Aller au contenu principal

La mode des arrêtés anti-phytos.

Après les maires de Langouët et de Saint-Eloi de Fourques, c’est celui de Val-de-Reuil qui a fait parler de lui la semaine dernière en prenant un arrêté anti-phytos.

Marc-Antoine Jamet, le maire de Val-de-Reuil a signé un arrêté interdisant l’usage des pesticides à moins de 150 mètres des habitations.
Marc-Antoine Jamet, le maire de Val-de-Reuil a signé un arrêté interdisant l’usage des pesticides à moins de 150 mètres des habitations.
© WIKIPEDIA

La mode est-elle à la prise d’arrêtés anti-phytos dans l’Eure ? Après Saint-Eloi de Fourques en juillet dernier, c’est Val de-Reuil qui a médiatisé la volonté du maire d’interdire l’utilisation de pesticides à moins de 150 mètres des habitations. « Il s’agit de protéger la santé de tous, mais c’est aussi un marqueur : celui de la nécessité écologique, de l’impératif environnemental » écrit Marc-Antoine Jamet sur son compte twitter. Le 27 août, le jour même où la justice administrative a suspendu celui du maire de Langouët (Ille-et-Vilaine), pris le 18 mai. « Il s’agit effectivement d’un relais de ce qui s’est passé à Langouët» pense Damien Auclair, vice-président de la FNSEA 27.« Il existe une réglementation connue des agriculteurs, elle est contraignante mais respectée et contrôlée. Et au-delà de la réglementation, les agriculteurs sont conscients qu’ils partagent l’espace, qu’il y a plus de promeneurs qu’avant sur les chemins, ils font attention ». Thierry Coudert, préfet de l’Eure, a saisi le tribunal administratif le 30 août « dans la continuité des procédures entreprises à la suite de l’arrêté pris par le maire de Saint-Eloi de Fourques » indique-t-il dans un communiqué. « [J’ai] saisi ce jour le tribunal administratif sur le moyen tiré de l’incompétence du maire en matière de réglementation de l’utilisation de produits phytosanitaires. » Le préfet rappelle que le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume a indiqué le 29 août que l’État souhaitait mettre en place des chartes départementales ou territoriales dans lesquelles les riverains, les élus, sous son autorité, doivent s’accorder sur les zones d’épandage. « A terme, en cas de désaccord, des zones de non traitement pourront être décidées » prévient-il néanmoins. Le 28 août, Christiane Lamberta appelé à la mise en place de solutions « au cas par cas (…) Si on instaure une interdiction de 150 mètres autour des habitations partout en France, c’est 15 % de notre territoire qui risque d’être en sauvagé ». Elle affirme toute fois « croire encore au dialogue ». La présidente de la FNSEA estime en revanche que « le fait que les riverains se posent des questions est normal », au regard de « tout ce qui est dit, y compris de faux, sur les produits phytosanitaires ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Jean Puech d'Alissac.
"JA 76 aura le plaisir d'accueillir les Terres de Jim en 2025

JA 76 a remporté il y a quelques semaines l'organisation des Terres de Jim 2025. Jean Puech revient sur la candidature du…

Six installations plutôt qu’un (des) agrandissement(s).

Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d’une opération foncière inédite…

La section en plein débat.
Section lait FNSEA 27.
Le 22 mars, Benoit Gavelle réunissait les producteurs de lait. Acquis syndicaux, conjoncture, prix du lait en débat. 
Terre de Lin accueille le président Morin.

Hervé Morin a découvert les nombreux domaines d’activité de la coopérative Terre de Lin et sa volonté de soutenir la filière…

Mathieu Poirier et Béatrice Hoogterp (à droite) de l'antenne de Bernay de la Chambre d'agriculture ont animé les débats.
Les GDFA phosphorent pour une agriculture ambitieuse.
Pour la première fois, les 3 GDFA (Groupes de Développement Féminins Agricoles) de l'Eure (Avre & Iton, Pays d'Ouche et…
Dérogation départementale à la durée maximale hebdomadaire du temps de travail.

Le 9 février dernier la FNSEA de l'Eure a sollicité auprès de la Direction Régionale de l'Emploi, du Travail et des…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole