Aller au contenu principal

Le glanage & le réchauffement climatique vus par Solaal.

Lors de l’assemblée générale de l’association Solaal Normandie, lundi 3 juillet à Colombelles, des échanges se sont tenus sur la persistance de l’organisation des glanages et de dons en Normandie dans un contexte de réchauffement climatique

En France, le Réseau pour éviter le gaspillage alimentaire (Régal)
estime les surplus agricoles à 122 000 tonnes
En France, le Réseau pour éviter le gaspillage alimentaire (Régal)
estime les surplus agricoles à 122 000 tonnes
© LM

L’association Solidarité des producteurs agricoles et des filières alimentaires (Solaal) s’est interrogée en assemblée générale, lundi 3 juillet à Colombelles, sur la persistance plausible d’organisation de glanages et de dons de produits frais en Normandie, en temps de réchauffement climatique. C’est à la suite de l’interpellation de Laura Grassin, ingénieure spécialisée en résilience alimentaire à l’Agence de la transition écologique (Ademe), que les échanges ont eu lieu.

 

FRUITS ET LÉGUMES

Jean-Michel Hamel, président de Solaal Normandie, lui-même agriculteur dans la Manche, a tenu à tempérer les inquiétudes. « Avec la hausse des températures, les fruits et les légumes – surtout ces derniers – arrivent d’un coup, ce qui provoque des pertes », contextualise-t-il. Anne-Marie Denis, présidente de la FRSEA Normandie, complète : « en matière de pertes en champs, on n’aura pas forcément de variantes d’augmentation et de diminution liées au climat. Cependant, on aura peut-être plus de pertes en produits récoltés, ce qui donnera des produits de qualité inférieure, en manque d’eau ou qui ne correspondent pas à la norme. Les gens restent très attachés à la forme de leurs fruits et légumes ».

CONCURRENCE

« Je crains plus le risque de diminution du produit collectable, avec l’arrivée d’entreprises de transformation des produits perdus, tels que les sociétés qui font de la vaisselle avec les déchets alimentaires. Ce sont des gens qui ont des moyens financiers. Ce sera un élément de concurrence dangereux ! », complète-t-elle.

 

ENCORE TROP DE BARRIÈRES

Si « derrière un donateur, il y a parfois, plusieurs dizaines, centaines, voire milliers de producteurs concernés […] Il demeure un vrai besoin de communication auprès du monde agricole », résume Jean-Michel Hamel. Et Séverine Garnier, directrice de la Banque alimentaire du Calvados, d’ajouter : « on ne facilite pas la culture du don auprès des organismes susceptibles de pouvoir partager. Il faudrait un contact unique ». « Dans l’ADN de l’agriculteur, il y a beaucoup de solidarité. Malheureusement, il n’a pas le temps de s’en occuper. C’est pourquoi Solaal a été créé. Nous nous en chargeons de A à Z. Le producteur a le droit de choisir à qui il donne. On récupère même le Cerfa de déduction fiscale, valable pendant cinq ans », rétorque le président.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
La charte a été officiellement signée le 16 avril lors d'un point agricole avec Simon Babre, préfet de l'Eure.
Charte de déontologie des contrôles.
Les agriculteurs ne sont pas des délinquants en puissance, mais ce ressenti est une pression qui pèse sur leurs épaules : comment…
Participez au programme Giverni.

Les bovins sont capables d'acquérir une résistance aux strongles de l'intestin et de la caillette. Peut-on mettre en évidence…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole