Aller au contenu principal

Le bien-être du taurillon est dans le vent.

Si la ventilation sous stabulation laitière devient de plus en plus courante, elle est encore rare en bovin viande. Petit tour du côté de Mauvaisville (61) où, depuis le 17 juillet, les 400 taurillons du Gaec des Blandinières bénéficient de ce nouveau service.

Le positionnement des ventilateurs doit être parfaitement calculé pour balayer de façon uniforme tout l'espace utilisé par les animaux. Dans le cas contraire, on crée des zones de confort mais aussi d'inconfort.
Le positionnement des ventilateurs doit être parfaitement calculé pour balayer de façon uniforme tout l'espace utilisé par les animaux. Dans le cas contraire, on crée des zones de confort mais aussi d'inconfort.
© TG

Depuis le 17 juillet, vingt ventilateurs brassent de l'air sous le bâtiment taurillon de 400 places (150 m de long par 25 m de large) du Gaec des Blandinières. « Un grand ouf de soulagement avec les grosses chaleurs de cet été », pousse Thierry Thomas, l'un des 4 associés.

 

EN CONTINU CET ETE

L'installation se met automatiquement en route à partir de 22oC et la vitesse de rotation est proportionnelle à la température. « Elle a fonctionné cet été en quasi continu de 10 h 30 à 23 h. On a pu observer que les animaux étaient moins essoufflés, plus reposés... Parallèlement, cela évite que la ration alimentaire ne chauffe trop ». Le bien-être animal y trouve son compte « mais le bien-être de l'éleveur aussi », insiste Thierry Thomas pour qui il était plus supportable de travailler sous le bâtiment en pleine canicule. Economiquement, le retour sur investissement est à portée de pâle tant grâce à de meilleurs performances techniques (moins de perte de GMQ en viande ou de production journalière de lait en VL) qu'à une meilleure ambiance sanitaire. A noter qu'une telle installation est éligible au Plan de Relance avec une subvention qui peut atteindre 30 %.

Et le coût énergétique ? « Il s'agit de moteur à variateur qui consomment de façon significative quand ils tournent entre 80 % et 100 % de leur puissance. Mais la réalité, c'est qu'ils tournent les 4/5e du temps à une puissance comprise entre 20 % et 80 %», pondère-t-on du côté du distributeur.

 

L'HIVER AUSSI

L'hiver, ce sont les sondes hygrométriques qui vont prendre la main sur la mise en route des ventilateurs pour atteindre une vitesse de vent de 1 à 3 m/s. Cela va permettre d'assécher les litières limitant ainsi les pathologies des pieds mais aussi le problème mammite en lait. « Une telle installation à vocation à travailler 8 mois sur 12 », pronostique-t-on du côté de Mauvaisville.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole