Aller au contenu principal

La SNFM s’active pour un nouveau statut du fermage.

Le congrès annuel de la Section nationale des fermiers et métayers (SNFM) s’est tenu les 30 et 31 janvier aux Sables d’Olonne, en Vendée. Alain Morin, Francois Lehalleur et Jean-Philippe Pétillon, représentaient le département et participaient aux travaux.

Alain Morin : « Aujourd’hui, la grande majorité des fermiers a plusieurs bailleurs. L’enjeu est d’assurer la
transmission intégrale et en cas de cession ».
Alain Morin : « Aujourd’hui, la grande majorité des fermiers a plusieurs bailleurs. L’enjeu est d’assurer la
transmission intégrale et en cas de cession ».
© ©DR
Comment simplifier le statut du fermage pour coller aux évolutions de l’agriculture ? « La situation est différente entre le nord et le sud de la France » explique Alain Morin, président de la SDFM de l’Eure. « Dans nos régions, nous avons plus de preneurs que de cédants. Dans le sud, c’est l’inverse. Les réponses sont donc différentes et la solution pourrait passer par un statut du fermage qui laisserait une plus grande place aux adaptations régionales ». La question de la transmission de l’entreprise agricole était au coeur d’une table-ronde. « L’enjeu est d’arriver à transmettre l’outil de travail dans sa globalité » commente Alain Morin. « Aujourd’hui, la grande majorité des fermiers a plusieurs bailleurs et en cas de cession, la transmission intégrale n’est pas assurée. »
MODERNISER LE STATUT
Deux autres enjeux sont au coeur des propositions de la SNFM pour moderniser le statut du fermage : « pouvoir rester fermier tout au long de sa carrière, et donner davantage de liberté aux bailleurs » rappelle Alain Morin. Pour y parvenir, Luc Roland, président de la SNFM, a plaidé pour « plus de sécurité pour le fermier, et davantage de liberté pour le bailleur », avançant plusieurs propositions concrètes : mise en place d’un état des lieux obligatoire à l’entrée du fermier, généralisation d’une grille à points pour déterminer le montant du fermage, dégressivité de la décote du prix de vente ou encore possibilité de subroger au droit de préemption du fermier en place. Autant de propositions actuellement discutées avec la Section nationale des propriétaires ruraux dans l’objectif d’aboutir à une position commune, qui pourrait permettre à une nouvelle loi foncière de voir le jour. Des points de convergences existent déjà sur plusieurs sujets et notamment : l’obligation d’un état des lieux à l’entrée du fermier, la parcelle de subsistance qui doit être conservée en priorité par le fermier sur des terres qu’il a en propriété, ou encore la possibilité pour les bailleurs et preneurs de convenir amiablement des investissements à entreprendre par le fermier sur le fonds loué et des modalités de son indemnisation lors de son départ. Le contrôle des structures a été défendu comme outil de maîtrise du foncier. « La SNFM souhaite son maintien mais veut introduire un contrôle des critères économiques » conclue Alain Morin. « Le contrôle des structures serait ainsi plus un contrôle de projet qu’un contrôle de surface. »
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Alexandre Lhermeroult et son père ont mis trois ans à sortir le bâtiment de terre.
La Ferme des Houlettes mise sur la vente directe.
Patrick et Alexandre Lhermeroult ont ouvert une boucherie-charcuterie pour garantir la qualité de la naissance à l'assiette.
"Je ne pars pas nostalgique, ce n'était pas mieux avant. Des problèmes, il y en a toujours eu, des solutions également", a conclu Alexandre Quillet.
À la CGB Eure : le combat syndical et scientifique continue.
"Stop aux distorsions de concurrence, à la concurrence déloyale et aux importations massives de sucre en provenance d'Ukraine".…
Une consommation de vin en baisse de 2,6 % par rapport à 2022.
Vin : production et consommation mondiales en baisse.
Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production et la consommation de vin…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole