Aller au contenu principal

« La légumineuse a de l’avenir en Normandie. »

Marius Voeltzel est producteur de légumineuses dans le Vexin (Eure) depuis 2018. Il est à l’origine de la marque de lentilles, pois chiches ou huiles Pousses de là, en vente à la ferme et distribuée dans des magasins bio alentours. Membre de l’association Leggo (Légumineuses à graines du grand Ouest), il croit en l’avenir de la lentille normande. Rencontre.

Marius Voeltzel est producteur de légumineuses de printemps dans
le Vexin depuis 2018. Il a créé sa marque Pousses de là, vendue à la
ferme et en magasins spécialisés en agriculture biologique. Semées
au printemps, les lentilles de Marius Voeltzel se récoltent en juillet et
le quinoa et les pois chiche quelques semaines après.
Marius Voeltzel est producteur de légumineuses de printemps dans
le Vexin depuis 2018. Il a créé sa marque Pousses de là, vendue à la
ferme et en magasins spécialisés en agriculture biologique. Semées
au printemps, les lentilles de Marius Voeltzel se récoltent en juillet et
le quinoa et les pois chiche quelques semaines après.
© LA

Quatrième génération à cultiver une terre en plein cœur du Vexin (Eure), Marius Voeltzel a décidé, à son arrivée en 2017, de diversifier l’exploitation familiale avec sa mère Virginie. Une ferme conventionnelle de grandes cultures : blé, orge, betterave, colza, luzerne et lin, « typique du secteur, sourit Marius Voeltzel, 31 ans. Ma mère avait l’impression d’avoir fait le tour. On a donc décidé de se lancer de nouveaux défis et d’effectuer notre conversion en agriculture biologique ».

Une vingtaine d’hectares…

Ils se lancent dans la culture de légumineuses - tout en gardant le colza et le blé - « qui correspond à l’évolution de la société. Elle est source de protéine et on peut la cuisiner à toutes les sauces », partage Marius Voeltzel. En avril 2018 ont lieu les premiers semis : 8 ha de lentilles vertes ; 3 ha de lentilles noires dites « beluga » - semées avec de la cameline, afin de soutenir les tiges et pour ses propriétés antifongiques - 5 ha de pois chiches et 4 ha de quinoa. « La lentille est capable de fixer l’azote atmosphérique du sol et de l’air et elle ne nécessite pas d’apport d’engrais azoté, explique Marius Voeltzel. Culture de printemps, elle permet de diversifier les rotations et de rompre le cycle des bioagresseurs des autres cultures. » Côté météo ? « Il n’y a pas besoin d’irrigation, le climat normand est plutôt propice à la culture de légumineuse et je pense qu’elle a de l’avenir en Normandie », affirme Marius Voeltzel, membre de l’association Leggo.

… transformée sur place

Dans l’un des bâtiments existant de la ferme familiale, Marius Voeltzel installe son atelier de tri pour un montant de 650 K€ : le trieur séparateur ; la table densimétrique trie en fonction du poids ; l’épierreuse retire les cailloux et la trieuse optique permet un travail encore plus précis puisqu’elle « détecte en pixelisant, grâce à des programmes sur mesure, des minuscules bouts de verre, des cailloux… », indique Marius Voeltzel. Les légumineuses sont ensachées sur place et envoyées dans différents points de vente sous la marque Pousses de là, créée par le producteur. « Elles se conservent bien et coûtent peu cher - 370 € environ suivant les coûts de semence - en comparaison avec des protéines », indique-t-il. Le prix à l’achat oscille entre 3,50 et 6 €/kg. Sachant qu’une lentille gagne 2,5 fois son poids après cuisson, « et donc un meilleur prix de revient pour les restaurateurs scolaires notamment ».

 

L’exploitation en chiffres

1929 : création de l’exploitation familiale

2018 : création de la marque Pousses de là

150 ha dont une vingtaine de légumineuses et une dizaine de blé, cultivés par son frère pour ses pâtes bio de la marque Pousses de là

4 UTH dont 1,5 pour la production de légumineuses

15 tonnes de légumineuses, environ, vendues en 2022


La légumineuse en Normandie

En Normandie, la filière légumes secs compterait 66 producteurs et près de 490 hectares, soit un peu moins de 2 % de la production nationale, selon les chiffres des Chambres d’agriculture de Normandie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
La charte a été officiellement signée le 16 avril lors d'un point agricole avec Simon Babre, préfet de l'Eure.
Charte de déontologie des contrôles.
Les agriculteurs ne sont pas des délinquants en puissance, mais ce ressenti est une pression qui pèse sur leurs épaules : comment…
Participez au programme Giverni.

Les bovins sont capables d'acquérir une résistance aux strongles de l'intestin et de la caillette. Peut-on mettre en évidence…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole