Aller au contenu principal

La famille Lerdu a planté seize hectares de bambou alimentaire.

En coopération avec la société italienne Onlymoso, l’exploitation euroise veut développer la filière du cœur de bambou et du bois.

Rodolphe et Baptiste Lerdu ont planté seize hectares de bambou alimentaire.
Rodolphe et Baptiste Lerdu ont planté seize hectares de bambou alimentaire.
© FD

Rodolphe et Baptiste Lerdu ont rejoint depuis peu l’exploitation familiale à Thil-en-Vexin (près de Gisors). Fondée il y a quatre générations, sur 230 hectares, ils cultivent du blé, du lin, des betteraves, du colza, des pommes de terre, des pois « et quand je suis revenu, j’ai développé dans un premier temps le projet Asperges. Avec mon frère Baptiste, il y a quatre ans, nous avons aussi lancé celui du bambou alimentaire sur six hectares. C’est innovant avec un aspect économique intéressant », explique Rodolphe. Depuis quelques semaines, dix hectares supplémentaires ont été plantés.

 

AU CŒUR D’UNE NOUVELLE FILIERE

La fratrie découvre la société italienne Onlymoso sur internet : « c’est une entreprise qui se développe en France. Elle exploite déjà plusieurs centaines d’hectares en Italie, en Espagne et au Portugal. Elle nous a proposé un contrat pour cultiver du bambou alimentaire. Il va pousser pendant six ou sept ans pour atteindre plus de quinze mètres de haut afin d’avoir une bambouseraie. Ensuite, au printemps, nous récolterons manuellement les jeunes pousses pour le marché du cœur de bambou prisé par les asiatiques et en octobre, nous pourrons tailler le bois pour l’ameublement, la construction, pour concevoir des vêtements, entrer dans des cosmétiques ou encore pour les bioplastiques dont des couverts et des assiettes. C’est une plante innovante », poursuit l’agriculteur. Bien entendu, la transformation ne se fera pas sur site, « car c’est une filière qui va être mise en place dans les années à venir. Pour le moment, nous recevons une avance sur récolte et à partir de 2024, un crédit carbone à l’hectare en fonction de la qualité de la bambouseraie. Sur ce terrain, il n’y aura plus de rotation à cause des rhizomes. D’ailleurs pour éviter sa propagation dans les champs voisins, nous avons creusé des fossés de 60 centimètres de profondeur. Finalement, c’est une plante qui demande peu d’entretien. Beaucoup d’eau à la plantation par un système d’arrosage au goutte à goutte, de l’engrais une fois par an et du nettoyage au pied. Nous sommes vraiment contents de participer à l’implantation de cette culture », poursuit Baptiste.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Alexandre Lhermeroult et son père ont mis trois ans à sortir le bâtiment de terre.
La Ferme des Houlettes mise sur la vente directe.
Patrick et Alexandre Lhermeroult ont ouvert une boucherie-charcuterie pour garantir la qualité de la naissance à l'assiette.
Une consommation de vin en baisse de 2,6 % par rapport à 2022.
Vin : production et consommation mondiales en baisse.
Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production et la consommation de vin…
"Je ne pars pas nostalgique, ce n'était pas mieux avant. Des problèmes, il y en a toujours eu, des solutions également", a conclu Alexandre Quillet.
À la CGB Eure : le combat syndical et scientifique continue.
"Stop aux distorsions de concurrence, à la concurrence déloyale et aux importations massives de sucre en provenance d'Ukraine".…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole