Aller au contenu principal

Le lien physique homme-animal soulève des interrogations.

Les étudiants de la licence Bien-être animal du lycée Le Robillard (14), encadrés par Laurence Noisette, ont organisé la projection du documentaire Un lien qui nous élève. La robotisation a fait tiquer le public composé d'élèves.

Lundi 13 décembre, 250 élèves ont assisté à la projection du documentaire « Un lien qui nous élève », au lycée du Robillard.
Lundi 13 décembre, 250 élèves ont assisté à la projection du documentaire « Un lien qui nous élève », au lycée du Robillard.
© DR.

250 élèves d'une dizaine de classes de la 1re professionnelle au BTS en passant par les cursus généraux, encadrés par leurs professeurs, tel était le public du documentaire « Un lien qui nous élève », projeté au Robillard lundi 13 décembre. Le long métrage, réalisé par Olivier Dickinson - et présent dans l'amphithéâtre - met notamment à l'honneur cinq éleveurs, du sud de la France au Finistère.

À l'heure de la robotisation, ils témoignent des bénéfices réciproques que retirent l'homme et l'animal du contact physique, sans confondre « sensibilité » et « sensiblerie ».

 

Défendre l'élevage

« La première raison pour laquelle j'ai réalisé ce film, c'est pour défendre l'élevage contre le mouvement végan », révèle Olivier Dickinson. Le réalisateur prend le contre-pied des « films de propagande » antispécistes qui tournent sur internet. Il prend le parti du temps long, de montrer des élevages où l'on trait parfois à la main, où les animaux de réforme sont recueillis, où l'on soigne autrement que par des antibiotiques. Il aborde la question de l'abattage à la ferme, pour le bien-être de l'animal, mais aussi pour celui de l'éleveur. Il écarte d'emblée la robotisation, qui prive du contact physique. Il choisit de montrer des éleveurs heureux, qui s'épanouissent dans des paysages ruraux, au milieu d'animaux qui leur font confiance. « J'ai rencontré les éleveurs grâce à internet et au bouche-à-oreille. » S'il présente des « petits élevages », paysans et bio, Olivier Dickinson assure en avoir rencontrés en conventionnel. « J'ai vu les deux. Ce n'est pas la taille de la ferme qui a joué, mais le contact et la faculté des personnes à être à l'aise devant la caméra. »


Réactions d'élèves

À l'issue de la projection, les réactions sont allées bon train. Le rejet de la robotisation, affiché, a suscité des réactions tranchées chez les étudiants. Tour à tour, ils ont pris la parole : « quel est le retour des éleveurs industriels sur votre reportage ? » ; « pourquoi selon vous il n'y a plus de lien en traite robotisée ? » ; « les éleveurs (dans le documentaire) s'occupent de leurs bêtes comme d'animaux de compagnie, pas comme des éleveurs » ; « pourquoi ne parlez-vous pas des exploitations qui ont vocation à faire du rendement ? » ; « le robot remplace le trayeur, pas l'éleveur » ; « le robot permet d'avoir plus de temps pour regarder ses animaux ».

Olivier Dickinson de se défendre : « je n'ai rien contre le robot de traite, mais j'ai un problème avec les fermes 100 % robotisées. Je ne dis pas qu'il faut arrêter les robots, mais qu'ils créent une distance avec l'animal, car il y a perte de contact physique. Je cherche des valeurs, des personnes avec des histoires. Je ne parle pas d'un monde idéal, la société est trop complexe ».

 

Apporter de l'ouverture

Dans la salle, une étudiante tente de recentrer le débat : « la question n'est pas sur la robotisation, mais sur le lien avec l'animal. L'ouverture d'esprit est importante ». Laurence Noisette, responsable de la licence pro Bien-être animale au Robillard, analyse : « ce sont des gamins d'éleveurs. Il existe un hiatus entre la maison et ce qu'on peut leur apprendre ici. Aujourd'hui, le message porte sur le lien avec l'animal comme étant quelque chose de philosophique qui peut nous aider. Les jeunes doivent sortir du système de leurs parents. Nous, les professeurs, nous sommes là pour leur apporter de l'ouverture ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Le cru 2024-2026 du conseil d'administration JA 27. "Une jeune équipe ambitieuse qui prend place", tels ont été les premiers mots de son nouveau président Romain Loiseau, installé depuis 2020 dans le Pays d'Ouche (volaille label, pomme et vache allaitante).
JA 27 : la nouvelle équipe dans les starting-blocks.
Romain Loiseau est le nouveau président de JA 27. Il succède aux deux coprésidents Christophe Chopin et Denis Phiquepron.…
Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole