Aller au contenu principal

La vapeur d'eau pour des semences saines et vigoureuses

Le 30 avril dernier à Saint Pierre-le-Viger, terre de Lin a présenté sa nouvelle ligne de désinfection des semences de lin. C'est une première en France.

Terre de lin est la première société en France et dans le secteur du lin à utiliser ce procédé naturel pour optimiser l’état sanitaire des semences.
Terre de lin est la première société en France et dans le secteur du lin à utiliser ce procédé naturel pour optimiser l’état sanitaire des semences.
© CH

Terre de Lin vient d'inaugurer sa nouvelle ligne de désinfection des semences par la vapeur avec le process ThermoSem. La coopérative est la première structure française à installer ce procédé naturel développé par le suédois Thermoseed. « Notre coopérative travaille à la mise en place de solutions durables. A tous les niveaux : génétique, agronomique, au niveau des teillages avec le bien-être des équipes et la diminution de la consommation d'énergie, et bien sûr au niveau de l'utilisation des pesticides. Il fallait oser avec la technologie ThermoSem. C'est le résultat de plusieurs années de travail » précise le président Guillaume Hemeryck.

Les semences récoltées présentent toujours des pathogènes qui compromettent la germination et le développement de la plante. Les semences certifiées doivent répondre à des seuils maximums d'infestation par ces pathogènes comme la fusariose, le botritys, l'alternaria ou le phoma. Jusqu'à présent, l'état sanitaire des semences était obtenu par l'application d'un traitement chimique mais depuis près de 30 ans, Terre de Lin travaille sur d'autres procédés de désinfection.« On a tout essayé : la voie chimique mais également le biocontrôle, les huiles essentielles, le flash lumineux... rien n'a fonctionné. La germination de la graine était à chaque fois diminuée », précise Jean-Paul Trouvé, responsable recherche à Terre de Lin.

Encouragée par Thermoseed, la coopérative a également testé pendant quatre ans le procédé par la vapeur.« Les résultats obtenus sont très performants, au moins égaux au traitement chimique. On ne perd pas en taux de germination et l'état sanitaire de la graine est parfait. »

DEUX TUNNELS

La technologie permet la désinfection des semences par la vapeur d'eau. Les semences passent dans le tunnel en lit fluidifié rempli de vapeur d'eau. Après cette étape de désinfection, arrive la phase de refroidissementet de séchage rapide dans un second tunnel, afin d'obtenir des semences stockables.

Pour chaque lot de semences, l'intensité du procédé est adaptée afin de bien désinfecter tout en maximisant la vigueur de la semence. Cette intensité combine quatre facteurs : la température, la durée du traitement, l'humidité et le débit de l'air. L'installation de Saint-Pierre-le-Viger peut traiter entre 6 à 8 tonnes de semences par heure.

Gustav Forsberg, de la société Thermoseed, espère que cela va inspirer d'autres Français. CEn Suède et en Norvège 30 à 60 % des semences certifiées sont traitées de cette façon. Au Japon et au Texas, il est également utilisé pour les semences de riz. Pour la campagne 2019, Terre de Lin a produit 10 % de ses semences par ce procédé soit 500 tonnes (200 adhérents). En 2020, cela devrait représenter 40 % du total et 60% dès 2021. Les résultats de certifications fournis par le laboratoire nationald'analyse de la qualitédes semences confirment lesbons résultats : des efficacités au moins égales aux solutions chimiques, des effets positifs sur la vigueur germinative, un confort d'utilisation (moins de poussières) et un respect de l'environnement.

Sébastien Windsor, président de Terres Innovia a souligné l'exemplarité technique de ce process : « Avec ThermoSem,Terre de Lin tire la valeur ajoutée par sa naturalité. Mais il a fallu quatre ans pour mettre au point ce procédé. Le monde agricole cherche des solutions pour répondre aux attentes sociétales. Il a besoin de temps pour les tester et il a besoin aussi d'être accompagné dans ses investissements ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole