Aller au contenu principal

A la présidence de l'UCDV : Laure succède à Thomas.

L'assemblée générale de l'UCDV (Usines Coopératives de Déshydratation du Vexin) s'est tenue le 13 septembre dernier à Gamaches-en-Vexin. Nicolas Durand y a cédé son fauteuil de président à Laure Figeureu-Bidaud.

Ce n'est pas encore la parité parfaite mais la féminisation du conseil d'administration de l'UCDV est une particularité de la coopérative.
Ce n'est pas encore la parité parfaite mais la féminisation du conseil d'administration de l'UCDV est une particularité de la coopérative.
© TG

Administrateur depuis 1996 et président pendant 6 ans, Nicolas Durand a passé, le 13 septembre dernier à l'occasion de l'assemblée générale, le flambeau à Laure Figeureu-Bidaud. « J'ai rencontré beaucoup de gens passionnants et passionnés. L'UCDV, c'est l'adaptation permanente », a-t-il soufflé dans sa dernière prise de parole officielle. Mais si une page se tourne, la feuille de route reste inchangée. « Regardons l'avenir, il y a tant à faire. Nous devons conforter l'UCDV dans son tissu local », revendiquent de concert Laure Figeureu-Bidaud et Nicolas Durand.

 

ATOUT BIOMASSE

Cet avenir passe par la biomasse. « La maîtrise de l'énergie demeure un des facteurs clés de succès. Nous devons nous dédouaner du poids des énergies fossiles dans notre mix énergétique. Nous avons, en conséquence, souscrit des engagements plus importants en termes de biomasse. Nous passons à des objectifs très ambitieux de 75 %. Dans tous les cas, le positionnement géographique de l'UCDV lui procure des atouts logistiques en approvisionnement énergétique. Nous avons également pris des positions sur le marché du carbone et de l'électricité ».  Une stratégie encore plus résiliente dans un contexte d'envolée des coûts énergétiques. « Les orientations stratégiques prises en 2017, notamment une évolution du mix énergétique le plus décarboné et local possible, s'avèrent être les meilleures dans ce contexte exceptionnel ». Autre axe stratégique poursuivi, la diversification en produisant de la qualité au meilleur coût et la stocker dans les meilleures conditions.   Concrètement, cela passe par « le maintien de notre partenariat avec Saint Louis-Sucre, trouver des synergies avec les coopératives locales, investir dans notre outil, rechercher de nouveaux débouchés, rester en veille technologique et se positionner en soutien de l'élevage local ». Un élevage local en déficit fourrager conjoncturel pour passer l'hiver. L'assemblée générale de l'UCDV n'a pas éludé la problématique du moment : peut-on alimenter la méthanisation avec de la pulpe en cette période de vache maigre ? « L'usage énergétique doit toujours passer derrière l'usage alimentation humaine et derrière l'alimentation animale locale », a priorisé Vincent Jean-Baptiste, de la direction biométhane GRDF.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole