Aller au contenu principal

La réforme des retraites : des effets pour les futurs retraités.

La section des anciens exploitants de la FRSEA de Normandie a planché mercredi dernier sur le projet de réforme des retraites en cours de discussion.

Quarante-cinq délégués ont réfléchi ensemble à la réforme des retraites à venir.
Quarante-cinq délégués ont réfléchi ensemble à la réforme des retraites à venir.
© ©DR

Fusionner tous les régimes de retraites, tel est l’objectif annoncé par le président Macron pour la réforme des retraites à venir. Les consultations, menées depuis plusieurs mois par le Haut Commissaire Jean-Paul Delevoye, ont permis de repérer les obstacles à cet ambitieux projet. Si les agriculteurs en attendent, au vu des pensions actuelles, une revalorisation, Aude Fernandez, juriste spécialisée à la FNSEA qui intervenait devant les quarante délégués départementaux présents, a rappelé que la réforme était prévue « à enveloppe constante ». Cela signifie que certains verront leur régime amélioré tandis que d’autres constateront une dégradation de leur situation.

RETRAITE PAR POINTS
Quant à la revendication d’un alignement du régime agricole sur les autres régimes avec la prise en compte des vingt-cinq meilleures années, il semble que l’on s’oriente plutôt vers une extension de l’architecture des retraites agricoles à l’ensemble des régimes. Rappelons que la retraite de base agricole est composée d’une retraite forfaitaire et d’une retraite proportionnelle obtenue par la capitalisation en points en fonction du revenu. La retraite de base est complétée par un régime de retraite complémentaire obligatoire. La recherche d’équité entre les cotisants semble atteignable avec un dispositif des retraites calculées par points, tel que le régime agricole actuel. « Encore faut il corriger le système agricole qui attribue un même nombre de points sur une longue plage de revenus » ont remarqué les participants.
GARDER LES MINIMAS
La réforme pose aussi la question des minimas : le minimum vieillesse et le minimum de retraite agricole. La volonté d’indexer à nouveau seulement les « plus petites retraites » ainsi que l’a annoncé le président de la République fin avril, risque d’amener progressivement de plus en plus de retraités au niveau du minimum de retraite, dévalorisant les cotisations payées pendant la période d’activité. De même, la hausse du minimum vieillesse doit être appréhendée de manière à conserver une valeur positive à la cotisation. Néanmoins, la FNSEA demeure favorable au maintien de ces deux minimas, au contraire d’autres organisations qui sont volontiers plus simplificatrices au risque d’être inéquitables. Elle partage l’objectif voir toutes les retraites agricoles à 85 % du SMIC et au-delà. Cela vaut d’ailleurs pour les retraités futurs mais aussi pour les actuels retraités. La question des pensions de réversion a aussi fait l’objet d’un long débat. Au de Fernandez a rappelé l’intérêt qu’il y a à demander la réversion assez rapidement après le décès, même si le plafond limite souvent le bénéfice de cette mesure qui devrait être maintenue dans le cadre de la réforme. La réforme devrait entrer en négociation d’ici la fin de l’été pour une application en 2025, soit pour les actifs nés après le 1er janvier 1963. Quoi qu’il en soit, les agriculteurs retraités revendiquent une revalorisation des retraites agricoles actuelles sur une base forfaitaire qui évite de creuser les écarts. Reste à savoir comment les droits acquis jusqu’à la mise en oeuvre de la réforme seront convertis dans le nouveau système. Cette période transitoire donnera lieu, elle aussi, à un véritable casse-tête pour les personnes chargées de mettre en oeuvre cette réforme.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
La charte a été officiellement signée le 16 avril lors d'un point agricole avec Simon Babre, préfet de l'Eure.
Charte de déontologie des contrôles.
Les agriculteurs ne sont pas des délinquants en puissance, mais ce ressenti est une pression qui pèse sur leurs épaules : comment…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole