20 % dans le secteur bancaire. Il a fustigé « ce sport national qui consiste à taper sur l'élevage » et rappelé « l'importance de réhabiliter la place de l'alimentation. Celle-ci a un prix surtout si l'on veut produire en France en respectant des règles. »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole