Aller au contenu principal

La veille sanitaire, indispensable pour préserver les cultures.

Un colloque sur la surveillance sanitaire des cultures en Normandie s'est tenu mercredi 8 novembre au lycée agricole du Robillard, dans le Calvados, à l'initiative des Chambres d'agriculture. L'occasion de rappeler l'importance du dispositif et de constater que production rime avec observation.

A la table ronde de la matinée, étaient présents (de gauche à droite) : Christian Delavaux, directeur général de Lunor, filiale de NatUp ;
Régis Chopin, vice-président de la commission Agro-PV des Chambres d'agriculture ; Jérôme Jullien, expert national en santé du végétal
à la Direction générale de l'alimentation (DGAL) ; Adrien Declercq, responsable de la collecte céréales chez Agrial.
A la table ronde de la matinée, étaient présents (de gauche à droite) : Christian Delavaux, directeur général de Lunor, filiale de NatUp ;
Régis Chopin, vice-président de la commission Agro-PV des Chambres d'agriculture ; Jérôme Jullien, expert national en santé du végétal
à la Direction générale de l'alimentation (DGAL) ; Adrien Declercq, responsable de la collecte céréales chez Agrial.
© LM

Depuis 2008, la Normandie a mis en place un réseau de surveillance sanitaire des cultures. A travers le Bulletin régionalde santé du végétal (BSV) - dispositif imaginé au niveau national, dans le cadre du plan Ecophyto - des observateurs et leurs partenaires prêtent une attention accrue à l'état sanitaire de huit filières végétales représentatives du territoire et à la progression des bioagresseurs. Afin de souligner l'importance de ce travail de fourmi, un colloque s'est tenu mercredi 8 novembre, au lycée agricole du Robillard (14). Environ 75 participants ont assisté aux riches échanges de la journée.

LA VEILLE SANITAIRE, POUR QUOI FAIRE ?
« L'objectif de la surveillance sanitaire au quotidien, c'est d'aider l'ensemble de la filière, pose d'entrée de jeu, Emmanuel Gsell, animateur BSV des Chambres. Elle permet d'être vigilant, tant pour l'agriculteur qui est en alerte vis-à-vis de ses cultures, pour la qualité de ses productions et pour assurer ses revenus, que pour les organismes stockeurs et transformateurs qui doivent respecter des cahiers des charges stricts pour valoriser les produits, notamment à l'export. » « Le BSV alerte les agriculteurs sur les seuils de présence, de nuisibilité et d'intervention. [...] C'est avant tout un outil pédagogique à destination des agriculteurs, qui est complémentaire de la formation », constate Régis Chopin, vice-président de la commission Agro-PV des Chambres d'agriculture.

L'OBSERVATION PRIME
Si le BSV ne peut pas remplacer le travail de terrain des agriculteurs, une veille hebdomadaire de chaque parcelle permet de mesurer la propagation de bioagresseurs, tels que les pucerons, les charançons ou les chenilles - urticantes, processionnaires du pin ou bombyx cul brun. « Les nouveaux organismes qui arrivent sur le territoire français se comptent entre dix et vingt par an, ajoute-t-il. L'analyse hebdomadaire, réalisée par un expert de la filière, précise la notion de risque sanitaire pour la culture à partir de seuils de nuisibilité définis et facilite ainsi la stratégie de protection des cultures par les agriculteurs. »

UN DISPOSITIF PARMI D'AUTRES
Le BSV n'est pas le seul réseau de surveillance. La Sore (Surveillance des organismes réglementés ou émergents), réseau d'épidémio-surveillance déployé par la Fredon, effectue des prélèvements de sols ou de cultures afin de surveiller d'éventuelles émergences de ravageurs, maladies ou d'adventices à risque pour la santé.
Ces réseaux contribuent à conserver le contrôle sur le développement des bioagresseurs. « Il faut sécuriser la protection des cultures, assurer la compétitivité des exploitations agricoles, tout en préservant la santé et l'environnement », remarque Jérôme Jullien, expert national en santé du végétal à la Direction générale de l'alimentation (DGAL). Stress hydrique, canicule, gel tardif...
Le changement climatique fragilise, lui aussi, les cultures. L'adoucissement des températures peut entraîner l'installation de nouveaux bioagresseurs. La veille sanitaire sera donc d'autant plus importante dans les années à venir.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Le cru 2024-2026 du conseil d'administration JA 27. "Une jeune équipe ambitieuse qui prend place", tels ont été les premiers mots de son nouveau président Romain Loiseau, installé depuis 2020 dans le Pays d'Ouche (volaille label, pomme et vache allaitante).
JA 27 : la nouvelle équipe dans les starting-blocks.
Romain Loiseau est le nouveau président de JA 27. Il succède aux deux coprésidents Christophe Chopin et Denis Phiquepron.…
Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole