Aller au contenu principal

Le colza ne manque pas d'atouts.

Introduire du colza sur son exploitation ne demande pas de matériel spécifique et les débouchés sont là. C'est une culture qui valorise bien les effluents d'élevage : réaliser un apport organique avant semis, c'est se donner une nouvelle période d'épandage lorsque les sols portent bien.

Parcelle de colza en automne.
Parcelle de colza en automne.
© TERRES INOVIA

Historiquement, les conditions de préparation du sol avant semis de colza sont plutôt favorables, compte-tenu de la dominante « limons » et de la forte proportion de parcelles semées sur labour par les combinés semis/rotatives. Dans les sols superficiels type argilo-calcaires, la problématique de levée des colzas est beaucoup plus marquée, ce qui milite à faire évoluer les pratiques de préparation de sol. Terres Inovia conseille de limiter le travail du sol en interculture au strict nécessaire et au plus près de la récolte du précédent pour limiter l'asséchement, de gérer la paille en juillet plutôt qu'en août pour les colzas semés en non-labour, et de privilégier un précédent orge hiver ou paille enlevées, pour favoriser un meilleur démarrage du colza.

Depuis quelques années, les dates de semis sont avancées, y compris dans les exploitations les plus proches du littoral. L'esquive des morsures d'altises est sans doute le principal motif. Le colza gagne à lever avant fin août / début septembre. En général, il devrait être semé autour du 20-25 août, et dans des contextes plus continentaux (Sud Eure et Orne), où il fait sec plus fréquemment et tout particulièrement dans les sols à contrainte argileuse, les agriculteur ont intérêt à anticiper et à se tenir prêt à semer dès le 5-10 août. Il faut savoir être opportuniste et enclencher les semis au gré des prévisions météo en misant sur une pluie de 7-10 mm. Pour les planteurs, les semoirs monograines utilisés pour les semis de betterave sont adaptés et même recommandés pour les semis de colza. Très peu répandue dans la région, cette pratique pourrait pourtant améliorer la qualité de levée (régularité de peuplement et vigueur départ grâce à un meilleur positionnement de la graine) et contribuer à une bonne installation automnale de la culture. L'écartement large (40-50 cm) ne pénalise aucunement la mise en place du potentiel de la culture. En général, une densité de 35-40 plantes/m² est suffisant en colza semé au semoir céréales. En semis au monograine, une densité de 25-30 plantes /m² suffit. Le taux de perte à la levée est beaucoup plus faible avec un semoir monograine par rapport au semoir céréales.

 

FERTILISATION MINÉRALE OU ORGANIQUE AU SEMIS

Les parcelles recevant régulièrement des apports organiques sont généralement les plus aptes à mette en place une bonnecroissance automnale et encaisser lesaccidents ou évènements perturbateurspour le colza au printemps. A défaut dedisposer d'une bonne réserve N ou P aumoment du semis, il devient de plus enplus judicieux de fertiliser (20-30 U d'N dans le respect de la Directive nitrate) dans le but d'accompagner la croissance automnale et éviter, notamment dans les sols pauvres en NP, les faims minérales et « panne-sèches » avant ou pendant l'hiver. En effet, les larves d'altises provoquent d'autant plus de dommages que les colzas sont faiblement développés (< 1.2 kg/m² en novembre) et peu alimentés en éléments minéraux. C'est un coup de pouce que le colza apprécie au même titre que la pratique de colza associé aux légumineuses.

 

MÉLANGE AVEC UNE VARIÉTÉ TRÈS PRÉCOCE

Pour limiter les dégâts de méligèthes et l'utilisation des insecticides, on peut mélanger 5 à 10 % de semences d'une variété à floraison très précoce (ex ES Alicia) avec la variété d'intérêt. La variété très précoce fleurira lorsque la variété d'intérêt sera au stade sensible vis-à-vis du méligèthe. Attention, l'efficacité n'est pas pour autant systématique. Suivant les conditions météo et de croissance printanière pour la culture, le colza peut-être en plus ou moins bonne posture indépendamment de la pratique de ce mélange variétal. Il convient donc de rester prudent et scruter l'évolution du rapport de force colza / ravageur. La surveillance des ravageurs d'automne est devenu un point essentiel à la réussite. Qu'il soit en « bonnes terres » ou non, le colza est soumis à une pression régulière exercée tout particulièrement par les larves d'altises pendant l'hiver. De fin octobre à fin décembre, les insectes colonisent en plus ou moins grand nombre la culture et de façon plus ou moins précoce sur cet intervalle de temps. La pression est très variable selon les parcelles. Des leviers chimiques existent pour gérer les populations avant qu'elles ne fassent de tort à la culture. Les phénomènes de résistance des altises aux pyréthrinoïdes menacent la production, si bien que les mesures préventives, le suivi parcellaire et les bonnes règles de conduites phytosanitaires sont indispensables si l'on veut faire durer les solutions. Il n'y a pas de fatalité, juste les bons raisonnements à adopter.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole