Aller au contenu principal

La FNSEA met la pression sur le futur Gouvernement.

Le 26 avril, dans une conférence de presse, la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, a dressé le portrait du futur ministre de l’Agriculture et esquissé les dossiers que le syndicat majoritaire souhaite lui soumettre rapidement.

© ISTOCK-LEGNA69

Avant même que le Gouvernement ne soit officialisé, la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert souhaite que le futur ministre de l’Agriculture détienne un portefeuille « de plein exercice » avec sous son autorité, « l’alimentation, l’agroalimentaire, la forêt et la ruralité ». Rappelant le « manifeste pour les ruralités vivantes » qu’elle avait présenté en décembre dernier et qui rassemble aujourd’hui une quarantaine de partenaires, la présidente de la FNSEA a estimé que le travail du secrétaire d’Etat, Joël Giraud, aurait pu être plus visible s’il avait été rattaché à Julien Denormandie. A l’image de ce dernier, Christiane Lambert souhaite que le futur ministre soit aussi « solide, engagé, qu’il connaisse ses sujets et qu’il ne soit pas treizième dans la liste protocolaire ». Ceci pour donner de l’importance à la souveraineté alimentaire et au travail de la chaine agroalimentaire. Sur l’idée émise par le candidat Emmanuel Macron de nommer un Premier ministre en charge de la planification écologique, Christiane Lambert rappelle que c’est une « annonce de campagne » et qu’elle « n’a que peu de détails sur ce qu’il veut mettre derrière » ce terme. « Puis c’est une autre que celle de la personnalité à qui sera confiée cette charge », a-t-elle ajouté, demandant que le futur locataire de Matignon ait « une approche pragmatique et non pas idéologique, qu’il n’oppose pas agriculture et écologie ».

 

LA REMUNERATION, PRINCIPALE PREOCCUPATION

Quel qu’il soit, le futur ministre de l’Agriculture devra d’une part faire aboutir et appliquer les clauses miroirs en Europe «  afin de stopper les importations distorses » et d’autre part « repositionner Farm to Fork (FtoF) », a déclaré Christiane Lambert. Dans les deux cas, le prochain ministre de l’Agriculture ne disposera que de peu de temps puisque la présidence française de l’Union européenne se termine le 30 juin. Sur le volet FtoF, celle qui est également présidente du COPA entend mettre sur le même niveau l’acte de production et la protection de l’environnement. « Nous pouvons produire plus et mieux avec moins d’impacts », notamment grâce à la troisième révolution agricole qui s’appuie sur la robotique, la génétique et le numérique. A ce titre, la FNSEA souhaite que le Varenne de l’eau « débouche sur des décisions concrètes », grâce à la nomination d’un délégué interministériel (lire encadré). Elle sera également très vigilante sur l’application de la loi Egalim 2 qui pose toujours des problèmes avec certains représentants de la grande distribution lors des comités de suivi des négociations commerciales (lire encadré). « Que le Gouvernement ne cède pas même si je mesure que c’est parfois compliqué », a insisté Christiane Lambert pour qui la rémunération reste « la préoccupation principale des agriculteurs ». La syndicaliste reste également attentive à l’annonce faite par Emmanuel Macron d’une grande loi d’orientation et d’avenir pour assurer le renouvellement des générations, la formation et l’installation des jeunes agriculteurs. « Elle sera indispensable pour connaître le type d’installations qui dessinera le futur agricole français. Cette loi pourrait inclure un volet foncier très attendu de la profession. Il l’a déjà promis deux fois. On verra bien si la troisième est la bonne », a lâché la présidente du syndicat.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
La charte a été officiellement signée le 16 avril lors d'un point agricole avec Simon Babre, préfet de l'Eure.
Charte de déontologie des contrôles.
Les agriculteurs ne sont pas des délinquants en puissance, mais ce ressenti est une pression qui pèse sur leurs épaules : comment…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole