Aller au contenu principal

La Normandie devient une terre à cactus 

Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100 % normands. Rencontre.

DPlantes grasses à fleurs, les cactées poussent quasi exclusivement aux États-Unis, au Mexique, au Chili ou encore aux Antilles. Il existe plusieurs centaines d'espèces en six formes différentes dont les plus connues sont ceux des westerns avec leurs bras, les globuleux ou à raquettes qui peuvent aller d'une taille d'un centimètre à près de 20 mètres de haut. Même si les cactus demandent des sols arides, de la lumière et des chaleurs extrêmes, depuis 10 ans, Jessy Charetiers en cultive à Courbépine (près de Bernay). Il vient d'ouvrir la société Cactus de Normandie.

L'école de la patience

À 32 ans, Jessy Charetiers est un jardinier-paysagiste indépendant dans une propriété de trois hectares. Il s'est lancé dans la culture des cactus, "pour deux raisons principales. D'abord, je travaille beaucoup l'aspect minéral dans les jardins de mes clients. Le cactus se marie bien avec la pierre comme plante d'ornement. C'est devenu une passion. De plus, avec le réchauffement climatique, je me suis aperçu qu'ils s'adaptaient vraiment bien à nos contrées. Mais, pas n'importe comment". En effet, pour le producteur, il ne suffit pas d'acheter une plante à l'import et de la planter "même si aujourd'hui, on en trouve de petites tailles partout dans les grandes surfaces, les jardineries et même les magasins de bricolage. Chez moi, je fais pousser des cactus buissons, des couvre-sol, des arbustes. Ils sont 100 % locaux puisqu'ils sont issus de mes reproducteurs de souche française par bouturage ou semis. Car oui, un cactus se taille tous les ans". Après, c'est l'école de la patience. Il faudra attendre une année pour transférer un semis en pot et 5 ans pour qu'une bouture soit commercialisée. C'est pourquoi, Cactus de Normandie comporte en ce moment près d'une centaine d'espèces et plus de 3 000 spécimens "qui sont vendus chez les particuliers, mais aussi auprès de professionnels et des revendeurs. Je peux venir les planter et assurer l'entretien et la taille s'il le faut. En ce moment, je développe aussi une gamme de plantes aquatiques dont des nénuphars et des joncs totalement acclimatés à la Normandie et je peaufine surtout mon projet d'ouvrir un parc à cactus dans la propriété où les visiteurs pourront découvrir toutes les espèces. Cela va demander encore quelques années pour que ce soit à maturité".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole