Aller au contenu principal

La FNSEA et JA appellent au strict respect des lois Egalim.

Le jeudi 11 décembre au matin, l’ensemble des acteurs de la chaîne alimentaire étaient rassemblés pour la deuxième réunion du Comité de suivi des relations commerciales, qui s’est tenue sous l’égide de Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture, et de Roland Lescure, ministre délégué en charge de l’industrie.

La FNSEA et Jeunes Agriculteurs s’alarment des conclusions de cette réunion qui montrent de réelles remises en cause des dispositions des lois Egalim, et qui ouvrent la voie à une nouvelle fragilisation des revenus des agriculteurs.

UNE MANQUE DE SÉRÉNITÉ
En effet, ce Comité a révélé un retard significatif dans la conclusion des contrats entre fournisseurs et distributeurs, et souligné un manque de sérénité dans les négociations, notamment en raison d’une pression tarifaire à la baisse de la part de la grande distribution. Cette pression se concentre principalement sur le prix de la matière première agricole (MPA).
Cette situation est inacceptable alors que les coûts de production, particulièrement en matière d’énergie et de salaires, ont augmenté de 3,6 % en 2023 selon l’INSEE. Pour FNSEA et Jeunes Agriculteurs, ceci est une atteinte manifeste à la sanctuarisation de la MPA établie par la loi Egalim et au principe fondamental de construction du prix en marche avant.
La FNSEA et Jeunes Agriculteurs attirent aussi l’attention sur la situation des marques de distributeur (MDD), qui dépassent un tiers de l’offre de la grande distribution. La tendance à l’expansion des MDD, en particulier en entrée de gamme, ne doit pas favoriser une préférence pour les produits importés.
Sans action corrective forte et rapide, ces orientations néfastes auront des conséquences directes sur la pérennité des exploitations agricoles françaises et la souveraineté alimentaire de la France.

UNE APPLICATION SANS COMPROMIS
C’est pourquoi la FNSEA et Jeunes Agriculteurs appellent à l’application sans compromis des dispositions des lois Egalim : il est essentiel que la sanctuarisation de la MPA soit respectée dans toutes les négociations pour garantir l’intégration complète des hausses de coûts de production dans les prix de tous les produits commercialisés en France. Cela doit également être le cas pour les produits achetés via des centrales situées à l’étranger.
La FNSEA et Jeunes Agriculteurs appellent également à la mise en œuvre de tous les moyens de contrôle et de sanction existants pour sauvegarder le principe essentiel de la construction du prix en marche avant. C’est la seule voie pour assurer aux agriculteurs un revenu décent, qui leur permettra de relever le défi de la souveraineté alimentaire dans un contexte de planification écologique.
Nous comptons sur les résultats de la mission d’audit confiée à l’Inspection Générale des Finances (IGF) par le ministre Bruno Le Maire, à la demande de la profession, pour objectiver les impacts de ces négociations.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole