Aller au contenu principal

Le jugement est tombé dans l'affaire Boucherie abolition

Ce mardi 5 novembre 2019, le tribunal d'Evreux a rendu son verdict dans l'affaire où quatorze militants anti spécistes de Boucherie abolition étaient inculpés

© Montage CLG

Les chefs d'accusation étaient lourds et nombreux : vol aggravé, violation de domicile, dégradation, le tout après être entrés illégalement dans trois exploitations de l'Eure, d'Eure et Loir et de l'Orne.

LE PROCES DU 20 SEPTEMBRE 2019

Le procès du 20 septembre s'était tenu dans une ambiance surréaliste avec des accusés ne montrant aucun regret de leurs actions mais se positionnant comme des justiciers, des lanceurs d'alerte et tentant de faire le procès de l'élevage et faisant des comparaisons plus que douteuses en assimilant les éleveurs à des nazis, des capos...

Toutes les personnes familières de l'Histoire apprécieront de telles comparaisons et la procureure de la République d'Evreux avait requis des peines exemplaires face à de tels comportements, réclamant de la prison ferme pour les deux prévenus perçus comme les meneurs, du sursis pour les autres ainsi que la confiscation de biens matériels ayant servi aux délits.


UN VERDICT EN L'ABSENCE DES PRÉVENUS ET DE LEURS AVOCATS
Le juge a rendu son verdict un peu avant 14 heures. L'ambiance était particulière au milieu des présents venus pour d'autres affaires et surtout en l'absence des accusés de Boucherie Abolition et de leurs avocats. Les médias (presse écrite et TV) avaient pourtant fait le déplacement.

Le juge a retenu les chefs d'inculpation suivants : vol aggravé, violation de domicile et dégradation du bien d'autrui commise en réunion. A cela s'ajoute le délit de refus de se soumettre au prélèvement biologique destiné à l'identification.

Les peines prononcées vont de deux mois à onze mois de sursis selon les prévenus. De très modestes condamnations financières pour préjudice moral ont été accordées aux parties civiles.


Réaction de Fabrice Moulard, président de la FNSEA 27

Face à la presse présente, Fabrice Moulard, Président de la FNSEA 27, s'est exprimé à l'issue du jugement. Extraits : « Les agriculteurs ne devraient pas se retrouver aujourd'hui dans un tribunal. Il est inconcevable que des personnes s'arrogent le droit de pénétrer dans des domiciles et des exploitations sans fondement. Le jugement qui a été prononcé, reconnaît la culpabilité des accusés et c'est très important pour les victimes. Il ne faut pas se tromper ; en effet, les victimes sont bien les éleveurs chez qui un groupe d'illuminés est entré. Ce procès n'est en rien le procès de l'élevage mais celui d'individus qui n'ont pas respecté la loi, et en particulier la propriété privée. J'espère sincèrement que ces condamnations entraîneront une prise de conscience chez tous ceux qui pensent que leurs idées leur donnent tous les droits. Je n'ai pas de remarques à faire sur l'ampleur de la peine ; je constate que le juge a condamné, même s'il n'est pas allé à hauteur des réquisitions de madame le Procureur de la République. La FNSEA 27 sera toujours présente lorsque le métier d'agriculteur est attaqué ! »

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole