Aller au contenu principal

FCO : la vaccination recommandée des bovins et ovins.

Depuis août 2023, une nouvelle souche du sérotype 8 de la FCO circule dans le sud du Massif Central. Par ailleurs dans le nord de l'Europe, principalement aux Pays-Bas, plus de 4 000 foyers de FCO sérotype 3 ont été confirmés.  Face à cette situation de probable tenaille aux beaux jours, la vaccination des animaux contre la FCO sérotype 8, en particulier du cheptel souche, est fortement recommandée pour protéger les élevages.

© GDMA

Pourquoi vacciner ?

La nouvelle souche de FCO sérotype 8 provoque des signes cliniques plus graves que la souche « historique ». Elle touche les élevages bovins et ovins et peut entraîner la mort d'animaux adultes. Ainsi, à l'automne, elle a provoqué une épizootie importante avec plus de 1 500 foyers. Elle s'est propagée rapidement dans plusieurs régions françaises (cf carte).

Pour mémoire, la FCO est une maladie virale vectorielle. C'est-à-dire que la maladie est diffusée par les piqûres de moucherons, les culicoïdes, de ruminants à ruminants. Cette particularité fait craindre une propagation marquée avec les températures printanières clémentes. De plus, il n'existe pas de traitement spécifique. Seule la vaccination constitue un moyen de parade efficace. La lutte contre les moucherons revêt aussi un intérêt. En diminuant la population de moucherons par la désinsectisation (voir tableau) on diminue le risque de piqûres donc de contaminations. Par ailleurs les culicoïdes sont aussi les vecteurs de la maladie hémorragique épizootique (MHE) et du sérotype 3 de la FCO. Dans ces deux cas, il n'existe pas de vaccin à ce jour et seule la désinsectisation est possible. La vaccination contre le sérotype 8 permet de limiter le risque d'infections simultanées ou d'infections successives qui démultiplieraient l'impact sanitaire. Il convient donc de vacciner le cheptel souche, contre le sérotype 8, dès que possible (avant que les vecteurs ne redeviennent actifs.

Comment vacciner ?

La vaccination est volontaire et deux modalités sont possibles :

L'éleveur peut réaliser lui-même la vaccination si celle-ci n'a pas besoin d'être certifiée ;

Si la vaccination doit être certifiée (notamment pour les échanges européens et les exports), elle doit obligatoirement être réalisée par un vétérinaire sanitaire.

Protocole : En primo-vaccination, il faut une ou deux injections à trois-quatre semaines d'intervalle suivant les vaccins utilisés et l'espèce. En rappel annuel, une injection apporte une couverture immédiate. Le rappel se fait tous les ans. Les animaux peuvent être vaccinés à partir de 2-3 mois suivant le vaccin. La période la plus propice doit être définie avec son vétérinaire, il est recommandé d'éviter les périodes de mise à la reproduction ou le dernier tiers de gestation. Le vaccin est disponible chez son vétérinaire traitant.

Afin de protéger au mieux les élevages de la FCO, la vaccination est le meilleur outil. Il sera idéalement complété par la désinsectisation et le travail sur l'immunité générale du cheptel qui outre la protection contre la FCO permettront de limiter les atteintes de la MHE.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Céline Lefevres entourée de son ancien et nouveau président. "La qualité du binôme président-directrice est fondamentale pour faire grandir l'entreprise en toute sérénité", insistent de concert Patrick Pottier et Gilles Lancelin.
AS 27 : Patrick Pottier passe le flambeau à Gilles Lancelin.
En cette année olympique, Patrick Pottier, président d'AS 27 (Accompagnement Stratégie Eure) depuis 2013, a passé le 11 …
C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Plus de 3 000 cactus poussent sur l'exploitation de Jessy Charetiers.
La Normandie devient une terre à cactus 
Jessy Charetiers, jardinier-paysagiste indépendant installé à Courbépine (Eure), cultive plus de 3 000 cactus 100…
Des évolutions sur la fiscalité du foncier sont attendues.
Fiscalité et agrivoltaïsme au menu des propriétaires ruraux.
La fiscalité du foncier agricole et le cadre de développement de l'agrivoltaïque étaient à l'ordre du jour de la section…
De g. à d. : Céline Collet, Gaëlle Guyomard, Jean-François Chauveau, Gilles Picard, Guillaume Burel, Denis Letellier, Vincent Leborgne sont prêts à accueillir tout le monde le 16 mai à Beuzevillette.
L'édition MécaLive Ouest 2024 le 16 mai à Beuzevillette.
Un programme riche et varié d'ateliers attend les visiteurs tandis que plus de 80 exposants, 70 marques de matériels et des…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole