Aller au contenu principal

Julien Denormandie à l’écoute de la profession.

En visite dans l’Eure, le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, a accordé une heure d’entretien à la profession agricole, vendredi matin au Plessis-Hébert.

Echanges constructifs avec la chambre d’agriculture de
Normandie et les représentants de la FNSEA 27 et des
Jeunes Agriculteurs, sur l’état des filières dans l’Eure, la continuité d’activité pendant la crise et le volet agricole de France Relance.
Echanges constructifs avec la chambre d’agriculture de
Normandie et les représentants de la FNSEA 27 et des
Jeunes Agriculteurs, sur l’état des filières dans l’Eure, la continuité d’activité pendant la crise et le volet agricole de France Relance.
© DR.

Fabrice Moulard, président de la FNSEA 27, Victor Delavoipière, co-présidentdes Jeunes Agriculteurs 27 et Gilles Lievens, président de la chambre d’agriculture de l’Eure, ont pu aborder avec le ministre de l’Agriculture en visite sur une ferme du Plessis-Hébert, les dossiers qui leur tenaient à coeur et qui préoccupent les agriculteurs. Le choix du canton de Pacy-sur-Eure a permis de mettre en lumière les difficultés rencontrées sur ce secteur où les terres sont hétérogènes avec une moisson 2020 décevante. « Il y a eu des résultats à 50 quintaux/ha ; si on apprécie la décision d’exonération de la TFNB, on a rappelé au ministre les enjeux autour du travail sur l’assurance récolte ». Une éventuelle redistribution des aides PAC inquiète la profession, les DPB étant essentiels sur un secteur comme celui de Pacy.

De même, avec le dérèglement climatique, se pose la question de l’importance de l’eau et de la nécessité de l’irrigation dans certains coins du département. Le ministre se montrant à l’écoute, Victor Delavoipière et Denis Phiquepron, des JA27, sont revenus sur les zones de non-traitement, car l’incompréhension demeure sur cette décision. « Remettons la science au coeur du débat », insiste Fabrice Moulard. Les élus attendent les conclusions de l’Anses sur ce point. Ils dénoncent un phénomène médiatique et souhaite qu’on « revienne au pragmatisme ».

C’est aussi valable pour l’interdiction du glyphosate, ou de néonicotinoïdes. « On se retrouve dans des impasses et avec les betteraves, on a vu l’impact que ça peut avoir », souligne Amaury Levesque, secrétaire général de la FNSEA 27.

 

ALERTER LE MINISTRE

La proximité du Plessis-Hébert avec la ferme d’Houlbec-Cocherel où des recours sont déposés par des riverains pour s’opposer au développement de l’exploitation laitière, a été l’occasion pour laprofession d’alerter le ministresur ce point également. « La question des abattoirs pour aider les éleveurs en circuit-court a été mentionné », ajoutent Gilles Lievens et Jean-Marie Lenfant, de la chambre d’agriculture. « Sa prise de position sur les néonicotinoïdes prouve qu’il veut repositionner la science dans le débat », note Fabrice Moulard. Les élus aimeraient que ce soit le ministère de la Santé qui se positionne sur ces questions, plutôt que le ministère de l’Environnement. D’autres sujets, comme le plan protéines, la souveraineté alimentaire, l’agribashing ont été abordés.

Concernant le confinement, « les agriculteurs ont tenu bon pendant le premier, mais pour le second, c’est plus compliqué ». Gilles Lievens souligne ainsi que les agriculteurs ont « une épée de Damoclès au-dessus de la tête concernant Noël ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole