Aller au contenu principal

L’appel des élu(e)s des territoires d’élevages de bovins, d’ovins et de caprins : manifeste pour un élevage de ruminants durable au service de territoires vivants

« Nous avons besoin de vaches, de brebis et de chèvres si nous voulons conserver nos prairies, utiles à la lutte contre le changement climatique et la protection de la biodiversité », plaide le manifeste.
« Nous avons besoin de vaches, de brebis et de chèvres si nous voulons conserver nos prairies, utiles à la lutte contre le changement climatique et la protection de la biodiversité », plaide le manifeste.
© JP

Nous, élu(e)s dans des départements d’élevage de ruminants, souhaitons apporter ensemble notre soutien à la préservation de ce secteur irremplaçable de l’économie durable de nos territoires, alors qu’il fait, régulièrement, l’objet d’une approche simpliste et caricaturale dans le débat public. La forte baisse de production de lait et de viandes en France, couplée aux départs massifs d’éleveurs à la retraite attendus dans les cinq prochaines années, fait peser une menace sans précédent sur ce secteur. L’élevage de ruminants français, comme nos territoires sur lequel il est implanté, se trouve indéniablement à un tournant de son histoire : il est donc plus urgent que jamais de s’employer à offrir des perspectives claires et assumées aux jeunes générations qui auront la responsabilité de pérenniser cette activité, tout en oeuvrant en faveur de notre souveraineté alimentaire, de la protection de l’environnement et de l’animation de nos territoires.

 

C’EST POURQUOI NOUS AFFICHONS, ENSEMBLE, CES CONVICTIONS COMMUNES :

 

1 - L’avenir de nos territoires est intrinsèquement lié à celui des exploitations d’élevage bovin, ovin et caprin qui y sont implantées.

Si ces élevages venaient à disparaître, c’est tout un pan de notre économie qui s’effondrerait : au-delà même des emplois supprimés au sein des filières d’élevage, ce sont de très nombreuses activités commerciales, culturelles et touristiques qui seraient mises en danger. Car l’élevage de ruminants sur nos territoires est bien plus qu’une activité de production de lait, produits laitiers et de viandes de qualité ! Les troupeaux d’herbivores façonnent nos paysages. Ils sont au coeur de l’identité et du patrimoine de nos terroirs.

 

2 - Nous avons besoin de vaches, de brebis et de chèvres si nous voulons conserver nos prairies, utiles à la lutte contre le changement climatique et la protection de la biodiversité.

Les débats actuels sur l’élevage de ruminants, notamment l’élevage bovin, mettent en lumière ce paradoxe : la France voudrait conserver, voire augmenter, ses surfaces en prairies qui stockent du carbone et abritent une biodiversité riche… tout en diminuant drastiquement les cheptels d’herbivores qui entretiennent ces surfaces ! Ces derniers, réduits à leurs externalités environnementales négatives en matière d’émissions de méthane entérique, deviendraient en effet, à en écouter certains, les principaux responsables du changement climatique. Nous affirmons donc, ensemble, que nous ne conserverons nos millions d’hectares de prairies qu’à la condition de maintenir nos troupeaux d’herbivores sur ces hectares et qu’il conviendrait que l’évaluation environnementale de l’élevage de ruminants, utile à la définition de politiques publiques, tienne compte également des externalités positives de cette activité en matière, notamment, de stockage de carbone et de protection de la biodiversité.

 

3 - Nous devons accompagner les jeunes générations vers des systèmes d’élevage définis collectivement comme « durables ».

Ces systèmes d’élevage durables répondent aux objectifs suivants : garantir aux éleveurs des prix couvrant leurs coûts de production et un bon niveau de qualité de vie au travail ; valoriser et protéger les ressources naturelles telles que l’herbe ; disposer d’un fort taux d’autonomie fourragère ; être peu dépendants de l’achat d’intrants ; limiter l’usage des antibiotiques et des produits phytosanitaires. Ce modèle d’élevage durable, caractérisé par une adéquation entre la taille du troupeau, la surface dédiée et la présence d’actifs, est très majoritaire en production bovine, ovine et caprine, sur nos territoires. Il devient en revanche une exception, à l’échelle de la planète.

 

4 - Nous devons garantir la cohérence de l’ensemble des politiques publiques locales, nationales et européennes en faveur de la protection de ces systèmes d’élevage durable.

La préservation de systèmes d’élevage durables sur nos territoires dépendra de la capacité de la France à mettre en cohérence l’ensemble des politiques publiques qui impactent le secteur. A l’heure actuelle, cette cohérence est loin d’être établie ! Au contraire, les objectifs de politiques publiques nationales et européennes agricoles, environnementales et commerciales se contredisent. Baisse de la production ? Souveraineté alimentaire ? Libéralisation des échanges mondiaux et importations croissantes de viandes ne respectant pas les normes de production sanitaires et environnementales européennes ? Les perspectives pour les éleveurs sont illisibles. Nous souhaitons donc qu’un cap politique clair soit assumé, en France, en faveur de la protection des systèmes d’élevage durables tels que définis au point 3 et que l’ensemble des décisions politiques affectant le secteur, à toutes les échelles, convergent dans cette direction.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Alexandre Lhermeroult et son père ont mis trois ans à sortir le bâtiment de terre.
La Ferme des Houlettes mise sur la vente directe.
Patrick et Alexandre Lhermeroult ont ouvert une boucherie-charcuterie pour garantir la qualité de la naissance à l'assiette.
"Je ne pars pas nostalgique, ce n'était pas mieux avant. Des problèmes, il y en a toujours eu, des solutions également", a conclu Alexandre Quillet.
À la CGB Eure : le combat syndical et scientifique continue.
"Stop aux distorsions de concurrence, à la concurrence déloyale et aux importations massives de sucre en provenance d'Ukraine".…
Une consommation de vin en baisse de 2,6 % par rapport à 2022.
Vin : production et consommation mondiales en baisse.
Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production et la consommation de vin…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole