Aller au contenu principal

Foncier : le GFA une solution d’avenir ?

Le 28 septembre 2023, les présidents des sections départementales des fermiers et métayers se sont retrouvés pour évoquer de multiples sujets comme le Groupement foncier agricole (GFA), l’indice de fermage ou encore le PLOAA, ceci sous la présidence de Sébastien Delafosse.

Tous les ans, les présidents départementaux des Fermiers et métayers se retrouvent pour faire le point sur l’actualité et les problématiques locales.
Tous les ans, les présidents départementaux des Fermiers et métayers se retrouvent pour faire le point sur l’actualité et les problématiques locales.
© DR.

Tous les ans, les présidents des sections départementales des fermiers et métayers de la FNSEA ont pour habitude de se retrouver à la rentrée. Ce fut chose faite le 28 septembre 2023 au sein des locaux de la FNSEA à Paris, sous la présidence de Sébastien Delafosse. L’occasion pour les 70 présidents présents de faire le tour de l’actualité et remonter les problématiques locales.

 

FACILITER L’INSTALLATION DES JEUNES

Plus précisément, la SNFM a planché principalement sur le Groupement foncier agricole (GFA), un sujet important qui pourrait être un outil déployé dans le cadre du portage de foncier en vue « de faciliter l’installation et la transmission », précise Sébastien Delafosse. Les départements de la Marne et de l’Ain ont partagé leur expérience notamment leur gestion du foncier avec leurs fermiers. Créé en 1970, il s’en compte désormais 28 répartis sur 2 550 ha, qui protègent le fermier et le foncier agricole. Des investisseurs extérieurs qui s’associent pour acheter et louer du foncier à un fermier semblent être un bon compromis d’entraide entre investisseurs et fermiers. « Le groupement acquiert alors les terres pour le compte du fermier en place qui ne peut acheter seul. Il peut également être sollicité pour faciliter l’installation d’un jeune », explique Antoine Bertin, de la Marne. « C’est un thème important pour l’avenir de nos jeunes, évoqué dans le Pacte et la loi d’orientation et d’avenir agricole (PLOAA). Il nous faut trouver des solutions pour leur venir en aide. Il nous semble plus opportun pour les futurs installés d’investir dans leur outil de production que dans le foncier pour que leur outil soit viable économique et vivable », ajoute-t-il. Et la SNFM dénonce l’absence des problématiques du foncier dans le PLOAA.

 

LISSER L’INDICE DU FERMAGE

L’indice de fermage a également été abordé. La dernière variation de l’indice national du fermage était de + 5,63 %. Cette augmentation est la résultante de la hausse du RBEA (revenu brut d’exploitation agricole) de l’année passée et des bons résultats agricoles. De manière à réduire les variations, la SNFM préconise « un tunnel » et ainsi tendre vers un lissage des taux trop hauts certaines années, et difficilement absorbables pour les fermiers.

 

VIGILANCE SUR L’AGRIVOLTAÏSME

La SNFM reste aussi vigilante quant au développement des projets agrivoltaïques sur l’ensemble du territoire et travaille à la sécurisation du fermier sur les terres par l’intermédiaire d’un bail « agrivoltaïque ».

Pour répondre à la demande sociétale, nous n’avons d’autres choix que de faire de la production au sol. « Bien sûr, il est facile de poser des panneaux au sol sur des terres agricoles, et, heureusement, la loi impose une production agricole dessous. Mais sécuriser le fermier en place qui a un bail répondant aux obligations du statut du fermage est impératif », indique le président national. « Il nous faudra trouver une solution pour protéger le fermier, à faire entendre notre voix pour faire respecter le statut du fermage », poursuit-il. « C’est ainsi qu’on trouvera un équilibre entre production alimentaire et production d’énergie sur nos territoires », ajoute-t-il.

 

CONGRES NATIONAL

Le 76e congrès national de la SNFM se tiendra donc les mercredi 31 janvier et jeudi 1er février 2024 en Seine-Maritime. Il sera précédé de la traditionnelle commission viticole et cultures pérennes le 30 janvier.

Le thème de la table ronde portera sur « le bail cessible : une opportunité ».  Si le thème a déjà été abordé, il s’agit de trouver les solutions pour le rendre « attractif », conclut Sébastien Delafosse.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Les membres de la FNSEA 27 en visite à l'Assemblée Nationale.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 délocalisé à Paris.
Le conseil d'administration de la FNSEA 27 a débuté son déplacement à Paris par la visite de l'Assemblée nationale.
Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Le cru 2024-2026 du conseil d'administration JA 27. "Une jeune équipe ambitieuse qui prend place", tels ont été les premiers mots de son nouveau président Romain Loiseau, installé depuis 2020 dans le Pays d'Ouche (volaille label, pomme et vache allaitante).
JA 27 : la nouvelle équipe dans les starting-blocks.
Romain Loiseau est le nouveau président de JA 27. Il succède aux deux coprésidents Christophe Chopin et Denis Phiquepron.…
Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole