Aller au contenu principal

La conjoncture laitière toujours marquée par la crise du Covid-19.

Alors que la collecte européenne et nationale est toujours dynamique, les marchés restent tiraillés et dépendent des débouchés. Si la vente en GMS poursuit sa croissance sur le lait liquide, le beurre et la crème, la fermeture de la grande majorité de la restauration hors foyer pénalise les autres segments et surtout les fromages à la coupe.

Les cotations de produits industriels à mi mai
2020, en France.
Les cotations de produits industriels à mi mai
2020, en France.
© CRIEL NORMANDIE LAIT

La collecte européenne a maintenu son dynamisme sur l’ensemble du premier trimestre (+ 1,1 % en mars et + 1,4 % sur trois mois). Au mois de mars, la hausse de collecte s’est ralentie en Allemagne (+ 0,5 %) et en France (+ 0,6 %), tandis qu’elle reste soutenue aux Pays-Bas, en Pologne et en Irlande. La collecte est en baisse au Royaume-Uni (- 1,7 % en mars).

La situation pourrait se dégrader en avril avec des épisodes de sécheresse observés en Europe et des incitations à une limitation de la production de la part de certains opérateurs. Le prix moyen du lait payé à la ferme en mars est resté stable en Allemagne, mais a chuté au Royaume-Uni, en Pologne, et aux Pays-Bas. La Commission européenne a validé la mise en place de mesures d’aide au stockage privé pour les fromages, le beurre et la poudre de lait écrémé. Au 18 mai, les demandes d’aide au stockage recensées au niveau européen totalisent 24 000 tonnes de beurre, 3 400 tonnes de poudre de lait écrémé, et 34 400 tonnes de fromages. L’Espagne, l’Irlande, l’Italie et le Royaume-Uni ont déjà consommé leurs allocations nationales.

 

CONJONCTURE FRANÇAISE

La collecte française montre une croissance moins marquée sur le mois de mars (+ 0,6 % par rapport à mars 2019), en raison d’une baisse de collecte dans les bassins de production du Grand Ouest (- 0,7 %) et de la Normandie (- 0,1 %). La collecte nationale est en hausse de 1 % sur l’ensemble du premier trimestre. La crise du Covid-19 et l’instauration de mesures de confinementont fortement perturbé les débouchés commerciaux. Dans ce contexte, le CNIEL a mis en place, avec l’accord de la Commission Européenne, un dispositif d’incitation financière à la limitation de production sur le mois d’avril afin d’atténuer le pic de collecte saisonnier et d’éviter à la filière de jeter du lait. Le sondage hebdomadaire de FranceAgriMer indique une collecte stable en avril par rapport à l’année dernière. Après une forte baisse des prix des produits industriels, ceux-ci semblent s’être stabilisés sur les dernières semaines. Les cours de la poudre de lait écrémé se maintiennent légèrement au-dessus de 1 900 € /t, ce qui reste proche du niveau du prix d’intervention (1 698 €/t). La cotation des nouveaux contrats de beurre se maintient égalementdébut mai autour de 2 700 € /t.Les cours de la poudre de lait entier repartent à la hausse depuis 3 semaines (+ 250 € /t à 2 730 € /t), tout comme ceux de la poudre de lactosérum (700 € /t à date, contre 640 € /t il y a 4 semaines.

Les débouchés des produits laitiers français sont perturbés et connaissent, suivant les circuits, des situations hétérogènes. D’un côté, la consommation est en forte hausse en grande distribution. Les ventes ont bondi à partir de la semaine précédant le début du confinement pour toutes les grandes catégories de produits laitiers : de très fortes hausses ont été enregistrées pour le lait liquide, le beurre et la crème. La hausse est plus modérée pour l’ultra-frais et les fromages en libre-service. De l’autre côté, les ventes sont en nette baisse sur les circuits traditionnels (crémiers-fromagers et marchés) et en vente à la coupe (avec un impact important pour les filières de fromages AOP). La fermeture de la grande majorité de la restauration commerciale et collective pénalise aussi les ventes de certains fromages. Les prix de vente au consommateur sont relativement stables sur 1 an, avec un léger recul en avril par rapport au début d’année : la baisse est peu significative, sauf pour le beurre (- 0,6 points) et les fromages (- 0,7 points). Le prix du lait standard conventionnel de FranceAgriMer (38 g / l MG et 32 g / l MP) s’établit à 329 €/1 000 l, se rapprochant du prix allemand qui est de 326 €/1 000 l en mars.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole