Aller au contenu principal

Le GIP CCA Normandie : un nouvel outil pour stopper la gangrénisation foncière.

L’association de Préfiguration du Groupement d’Intérêt Public pour la Compensation Collective Agricole en Normandie vient d’être portée sur les fonds baptismaux. Objectif, compenser la gangrène que représente la consommation des terres agricoles : 16 563 ha en Normandie de 2008 à 2018.

Emmanuel Hyest (président de la Safer de Normandie), Joël
Bruneau (président de la communauté urbaine Caen la Mer),
Hervé Morin (président de la Région Normandie), Jean-Yves Heurtin
(président de la Chambre d’agriculture du Calvados) et Jean-
Louis Belloche (vice-président de la Chambre régionale d’agriculture
de Normandie).
Emmanuel Hyest (président de la Safer de Normandie), Joël
Bruneau (président de la communauté urbaine Caen la Mer),
Hervé Morin (président de la Région Normandie), Jean-Yves Heurtin
(président de la Chambre d’agriculture du Calvados) et Jean-
Louis Belloche (vice-président de la Chambre régionale d’agriculture
de Normandie).
© TH

953 ha dans l’Orne, 2 569 ha dans l’Eure, 4 197 ha en Seine-Maritime, 4 265 ha dans la Manche et 4 579 ha dans le Calvados. Tel est le bilan alarmant de la consommation de terres agricoles en Normandie de 2008 à 2018. Exprimé autrement, c’est l’équivalent de 177 exploitations de taille moyenne coulées dans le béton ou asphaltées dans le bitume. « A ce rythme, plus un seul hectare de terre agricole en Normandie dans 500 ans », s’est projeté Emmanuel Hyest (président de la Safer de Normandie) qui « se satisfait d’une vraie prise de conscience des élus » à travers la création d’un nouvel outil collectif.

 

Compenser à défaut de préserver

Dans la lignée du travail déjà engagé autour de la Compensation Collective Agricole, la Région Normandie, la Communauté urbaine Caen la mer, la Safer de Normandie et les Chambres d’agriculture de Normandie ont présenté, vendredi 26 mars, leur nouvelle Association de Préfiguration du Groupement d’Intérêt Public relatif à la Compensation Collective Agricole en Normandie (GIP CCA Normandie). Ce temps fort a été l’occasion d’échanger sur ce projet d’envergure, en faveur de la préservation de l’économie agricole normande et de l’accompagnement des maîtres d’ouvrages. « Une force de concertation, une force de capitalisation avec un caractère paritaire qui proposera un catalogue de mesures simplifiées », prédit Jean-Yves Heurtin (président de la Chambre d’agriculture du Calvados). « Il s’agit de remettre de la valeur ajoutée sur le territoire », rebondit Jean-Louis Belloche (vice-président de la Chambre d’agriculture de Normandie). Attention cependant, compenser n’est pas une fin en soi. La préservation reste la priorité avec un objectif « zéro artificialisation » dans un autre monde.

 

15 000 à 20 000 €/ha

En attendant, on évoque des niveaux de compensation de l’ordre de 1,50 à 2 e/m2 ou bien encore de 15 000 à 20 000 e/ha pour mener à bien des projets collectifs visant par exemple à relocaliser certaines productions, favoriser l’autonomie alimentaire, créer des capacités de rétention d’eau... Les idées fusent.

Si Caen la Mer et la région constituent, avec la Cran et la Safer, les pères fondateurs de l’association, « ce mouvement doit devenir régional et toutes les intercommunalités urbaines et rurales doivent s’associer au projet », plaide Hervé Morin (président de Région). « Pour les 48 communes de Caen la Mer, l’agriculture constitue un enjeu fort », juge son président Joël Bruneau.

S’unir pour freiner la consommation d’espaces et parfaire la règlementation fait désormais l’objet d’un consensus politique.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole