Aller au contenu principal

Jeunes Agriculteurs 27 : rencontre avec Denis Phiquepron, céréalier investi.

Agriculteur au sud d’Évreux, Denis Phiquepron mène sa barque avec confiance et calme. En parallèle de son activité de céréalier, il est co-président des Jeunes agriculteurs de l’Eure. Un rôle apprécié et très prenant pour le trentenaire.

Denis Phiquepron, 33 ans, est céréalier. Il s’est installé en cadre familial sur le plateau de Damville en 2016
Denis Phiquepron, 33 ans, est céréalier. Il s’est installé en cadre familial sur le plateau de Damville en 2016
© L.M.

Depuis mars 2022, il est le nouveau co-président des Jeunes Agriculteurs de l’Eure (JA 27) : Denis Phiquepron est installé à Chambois (ancienne commune de Thomer-la-Sôgne), au sud d’Évreux. Investi pour le département et l’agriculture locale, l’exploitant de 33 ans ne se voyait pas faire autre chose que cultiver des céréales sur les terres de ses ancêtres. Rencontre.

 

POURSUITE FAMILIALE

Lorsque l’on met les pieds sur l’exploitation de Denis Phiquepron, à Thomer-la-Sôgne, l’esprit familial se fait tout de suite ressentir. Alors que l’agriculteur de 33 ans est parti livrer du foin non loin de là, la maman s’affaire dans le potager attelé à la maison principale, tandis que le papa arpente les allés d’un œil avisé. Au fond se dessine la bâtisse d’origine, toute de briques parées, qui accueillait jadis les grands-parents paternels. C’est dans ce cadre que Denis a grandi. Un endroit qu’il n’a finalement jamais vraiment quitté. Pour ses études, l’Eurois choisit tout naturellement de s’orienter vers un bac Sciences et technologies de l’agronomie et de l’environnement (STAE) au lycée Édouard de Chambray, à seulement trente minutes du foyer parental. « Je suis revenu assez vite sur la ferme. J’avais la fibre végétale. J’étais de retour tous les mercredis de Chambray, où j’étais interne, pour aider », se remémore-t-il. Il poursuit avec un BTS Analyse, conduite et stratégie de l’entreprise agricole (ACSEA) qu’il n’obtient finalement pas, ce qui ne l’empêche pas de faire en parallèle un CS machinisme au Neubourg. Le timing parfait puisqu’à la fin de ses études, le salarié de son père prenait sa retraite. Une place dont il s’est tout de suite emparé avec motivation et détermination. « On essaye tous de faire la chose pour laquelle on est le plus doué », explique-t-il. Une aventure dans le salariat qu’il conduit pendant près de sept ans avant la reprise des parts sociales à quasi 100 % de l’exploitation familiale et l’installation officielle en 2016.

 

LA FIBRE VEGETALE, DE PERE EN FILS

Denis Phiquepron le martèle : « je suis resté dans la conduite classique menée par mon père […] je travaille avec les mêmes personnes ». Le trentenaire ne se voyait pas faire autre chose que d’être céréalier. Lui qui ne se dit « pas éleveur pour un rond », se plaît dans les champs. « J’ai une grosse dominante céréales et un peu de cultures industrielles avec le colza et le lin (environ 30 %) […] C’est une exploitation typique du plateau de Damville-Saint-André. » Jadis, la ferme initiée par son grand-père, qu’il décrit comme « une exploitation d’après-guerre classique », était en polyculture élevage avec des vaches laitières. Son père décide finalement de la passer en conduite 100 % végétale et d’abattre l’ancienne étable. Aujourd’hui, Denis perpétue l’assolement et détient 240 ha de surfaces céréales oléo-protéagineuses (Scop). Il a monté en parallèle une SARL pour des prestations de services. « J’essaye de suivre l’évolution : mettre moins de phytos, recourir davantage aux nouvelles technologies telles que les GPS, histoire de nous faciliter la vie au quotidien. » S’il vient en aide régulièrement auprès du cousin de son père – et réciproquement –, Denis Phiquepron aime à se dire qu’il « fonctionne en autonomie ». Il lui arrive toutefois d’embaucher un saisonnier lors des moissons, des déchaumages et des semis et ils ont investi dans une moissonneuse à deux avec son grand cousin, installé à une dizaine de kilomètres seulement.

 

PERPETUER TOUT EN MODERNISANT

Ce qui tient particulièrement à cœur au jeune agriculteur, c’est d’optimiser son temps et trouver un bon équilibre. Alors qu’il arrive en fin de parcours installation, – « j’ai touché mon solde début juin », s’exclame-t-il à ce propos – il revient sur les multiples projets déjà menés : depuis 2016, Denis n’a eu de cesse de se simplifier le travail quotidien notamment côté rangement des machines afin que « de se dégager plus de temps libre. » Il a également aménagé les bâtiments de stockage en passant de cellules à un rangement à plat et il a investi dans un tout nouveau local phytos en 2017 « pour remplacer l’ancienne installation qui était vétuste. » Dernière modernisation en date : l’achat de cuves verticales pour stocker l’azote liquide. « J’ai essayé de faire quelque chose qui soit dans les normes des années à venir », remarque-t-il. Avec leur double paroi et une reprise par le haut, « normalement c’est tip top ! ». Au final, 80 % de ses céréales partent à l’export (avec le groupe Soufflet).

 

L’ENGAGEMENT JA

En parallèle de son activité professionnelle, Denis Phiquepron est engagé auprès des JA du département depuis son installation en 2016. « Cela s’est fait par affinités, via des voisins et des anciens copains de lycée, se remémore-t-il, l’idée c’était ne pas rester enfermer dans ma ferme. S’il n’y avait pas ça, je ferais autre chose. » Très rapidement, après seulement six mois d’adhésion, on lui confie un poste à responsabilités : « j’ai remplacé le président du canton du sud-est. J’ai enchaîné deux mandats de deux ans. Suite à ça, j’ai fait deux ans en tant que trésorier départemental […]. Je me suis vite passionné pour prendre des responsabilités. Quand on est simple adhérent, je trouve que l’on tourne vite en rond. » Un engagement qu’il poursuit toujours plus puisque, depuis mars 2022, il est le nouveau co-président du syndicat départemental. Une activité qui lui prend en moyenne deux jours par semaine. « On participe et on est au courant de plus de choses. Ça ouvre plus de portes ! », reconnaît-il avec enthousiasme. Denis Phiquepron aime particulièrement travailler aux opérations de communication positive et « fédérer, discuter ensemble et défendre notre métier. » Mais plus que tout, il entend former la nouvelle génération des JA… Même si ces derniers lui rappellent inexorablement le temps qui s’écoule : « quand on fait une assemblée générale et qu’il y a certains jeunes qui n’ont même pas connu la coupe du monde de 98, ça fout un peu une claque », s’amuse-t-il.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Jean Puech d'Alissac.
"JA 76 aura le plaisir d'accueillir les Terres de Jim en 2025

JA 76 a remporté il y a quelques semaines l'organisation des Terres de Jim 2025. Jean Puech revient sur la candidature du…

Six installations plutôt qu’un (des) agrandissement(s).

Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d’une opération foncière inédite…

La section en plein débat.
Section lait FNSEA 27.
Le 22 mars, Benoit Gavelle réunissait les producteurs de lait. Acquis syndicaux, conjoncture, prix du lait en débat. 
Terre de Lin accueille le président Morin.

Hervé Morin a découvert les nombreux domaines d’activité de la coopérative Terre de Lin et sa volonté de soutenir la filière…

Mathieu Poirier et Béatrice Hoogterp (à droite) de l'antenne de Bernay de la Chambre d'agriculture ont animé les débats.
Les GDFA phosphorent pour une agriculture ambitieuse.
Pour la première fois, les 3 GDFA (Groupes de Développement Féminins Agricoles) de l'Eure (Avre & Iton, Pays d'Ouche et…
Dérogation départementale à la durée maximale hebdomadaire du temps de travail.

Le 9 février dernier la FNSEA de l'Eure a sollicité auprès de la Direction Régionale de l'Emploi, du Travail et des…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole