Aller au contenu principal

Forum céréalier Normandie : bas carbone, haut intérêt.

« Le diagnostic carbone avec l'accompagnement de ma coopérative, première étape avant le HVE, m'a permis de voir un peu plus loin. Il faut faire de ces contraintes une force ». Geoffrey de Weber, adhérent Nat'Up et agriculteur dans l'Eure, a témoigné de son expérience lors du forum Céréalier Normandie organisé par la FRSEA et l'AGPB, le 17 février dernier, à Guichainville.

Philippe Heusèle (AGPB) et Amaury Levesque (FNSEA 27) : « il faut aborder le marché du carbone de façon volontaire et comme un plus mais sans perdre de vue la nécessité de rester compétitif »
Philippe Heusèle (AGPB) et Amaury Levesque (FNSEA 27) : « il faut aborder le marché du carbone de façon volontaire et comme un plus mais sans perdre de vue la nécessité de rester compétitif »
© TG

« Un bonus supplémentaire de 10 000 e sur 5 ans soit 2 000 e/an ». Voilà ce que pourrait rapporter une labélisation bas carbone. Pas de quoi révolutionner le revenu des agriculteurs. « De l'argent de poche » voire même une opération blanche si l'on met en face un coût ou, à fortiori, si elle signifie produire moins. Pour autant, il ne s'agit pas de mettre un coup de pied dans la fourmilière bas carbone en devenir mais de s'emparer du dossier. « Il ne faut pas créer de l'anxiété mais de la dynamique. Face à ce dossier, tout agriculteur peut se sentir seul et perdu, reconnait Philippe Heusèle (agriculteur en Seine-et-Marne et secrétaire général de l'AGPB). Il faut faire un travail d'explication pour poser les enjeux, mettre une valeur autour d'un cahier des charges. Le label bas carbone doit concilier le produire plus et le produire mieux. Il peut constituer un enjeu de débouché pour accéder aux marchés de demain. C'est aussi une grosse carte à jouer pour éviter le divorce avec nos concitoyens ».

 

LES PREMIERS EUROS EN COLZA

Ce marché du carbone est en pleine ébullition avec une galaxie d'acteurs et d'outils au sein de laquelle il faudra peut-être mettre un peu d'ordre et un zeste de bon sens paysan. Les premiers euros sont déjà tombés dans le porte-monnaie de quelques producteurs de colza mais beaucoup de champs du possible sont encore à explorer. « C'est un dossier récent puisqu'il ne date que de 2020, explique Aurélie Oliviero (responsable valorisation des démarches agroécologiques chez Nat'Up). Nous souhaitons sensibiliser un maximum d'adhérents sur le sujet. Ça ne va pas révolutionner le revenu des agriculteurs mais, à moyen terme, nous espérons aller chercher des euros sur des contrats particuliers. Par ailleurs, dès le mois prochain, nous allons lancer la digitalisation ce qui va permettre de simplifier les démarches ».

Geoffrey de Weber (adhérent Nat'Up et agriculteur dans l'Eure) a essuyé les plâtres en 2021 avec pour motivation de dresser un état des lieux. « Modulation de dose, atelier ovin, diversité des cultures (...), telle est ma stratégie d'entreprise avec des projets qui se sont intégrés dans la démarche bas carbone, témoigne-t-il. Ces projets (implantation de luzerne, réduction d'azote...) sont devenus des leviers qui m'ont conforté. Au bout de trois campagnes, je vais voir où j'en suis et ce que je pourrai faire de plus ».

Chez Sevépi, on met également du coeur à l'ouvrage. « Certains adhérents se manifestent alors nous communiquons sur le sujet mais il faut se doter de capacités humaines pour construire quelque chose. C'est une grosse charge de travail, tempère Pierre-Baptiste Baron (responsable agroenvironnement et innovation chez Sevépi). Et d'ajouter : nos acheteurs de matière nous parlent beaucoup de produits neutres en carbone mais peu de compensations financières futures. Ils ne sont pas prêts à cela pour le moment. Peut-être s'agira-t-il à terme plus d'une condition d'accès à un marché que d'une revalorisation du prix payé au producteur ».

Quoiqu'il en soit, chacun s'accorde à privilégier les démarches de proximité. « Le marché du carbone est naissant. Il faut rendre visible l'agriculture et structurer la filière, synthétise Philippe Heusèle. La neutralité en 2050 est un sujet devenu majeur avec des impacts positifs et négatifs. L'enjeu est de faire reconnaitre le stockage de carbone par l'agriculture mais aussi la réduction d'émission par l'UE. C'est aussi en produisant plus qu'on peut trouver des solutions ». Dans la boîte à outils de la profession, France CARBON AGRI, une association qui se décline en région dont la Normandie et qui se veut interlocuteur privilégié des porteurs de projets locaux et nationaux en agrégeant des collectifs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole