Aller au contenu principal

La ferme du Gros Caillou renaît grâce au circuit-court.

Le président de la Région Normandie, Hervé Morin, est venu visiter la ferme du Gros Caillou à Vannecrocq et prôner le circuit-court et l’implantation locale.

Marc-Antoine Rabel a détaillé le fonctionnement des casiers
en accès libre.
Marc-Antoine Rabel a détaillé le fonctionnement des casiers
en accès libre.
© F. Durand

En 2019, Marc-Antoine Rabel, avec son épouse médecin-généraliste et leurs enfants, étaient de retour sur leur terre avec la volonté de reprendre la ferme familiale de Vannecrocq, en sommeil depuis trente ans. L’ingénieur manager, après une expérience professionnelle dans le cabinet d’audit financier KPMG élève maintenant sur cinq hectares des porcs, récolte des oeufs, transforme les pommes en jus de fruits, en pétillant, en cidre et bientôt s’occupera de moutons. « Toujours dans une volonté de traçabilité », déclare-t-il. L’agriculteur est aussi intéressé par la transformation de ses produits et a choisi une distribution par vente directe sur l’exploitation. Ainsi, il a ouvert une boutique et surtout propose des automates avec une soixantaine de casiers réfrigérés ouverts 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Un espace de vente ouvert à d’autres producteurs pour les produits laitiers, les fruits rouges, les volailles, etc. « Ils ne sont pas à plus de 23 kilomètres d’ici », spécifie Marc-Antoine Rabel. Avec un bel espace de stationnement, il a aussi accepté d’accueillir un distributeur automatique de pains cuits sur place, géré par Nicolas Lepenant de Pont-Audemer. Une petite boulangerie qui remporte son petit succès puisque 90 baguettes partent déjà par jour.

 

HERVÉ MORIN FAIT SES COURSES

Bien sûr, c’est son fief. Hervé Morin fut le maire du village voisin d’Épaignes de 1995 à 2016. Mais, pour l’ancien ministre de La Défense aujourd’hui président de la Région Normandie, la visite du jeudi 12 novembre fut d’abord l’occasion de découvrir toutes les installations avec toujours le même engouement qui le caractérise. D’ailleurs, il a acheté un pain et quelques tranches de pâté. L’élu a surtout affirmé « trouver cela formidable ! Notamment la diversification des activités, celles des nouvelles filières et des circuits-courts ». Il a rappelé qu’en 5 ans, sur les 30 000 exploitations en Normandie, la collectivité est intervenue sur près de 20 000 par des aides au développement : « à chaque fois, on s’aperçoit que ça marche. Que cela correspond à la demande des consommateurs et des évolutions des tendances, car il y a une transformation fondamentale aujourd’hui ! Il faut produire en s’adressent à eux ». Hervé Morin a aussi indiqué que ce marché est créateur d’emploi et de dynamisme local.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole