Aller au contenu principal

La ligne de teillage à étoupes permet de vendre les fibres courtes.

La société SA TBL (Teillage Brille Lamerant) est équipée d'une teilleuse à étoupes depuis septembre. La machine permet à la structure de commercialiser en Chine cette partie de la fibre. L'Europe, via la Région Normandie, a subventionné près de 20 % du projet.

La ligne de teillage à étoupes est installée à la linière du Ressault, au Neubourg
La ligne de teillage à étoupes est installée à la linière du Ressault, au Neubourg
© JP

Mardi 1er juin, élus et professionnels ont visité le site du Neubourg.

« Dans le lin, c'est comme dans le cochon, tout est bon », s'amuse Jean-Louis Maurice, président directeur général de la Linière du Ressault. Mardi 1er juin, l'homme guide un groupe d'élus dans les dédales du teillage. Il est accompagné des responsables de la société TBL, le « couple franco-belge » Jean-Paul Brille et Marnix Hanson, qui teille à façon pour la linière. La visite commence par la chaîne de teillage « classique », où sont extraites les fibres longues. La linière en compte trois. « Il reste les étoupes, soit des fibres courtes, et les anas, qui sortent en bout de chaîne. »


Moins de 10 % d'impuretés

Anas et étoupes étaient, jusqu'à il y a encore un an, vendus en Chine où ils étaient triés. Le fil, plus grossier est transformé en linge de maison, tissu d'ameublement. Les anas se retrouvent dans les litières animales, les portes coupe-feu et autres plaques de composites. Le hic, c'est que les Chinois veulent des « étoupes propres », c'est-à-dire sans résidus d'anas. « En juillet 2019, ils ont durci leurs exigences et leur gouvernement refuse les étoupes depuis neuf mois », relate Jean-Paul Brille. Jean-Louis Maurice abonde : « Ils sont nos acheteurs majoritaires. Ils font leur loi ». C'est dans ce contexte que SA TBL a décidé d'investir dans une ligne de teillage à étoupes. La machine, longue d'une soixantaine de mètres, équipée de quatre tambours et quatre secoueurs, étire et secoue les fibres courtes afin de les séparer des anas. « On récupère à la sortie une matière travaillable immédiatement. Un de nos contremaîtres classe les étoupes selon leur qualité, qui définit son prix de vente. L'acheteur valide le classement », décrit Jean-Louis Maurice. La machine a une capacité de 1 500 kg/h. Son coût : 1,2 million d'euros, dont 219 700 Ä pris en charge par l'Europe via la Région Normandie. « Les étoupes, avec moins de 10 % d'impuretés, sont vendues entre 0,5 Ä/kg et 1,10 Ä/kg. Le retour aux liniculteurs sera calculé en fin d'année », avance Jean-Paul Brille.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Alexandre Lhermeroult et son père ont mis trois ans à sortir le bâtiment de terre.
La Ferme des Houlettes mise sur la vente directe.
Patrick et Alexandre Lhermeroult ont ouvert une boucherie-charcuterie pour garantir la qualité de la naissance à l'assiette.
"Je ne pars pas nostalgique, ce n'était pas mieux avant. Des problèmes, il y en a toujours eu, des solutions également", a conclu Alexandre Quillet.
À la CGB Eure : le combat syndical et scientifique continue.
"Stop aux distorsions de concurrence, à la concurrence déloyale et aux importations massives de sucre en provenance d'Ukraine".…
Une consommation de vin en baisse de 2,6 % par rapport à 2022.
Vin : production et consommation mondiales en baisse.
Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production et la consommation de vin…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole