Aller au contenu principal

La ferme euroise sous surveillance renforcée.

Chambre d'agriculture, FNSEA 27 et JA ont signé, vendredi dernier, une convention avec la Gendarmerie. Objectif : faire circuler de façon ascendante et descendante l'information pour une meilleure efficacité dans la lutte contre la malveillance que subissent les exploitations agricoles.

© Th. Guillemot

La convention signéeau printemps dernier avec le SDIS pour lutter contre les incendies a fait un petit. Vendredi dernier, à l'occasion de sa session, la Chambre d'agriculture, avec à ses côtés la FNSEA 27 et JA, ont paraphé avec la Gendarmerie Nationale un nouveau document.
Dans le viseur de ce nouveau dispositif qui se veut préventif : la lutte contre la malveillance agricole, versus atteinte à la personne ou au matériel. « Le maître mot : l'échange d'informations grâce à un maillage de proximité de part et d'autre », a insisté Amaury Levesque (présidentde la FNSEA 27).
Si le nombre de faits recensés (50 à date) est plutôt en baisse, cette préoccupation reste majeure avec par exemple des vols de carburant et de GPS (en filière organisée, direction les pays de l'est) très pénalisants  financièrement mais aussi dans le fonctionnement au quotidien des exploitations. Le Colonel Emmanuel Gros invite donc chacun à faire remonter toute information susceptible d'intéresser la Gendarmerie même si aucune plainte n'a été déposée. « Il existe des référents dans tous les cantons pour échanger de façon ascendante ou descendante en direct et en temps réel ».
Les enquêtes sont parfois longues et leur aboutissement est parfois le résultat d'une masse d'information collectée et dans le temps et un large espace géographique. Autre volet du dispositif : « le diagnostic de sécurité pour rendre la tâche des délinquants plus difficile »,a complété le Colonel Gros.
Auparavant, élus et invités ont balayé l'actualité agricole. L'occasion pour Gilles Lievens (président de la CA 27) d'interpeller l'Etat « sur les conditions très compliquées pour les travaux d'automne. Des semis ne pourront pas se faire, des modifications d'assolement sont à prévoir ». Message reçu par l'administration qui a apporté des éléments de réponse sur d'autres dossiers comme le paiement PAC (3 300 dossiers soit 300 de moins que l'an dernier) ou le retournement des prairies soumis désormais à autorisation. Parallèlement, la ferme euroise doit s'attendre à des demandes de remise en herbe mais aucun chiffre départemental n'est encore disponible.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole