Aller au contenu principal

Jeunes bergers normands, en route vers le salon de l’agriculture

La finale normande des Ovinpiades s’est tenue le 31 janvier à Rouge-Perriers chez Françoise Prévost.

© L.GEFFROY

Valentin Vigneron et Pierre Lefebvre, du Lycée agricole d’Yvetot (76), sont les gagnants de la finale régionale des Ovinpiades des jeunes bergers qui a eu lieu le 31 janvier à Rouge-Perriers. Ils iront en finale nationale à Paris, lors salon international de l’agriculture le 23 février. La compétition était rude sur l’exploitation de Françoise Prevost pour avoir l’honneur de représenter la région Normandie. Les 50 candidats venaient de six établissements. Ce concours organisé chaque année est une invitation pour les jeunes des lycées à découvrir le métier d’éleveur ovin, au travers de gestes concrets et d’échanges avec des éleveurs. Victime de son succès, il permet à des milliers d’élèves en France de manipuler des brebis et de seprojeter dans cette productionque souvent, ils connaissent peu.

DES ÉPREUVES PRATIQUESET THÉORIQUES

La finale normande est superviséepar un jury composé d’enseignants, d’éleveurs et de techniciens, à l’initiative des organisations professionnelles locales. Les candidats sont âgés de 16 à 24 ans et ils incarnent l’espoir de l’élevage ovin. Le concours est constitué de six épreuves pratiques : trier les brebis avec un smartphone, apprécier la santé d’une brebis, manipuler et évaluer l’état corporel, parer les onglons, évaluer l’état d’engraissement des agneaux, choisir un bélier qualifié. En plus, il y a deux épreuves théoriques : un quizz et une épreuve de reconnaissance des races. Ce challenge organisé par Interbev, l’enseignement agricole et le programme inn’ovin, a pour but de susciter des vocations ovines chez les jeunes. Au cours de la prochaine décennie, 61 % des éleveurs de brebis allaitantes partiront à la retraite. Pour assurer le renouvellement des générations et le maintien de la production, c’est 10 000 éleveurs qu’il faudrait installer. Grâce à cet évènement médiatique, la filière souligne les atouts de la production: une PAC favorable, un bon maintien des prix, unedemande en viande d’agneau supérieure à l’offre, un retour sur investissement plus rapide que dans d’autres filières.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
La charte a été officiellement signée le 16 avril lors d'un point agricole avec Simon Babre, préfet de l'Eure.
Charte de déontologie des contrôles.
Les agriculteurs ne sont pas des délinquants en puissance, mais ce ressenti est une pression qui pèse sur leurs épaules : comment…
Participez au programme Giverni.

Les bovins sont capables d'acquérir une résistance aux strongles de l'intestin et de la caillette. Peut-on mettre en évidence…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole