Aller au contenu principal

Le Fonds d'Assainissement Régional de Normandie évolue.

Depuis plusieurs années, les acteurs de la filière bovine souhaitaient faire évoluer les FAR (Fonds d'Assainissement Régional) existants. Cinq régions dont la Normandie disposaient de cet outil de solidarité et d'assainissement. Plusieurs régions voulant mettre en oeuvre un FAR, l'harmonisation devenait inévitable.

Les FAR ont pour objet de constituer une solidarité financière entre les éleveurs pour supporter tout ou partie des pertes économiques liées à des motifs de saisies ne dépendant pas des acteurs de la filière pour tous bovins âgés de 8 mois ou plus destinés à l'abattage en France.
Les FAR ont pour objet de constituer une solidarité financière entre les éleveurs pour supporter tout ou partie des pertes économiques liées à des motifs de saisies ne dépendant pas des acteurs de la filière pour tous bovins âgés de 8 mois ou plus destinés à l'abattage en France.
© © RÉUSSIR

Depuis le 1er février ce nouveau dispositif va permettre la prise en charge, selon une liste exhaustive. Pour les éleveurs normands, les modifications ne concernent pas l'instruction des dossiers.

A l'initiative de l'ensemble des Comités régionaux d'Interbev (CRI) et des représentants des organisations professionnelles, il a été décidé la mise en place, dans toutes les régions de France, de Fonds d'Assainissement régionaux (FAR), avec des règles de gestion harmonisées précisées dans un accord-cadre.

Cet accord-cadre est décliné dans les CRI, en accords interprofessionnels régionaux permettant l'instauration de fonds d'assainissement régionaux.

Pour rappel, les FAR ont pour objet de constituer une solidarité financière entre les éleveurs pour supporter tout ou partie des pertes économiques liées à des motifs de saisies ne dépendant pas des acteurs de la filière pour tous bovins âgés de 8 mois ou plus destinés à l'abattage en France. Les FAR ont également une vocation d'assainissement menée collectivement ou au niveau régional en s'appuyant sur différents partenaires.

 

Quel est le montant de Participation au FAR ?

Le montant de la participation évolue, passant d'une participation à l'animal à un montant au kilo et il n'y aura plus de distinction de races.

La « participation FAR » est volontaire, fixée à 0,006 EUR/kg poids de viande fraîche net (poids net froid) de bovins âgés de 8 mois ou + abattu (ou 2,25 EUR/tête si le prix n'a pas été défini au poids). Cette participation FAR sera :

- prélevée auprès de tous les vendeurs et propriétaires de bovins âgés de 8 mois ou plus destinés à l'abattage, ou abattus ;

- apparaît sur les bordereaux de règlement des acheteurs auprès de leurs vendeurs,

- un prélèvement sans incidence sur le montant de la TVA comme les autres cotisations interprofessionnelles.

En pratique, la collecte de participation FAR est opérée par les abattoirs et/ou abatteurs adhérents et est répercutée en cascade auprès des apporteurs successifs jusqu'à l'éleveur vendeur d'un bovin destiné à l'abattage.  Interbev appellera les participations FAR auprès des abattoirs ou abatteurs collecteurs, selon les fréquences et modalités définies pour l'ensemble des cotisations interprofessionnelles.

 

Quelles sont les modalités d'indemnisation du FAR ?

Seuls les bovins âgés de 8 mois et plus destinés à l'abattage, présentés sains, loyaux et marchands au moment de l'abattage et ayant fait l'objet d'un prélèvement au titre de la participation FAR sont éligibles au FAR.

Le fonctionnement harmonisé des FAR dans toutes les régions permet de maintenir une prise en compte de 100 % des saisies ou des réductions de prix liées aux préjudices subis (exception faite pour le tiquetage musculaire où 50 % restent à la charge de l'abatteur), tout en finançant des recherches et travaux dans un objectif de prévention et d'assainissement.

La liste des motifs de saisies indemnisables par le FAR (en saisie totale ou partielle) est la suivante :

- myosite éosinophilique : lésion de sarcosporidiose,

- couleur anormale : mélanose,

- cysticercose musculaire généralisée, cysticercose musculaire localisée : forme vivante, cysticercose musculaire localisée : forme dégénérée,

- sclérose musculaire : myodystrophie : sclérose musculaire d'origine métabolique, fibrolipomatose, dégénérescence musculaire,

- processus tumoral généralisé,

- schwannome, ictère,

- altérations et anomalies : tiquetage musculaire.

La valeur d'indemnisation est déterminée par le CRI en tenant compte de la catégorie, du classement et de la conformation des bovins ayant subi un préjudice, sur la base des éléments suivants :

- prix au kg retenu : cotation régionale entrée Abattoir (FranceAgriMer) ou, à défaut, la cotation nationale après déduction de 0,15 euro pour les frais d'approche,

- majoration de 5 % pour les animaux achetés sous Siqo et les animaux primés lors des concours reconnus par la FNCAB (sous réserve d'avoir des éléments de preuve),

- versement de l'indemnisation à l'abatteur avec information à l'éleveur (site de remontées d'information d'abattage à minima) pour un reversement successif à l'éleveur.

 

En cas de saisie, les abattoirs et abatteurs :

- Informent le propriétaire (ou vendeur du bovin) le jour même ou au plus tôt.

- Constituent un dossier d'indemnisation auprès du FAR de la région d'abattage (comité régional Interbev) avec les pièces justificatives requises (certificat de saisie, informations de pesée, bon ou bordereau d'achat / bon d'enlèvement).

- Le FAR de la région d'abattage détermine la valeur d'indemnisation.

- Les règlements du FAR sont effectués au profit de l'abatteur-payeur ayant constitué le dossier. Il devra avoir préalablement payé son fournisseur qui règlera l'éleveur (comme pour un gros bovin sain, loyal et marchand destiné à l'abattage) pour percevoir le remboursement du FAR Aura.

- L'éleveur est informé du traitement par une information sur son compte de consultation des données d'abattage.

 

Votre comité régional Interbev Normandie se tient à votre disposition pour tout renseignement concernant l'un des motifs de saisie ou sur le fonctionnement du dispositif en cas de saisie pour l'une des causes listées.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole