Aller au contenu principal

La PépinOuche remonte sur les planches

L'ancien comédien Julien Ramel est devenu pépiniériste et multiplie les initiatives pour se faire connaitre. En 2018, le parisien Julien Ramel achète une propriété à Saint-Laurent-du-Tencement. Depuis, il entame sa seconde saison comme pépiniériste. Il organise même une journée portes ouvertes le 10 juin prochain avec pleins d'animations.

La PépinOuche veut cultiver des plantes comestibles connues et des plus rares
La PépinOuche veut cultiver des plantes comestibles connues et des plus rares
© © DR

De la cour au jardin

Né en 1983 dans les Hauts-de-Seine, Julien Ramel a vécu à Paris jusqu'à l'âge de 11 ans avant de migrer dans la région toulousaine : « à 17 ans, j'ai décidé de remonter à la Capitale pour devenir comédien. Pendant quatre ans, j'ai suivi Le Cours Simon dans la même promotion que Kyan Khojandi, Ambroise Michel ou encore Astrid Berges-Frisley. Puis, comme tous les jeunes comédiens, j'ai commencé les petits boulots et aussi les pièces de théâtre, les courts-métrages, les doublages, les festivals et je me suis laissé tenter aussi par la mise en scène ». En 2016, grâce à des amis qui rachètent un vieux moulin à Orbec (14), « j'ai découvert la Normandie que je ne connaissais absolument pas. Avec un intérêt pour l'écologie et après une jeunesse passée chez mes grands-parents maternels dans la Creuse à faire des cabanes dans les arbres, de la pêche et du vélo dans la nature, alors que ma carrière stagnait, j'ai eu des envies de maraichage » raconte l'ex-comédien. À 35 ans, il s'installe donc sur une propriété de 1,3 hectare « dans un chouette coin, mais très isolé ».

 

Des ressources en commun

Julien Ramel passe ensuite, en 11 mois, un Brevet professionnel REA (Responsable entreprise agricole) au CFA Le Robillard à Saint-Pierre-sur-Dives. Le nouveau maraicher fait alors installer ses serres, dont une de 800 m2 subventionnée par la Région Normandie dans le cadre de l'Agriculture Normande Performante (ANP) : « ce qui m'intéresse, c'est la botanique et faire découvrir des variétés différentes plus particulièrement des comestibles. Alors, je cultive des légumes comme des tomates, des aubergines, des concombres, des salades, etc. Mais aussi, des plantes aromatiques, dont les classiques, le thym, le romarin, la ciboulette, et des moins connues comme le chiso, l'herbe à curry ou le cumin des prés. Je fais aussi quelques plantes médicinales et à l'automne des fruitiers » détaille le pépiniériste. D'ailleurs, pour les arbres et les arbustes, Julien Ramel s'est associé à deux autres pépiniéristes pour fonder l'association Symbiose : « cela permettra d'avoir un site internet en commun, trois points de vente en direct et de trouver des clients types collectivités ».

 

Un arboretum pour recevoir des jeunes

Dans quelques jours, l'arrosage automatique des serres entrera en fonction. La saison sera véritablement lancée et les chalands pourront retrouver Julien Ramel sur les marchés de plein air de L'Aigle (mardi), de Bernay (samedi), de Villers-en-Ouche (dimanche) ou bien encore se rendre sur l'exploitation pour des ventes directes le lundi et le vendredi de 9 h à 18 h : « et pour accueillir plus de monde, notamment des jeunes, je vais planter un arboretum et à terme organiser des ateliers ». En attendant, la seconde édition des portes ouvertes de la PépinOuche aura lieu le samedi 10 juin de 9 h à minuit. Pour l'occasion des animations et des rencontres sont prévues rappelle le jeune maraîcher : « avec la présence des producteurs locaux dont la pépinière de la source de l'Orbiquet, le maraicher Nicolas Léglise, la tricoteuse Véronique Langlois ou la fromagère Réjane Petout. Il y aura aussi des associations comme Les jardins de la Herpinière ou Ô déchets, une conférence autour de la botanique et des animations pour les enfants. Le tout se conclura par un concert du groupe des Fauss'airs ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
La charte a été officiellement signée le 16 avril lors d'un point agricole avec Simon Babre, préfet de l'Eure.
Charte de déontologie des contrôles.
Les agriculteurs ne sont pas des délinquants en puissance, mais ce ressenti est une pression qui pèse sur leurs épaules : comment…
Participez au programme Giverni.

Les bovins sont capables d'acquérir une résistance aux strongles de l'intestin et de la caillette. Peut-on mettre en évidence…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole