Aller au contenu principal

Jeunes bergers normands, en route vers le salon de l’agriculture

La finale normande des Ovinpiades s’est tenue le 31 janvier à Rouge-Perriers chez Françoise Prévost.

© L.GEFFROY

Valentin Vigneron et Pierre Lefebvre, du Lycée agricole d’Yvetot (76), sont les gagnants de la finale régionale des Ovinpiades des jeunes bergers qui a eu lieu le 31 janvier à Rouge-Perriers. Ils iront en finale nationale à Paris, lors salon international de l’agriculture le 23 février. La compétition était rude sur l’exploitation de Françoise Prevost pour avoir l’honneur de représenter la région Normandie. Les 50 candidats venaient de six établissements. Ce concours organisé chaque année est une invitation pour les jeunes des lycées à découvrir le métier d’éleveur ovin, au travers de gestes concrets et d’échanges avec des éleveurs. Victime de son succès, il permet à des milliers d’élèves en France de manipuler des brebis et de seprojeter dans cette productionque souvent, ils connaissent peu.

DES ÉPREUVES PRATIQUESET THÉORIQUES

La finale normande est superviséepar un jury composé d’enseignants, d’éleveurs et de techniciens, à l’initiative des organisations professionnelles locales. Les candidats sont âgés de 16 à 24 ans et ils incarnent l’espoir de l’élevage ovin. Le concours est constitué de six épreuves pratiques : trier les brebis avec un smartphone, apprécier la santé d’une brebis, manipuler et évaluer l’état corporel, parer les onglons, évaluer l’état d’engraissement des agneaux, choisir un bélier qualifié. En plus, il y a deux épreuves théoriques : un quizz et une épreuve de reconnaissance des races. Ce challenge organisé par Interbev, l’enseignement agricole et le programme inn’ovin, a pour but de susciter des vocations ovines chez les jeunes. Au cours de la prochaine décennie, 61 % des éleveurs de brebis allaitantes partiront à la retraite. Pour assurer le renouvellement des générations et le maintien de la production, c’est 10 000 éleveurs qu’il faudrait installer. Grâce à cet évènement médiatique, la filière souligne les atouts de la production: une PAC favorable, un bon maintien des prix, unedemande en viande d’agneau supérieure à l’offre, un retour sur investissement plus rapide que dans d’autres filières.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole