Aller au contenu principal

Faut-il traiter le matin, le soir ou la nuit ?

Pour répondre à cette question, il faut s’intéresser à trois critères : le mode d’action du produit appliqué, la période de l’année et l’absence de vent.

© JC GUTNER

En pulvérisation, tout est une question d’hygrométrie : quels que soient le produit et le volume de bouillie appliqués, il faut viser l’hygrométrie maximale pour limiter les pertes de produit par volatilisation. Et les bonnes conditions d’hygrométrie commencent à partir de 60 %, ce qui est souvent le cas le matin et le soir.

 

PRÉFÉRER LE MATIN POUR APPLIQUER LES PRODUITS RACINAIRES OU DE CONTACT

Dans le cas des produits racinaires (qui pénètrent par les racines) et des produits de contact (qui agissent là où ils tombent), l’hygrométrie de l’air n’agit pas directement sur leur efficacité. Ils peuvent donc être appliqués aussi bien le matin que le soir. Mais comme tout traitement doit être par ailleurs réalisé en l’absence de vent, il sera préférable de traiter le matin, période où le vent est généralement moins présent qu’en soirée.

Pour les produits systémiques, le raisonnement est un peu différent car l’hygrométrie est un facteur important de leur efficacité : ils doivent pénétrer dans la plante pour agir. Pour cela, ils doivent traverser la cuticule des feuilles.

 

LES PRODUITS SYSTÉMIQUES ONT BESOIN D’HYGROMÉTRIE ÉLEVÉE POUR AGIR

Cette membrane cireuse est une barrière naturelle qui permet aux plantes de conserver leur humidité. En temps normal, elle est très comprimée et donc imperméable. Le seul moment où le produit peut la traverser, c’est lorsqu’elle est dilatée. Cet état intervient lorsque la plante bénéficie de conditions « poussantes », c’est-à-dire lorsque l’hygrométrie est élevée (> 70 %) et les températures douces (> 7°C). En sortie d’hiver, ces conditions peuvent être remplies durant toute la journée. Peu importe alors que le traitement soit effectué le matin, en pleine journée ou le soir, pourvu qu’il n’y ait pas de vent. C’est notamment le cas pour les sulfonylurées appliquées dès février. Durant les mois de mai et juin, les conditions d’hygrométrie sont généralement réunies le matin et le soir. Mais en soirée, la plante est encore sous l’effet du stress thermique de la journée. Elle n’est donc pas réceptive aux produits. Il est donc recommandé d’appliquer les produits systémiques en fin de nuit ou en matinée à cette période de l’année. Certains adjuvants ont des effets humectants ou hygroscopiques, c’est-à-dire qu’ils limitent la dessication des gouttes. C’est le cas des adjuvants à base de sulfate d’ammonium. Ils peuvent être utiles les années sèches pour renforcer l’efficacité d’un produit. Mais en aucun cas ils ne permettent de s’affranchir des bonnes conditions d’hygrométrie.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

ALEXANDRE RASSAËRT, président du Département de l’Eure

 Les agriculteurs ne font pas que parler d’écologie, ils la pratiquent 

A…

Reprendre la main sur les autorités indépendantes.

Anses, OFB, Agences de l’Eau (…)« Il faut reprendre la main sur les autorités indépendantes, les mettre sous contrôle…

Prix du lait : les bons et les mauvais élèves.
Retour sur la tournée régionale de la FNPL en région Normandie.

Le 8 février dernier, la Fédération nationale des Producteurs de Lait (FNPL) est venue échanger avec les éleveurs de la…

FNSEA et JA ciblent aussi l’Office français de la biodiversité (OFB), accusé de porter l’effort sur la verbalisation des agriculteurs plutôt que de développer leurs autres missions
Crise agricole : 100 propositions de la FNSEA.
Alors que le mouvement de contestation agricole touche plus de 85 départements français, la FNSEA et JA ont fait part, le 24…
Désherber son colza en secteur à enjeu eau.

Implantée pendant près de 10 mois en terre, la réussite de la culture du colza passe par une bonne implantation, en limitant…

Dans le verger. "Notre modèle bio, qui nous est propre, semble fonctionner parce que nous sommes dans une grande ville", insiste avec prudence Jennifer et Aurélien Thibaux.
Circuits courts : réponse partielle aux interrogations.
Services de l'Etat, Département et Chambre d'agriculture, après avoir déjeuné à la cantine de l'école primaire Paul Eluard de…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole