Aller au contenu principal

« La légumineuse a de l’avenir en Normandie. »

Marius Voeltzel est producteur de légumineuses dans le Vexin (Eure) depuis 2018. Il est à l’origine de la marque de lentilles, pois chiches ou huiles Pousses de là, en vente à la ferme et distribuée dans des magasins bio alentours. Membre de l’association Leggo (Légumineuses à graines du grand Ouest), il croit en l’avenir de la lentille normande. Rencontre.

Marius Voeltzel est producteur de légumineuses de printemps dans
le Vexin depuis 2018. Il a créé sa marque Pousses de là, vendue à la
ferme et en magasins spécialisés en agriculture biologique. Semées
au printemps, les lentilles de Marius Voeltzel se récoltent en juillet et
le quinoa et les pois chiche quelques semaines après.
Marius Voeltzel est producteur de légumineuses de printemps dans
le Vexin depuis 2018. Il a créé sa marque Pousses de là, vendue à la
ferme et en magasins spécialisés en agriculture biologique. Semées
au printemps, les lentilles de Marius Voeltzel se récoltent en juillet et
le quinoa et les pois chiche quelques semaines après.
© LA

Quatrième génération à cultiver une terre en plein cœur du Vexin (Eure), Marius Voeltzel a décidé, à son arrivée en 2017, de diversifier l’exploitation familiale avec sa mère Virginie. Une ferme conventionnelle de grandes cultures : blé, orge, betterave, colza, luzerne et lin, « typique du secteur, sourit Marius Voeltzel, 31 ans. Ma mère avait l’impression d’avoir fait le tour. On a donc décidé de se lancer de nouveaux défis et d’effectuer notre conversion en agriculture biologique ».

Une vingtaine d’hectares…

Ils se lancent dans la culture de légumineuses - tout en gardant le colza et le blé - « qui correspond à l’évolution de la société. Elle est source de protéine et on peut la cuisiner à toutes les sauces », partage Marius Voeltzel. En avril 2018 ont lieu les premiers semis : 8 ha de lentilles vertes ; 3 ha de lentilles noires dites « beluga » - semées avec de la cameline, afin de soutenir les tiges et pour ses propriétés antifongiques - 5 ha de pois chiches et 4 ha de quinoa. « La lentille est capable de fixer l’azote atmosphérique du sol et de l’air et elle ne nécessite pas d’apport d’engrais azoté, explique Marius Voeltzel. Culture de printemps, elle permet de diversifier les rotations et de rompre le cycle des bioagresseurs des autres cultures. » Côté météo ? « Il n’y a pas besoin d’irrigation, le climat normand est plutôt propice à la culture de légumineuse et je pense qu’elle a de l’avenir en Normandie », affirme Marius Voeltzel, membre de l’association Leggo.

… transformée sur place

Dans l’un des bâtiments existant de la ferme familiale, Marius Voeltzel installe son atelier de tri pour un montant de 650 K€ : le trieur séparateur ; la table densimétrique trie en fonction du poids ; l’épierreuse retire les cailloux et la trieuse optique permet un travail encore plus précis puisqu’elle « détecte en pixelisant, grâce à des programmes sur mesure, des minuscules bouts de verre, des cailloux… », indique Marius Voeltzel. Les légumineuses sont ensachées sur place et envoyées dans différents points de vente sous la marque Pousses de là, créée par le producteur. « Elles se conservent bien et coûtent peu cher - 370 € environ suivant les coûts de semence - en comparaison avec des protéines », indique-t-il. Le prix à l’achat oscille entre 3,50 et 6 €/kg. Sachant qu’une lentille gagne 2,5 fois son poids après cuisson, « et donc un meilleur prix de revient pour les restaurateurs scolaires notamment ».

 

L’exploitation en chiffres

1929 : création de l’exploitation familiale

2018 : création de la marque Pousses de là

150 ha dont une vingtaine de légumineuses et une dizaine de blé, cultivés par son frère pour ses pâtes bio de la marque Pousses de là

4 UTH dont 1,5 pour la production de légumineuses

15 tonnes de légumineuses, environ, vendues en 2022


La légumineuse en Normandie

En Normandie, la filière légumes secs compterait 66 producteurs et près de 490 hectares, soit un peu moins de 2 % de la production nationale, selon les chiffres des Chambres d’agriculture de Normandie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole