Aller au contenu principal

La Région soutient les reconversions.

Edouard Douville, maraîcher au Gros Theil, a accueilli, jeudi dernier, Hervé Morin, président de la Région Normandie, Jean-Paul Legendre, président de la communauté de communes du Pays du Neubourg, Laurent Vallée, maire du Bosc-du-Theil et des membres de la chambre d’agriculture sur son exploitation.

Edouard Douville et sa femme Muriel, privilégient la vente en circuits courts. Ils proposent aux consommateurs de venir cueillir directement sur la parcelle ou préparent des paniers prêts à emporter.
Edouard Douville et sa femme Muriel, privilégient la vente en circuits courts. Ils proposent aux consommateurs de venir cueillir directement sur la parcelle ou préparent des paniers prêts à emporter.
© REGION NORMANDIE

Edouard Douville, 48 ans, est un ancien militaire de l’armée de l’air, un ancien mécanicien sur avion. Issu d’une famille d’agriculteurs, il décide de se reconvertir dans le maraîchage. « Mon frère a repris l’exploitation céréalière familiale il y a une vingtaine d’années. Ce projet de reconversion est un travail sur le long terme. C’était en réflexion depuis environ trois ans ».

Le 1er janvier 2020, Edouard Douville s’installe sur une parcelle de 5 hectares qu’il loue à son frère. « L’idée de départ était de m’installer en vergers mais cela prend du temps. Avec ma femme, Muriel, nous nous sommes, donc, diversifiés avec des fruits rouges et des légumes ». L’exploitation est, aujourd’hui, en conversion biologique. « Mon frère est passé au bio en avril et mai 2019. Pour ma part, je suis dans ma deuxième année ». Le maraîcher, fraîchement installé, a, donc, bénéficié du soutien de la Région à hauteur de 11 500 euros via le dispositif Impulsion Installation. Un programme destiné à l’installation de porteurs de projet de plus de 40 ans. « Ce dispositif vise à soutenir l’installation en agriculture et le développement d’activités agricoles en zone rurale, notamment des plus de 40 ans ou de ceux n’ayant pas le niveau d’étude requis. La Région encourage les jeunes qui le peuvent à bénéficier de la DJA. Cependant, un porteur de projet éligible à la DJA peut préférer demander l’aide Impulsion-Installation. Seuls sont aidés les projets liés à la première installation ou reprise d’une activité agricole », détaille la Région.

« Mes investissements sont estimés à 95 000 euros. J’ai reçuune aide de 10 500 euros au titre du programme Impulsion Installation et 1 000 euros supplémentaires m’ont été attribués pour le maraîchage ».

 

DES PROJETS

L’exploitation produit une gamme assez large de légumes. « Nous proposons des salades, radis, carottes, différentes variétés de choux, des courges, des pommes de terre, des panais, des poireaux… Nous privilégions la vente en circuits courts. Nous proposons aux consommateurs de venir cueillir directement sur la parcelle ou préparons des paniers prêts à emporter ». Une partie de la production est vendue via les casiers installés par la Fermede Chris au Gros Theil. « Cet été, je proposais des fraises, des tomates et des courgettes ».

Sylvie et Bruno Pattyn, éleveurs porcins à la Ferme Ivilloise d’Iville, vendent, également les produits du maraîcher dans leur boutique installé en avril dernier sur leur exploitation. Désormais, Edouard et Muriel Douville étudient la possibilitéde créer de « petits ateliers de 250 poules pondeuses. Nous attendons que le verger soit bien implanté, qu’il est pris de l’ampleur, d’ici 3 à 5 ans. Plus tard, pourquoi ne pas intégrer un ou des moutons pour l’entretien de la parcelle. Une réflexion en lien avec notre conversion en agriculture biologique ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Alexandre Lhermeroult et son père ont mis trois ans à sortir le bâtiment de terre.
La Ferme des Houlettes mise sur la vente directe.
Patrick et Alexandre Lhermeroult ont ouvert une boucherie-charcuterie pour garantir la qualité de la naissance à l'assiette.
"Je ne pars pas nostalgique, ce n'était pas mieux avant. Des problèmes, il y en a toujours eu, des solutions également", a conclu Alexandre Quillet.
À la CGB Eure : le combat syndical et scientifique continue.
"Stop aux distorsions de concurrence, à la concurrence déloyale et aux importations massives de sucre en provenance d'Ukraine".…
Une consommation de vin en baisse de 2,6 % par rapport à 2022.
Vin : production et consommation mondiales en baisse.
Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production et la consommation de vin…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole