Aller au contenu principal

La French Filature de NatUp : un savoir-faire relocalisé.

Début des études de faisabilité en juin 2020, début des travaux en juin 2021, premier fil produit en février 2022 pour une inauguration officielle le 19 septembre dernier... Avec la French Filature, NatUp relocalise dans l'Eure un savoir-faire disparu du territoire national depuis près de 20 ans.

« On ne va pas gêner le marché chinois mais le modèle de consommation est en train de changer », est convaincu Hervé Morin, président de la Région Normandie.
« On ne va pas gêner le marché chinois mais le modèle de consommation est en train de changer », est convaincu Hervé Morin, président de la Région Normandie.
© TG

« Nous offrons le chainon manquant à l'industrie textile française ». Dans son propos introductif, Karim Behlouli (directeur NatUp Fibres) s'est fait l'écho de la volonté affichée par l'Etat de réindustrialiser l'Hexagone. Simon Babre (préfet de l'Eure) a saisi la balle au bond pour évoquer le plan Stratégie France 2030 et la contribution de la BPI (Banque Publique d'Investissement) à hauteur de 1 Me dans cet investissement total de 4,4 Me auquel a participé également la Région (1 Me). « Il faut relocaliser sur notre territoire des parts de valeur ajoutée », a conclu le représentant de l'Etat. Une volonté partagée par Patrick Aps (directeur général de NatUp) insistant sur les notions de « territoire, filière et valeur ajoutée. Ce projet cochait toutes les cases de notre entreprise ». Un projet non pas abouti, mais le début d'une aventure industrielle en devenir. « Le marché de masse permet au marché de niche d'exister. Le lin normand existera demain », pronostique Jean-Charles Deschamps (président de NatUp). Il existe déjà d'ailleurs avec une sole régionale qui a doublé en 10 ans, mais une filière contrainte de se faire filer ou tisser ailleurs. Avec la French Filature, c'est désormais du 100 % français, voire du quasiment 100 % normand. Une relocalisation qui va dans l'air du temps. « Le modèle de consommation est en train de changer, constate Hervé Morin (président de Région). Il faut faire l'OPEP du lin pour être en capacité d'assurer la matière première à l'émergence de la filière ».

 

250 TONNES DE FIL

L'engouement est bien réel, mais il convient de relativiser les chiffres. Ce n'est pour l'instant que l'équivalent de 200 ha de lin qui vont passer dans les mailles de l'outil. Un outil d'une capacité nominale de 250 t de fil par an, soit l'équivalent de 1,25 million de chemises, 750 000 pantalons de yoga ou bien encore de 300 000 draps de lit sans parler de la première paire de chaussettes en lin normand qui a été présentée en avant-première, le 19 septembre, à St-Martin-du-Tilleul. D'autres projets sont déjà en test. Le lin n'est pas la seule fibre naturelle cultivable en Normandie. Le chanvre a également le vent en poupe. Une première tonne a été réceptionnée. Elle sera peignée, préparée et filée à la French Filature. A suivre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole