Aller au contenu principal

Excès d'eau hivernal, quelle conduite adopter ?

Depuis cet automne, les cumuls de pluie sont très élevés perturbant l'implantation des céréales sur toute la région Normandie, particulièrement en Seine-Maritime et à l'ouest du Calvados.

Dans l'Eure, les cumuls atteignent 300 mm de pluie entre le 1er octobre et fin janvier, soit +20 à +30 % que la médiane pluriannuelle, alors qu'ils dépassent 400 mm dans le 14 et le 76, voire plus de 500 mm dans certains secteurs du 76. Les températures sont très douces depuis décembre et 2020 se positionne proche de 2018 avec des cumuls de pluie et de températures largement supérieurs à la moyenne. Les semis se sont étalés sur une plus longue période entraînant une hétérogénéité de développement. Ceux réalisés en bonnes conditions début octobre sont aujourd'hui très développés. La deuxième vague fin octobre /début novembre a été réalisée en mauvaises conditions sur sols humides ou battants, et a subi de forts cumuls de pluie juste derrière les implantations. Pour ces situations, des pertes de pieds ou des symptômes de phytotoxicité peuvent s'observer parfois de manière marquée. Malgré tout, grâce aux températures très douces, on peut être aujourd'hui surpris du bon rattrapage de ces parcelles. Certaines parcelles ennoyées ou replaquées présentent des retards de développement importants avec ponctuellement des pertes de pieds en bordure maritime. Pour l'instant, les simulations de stade au 10 février prévoient l'arrivée du stade épi 1 cm plutôt en avance : entre 10 et 20 mars pour les semis de début octobre, autour du 20 mars pour ceux de fin octobre et fin mars pour ceux de novembre. Les semis très tardifs en mauvaises conditions pourront s'étaler encore plus fortement. Il faut s'attendre à une grande variabilité de stades pour les parcelles, selon la qualité des implantations ou les cumuls d'eau rencontrés.

 

DÉSHERBER AVANT DE FERTILISER

Ces décalages de dates ont toutefois l'avantage de réduire la pression ravageurs et adventices. Toutes les parcelles n'ont pas pu être désherbées à l'automne, mais les implantations retardées et le retour forcé au travail du sol devraient contre balancer cet effet (excepté pour les semis avant le 15/10 dans les parcelles historiquement infestées). Pour les parcelles qui n'ont pu être traitées à l'automne avec des populations résistantes aux sulfonylurées, l'utilisation de type racinaire peut s'envisager, si le stade de la culture n'est pas trop avancé. Le risque de phytotoxicité existe, mais n'est pas plus élevé qu'à l'automne. Pour les parcelles avec population sensible, intervenir le plus tôt possible dès que les conditions seront satisfaisantes même si des températures négatives sont annoncées. Et surtout, ne pas fertiliser avant de désherber, au risque que l'azote bénéficie en premier aux adventices. La conduite des apports azotés doit être adaptée aux situations en tenant compte des fournitures du sol et du développement des parcelles. Compte-tenu des fortes pluviométries, le lessivage a pu être important, particulièrement sur les sols les plus superficiels.

Mais d'un autre côté, la douceur de la fin d'hiver a pu permettre une minéralisation en surface. Les premiers retours montrent qu'il a effectivement un peu plus d'azote disponible en surface que d'habitude. Il sera donc important de réaliser un reliquat sortie d'hiver. Les conditions difficiles d'enracinement doivent inciter à fractionner le plus possible (stratégie en 3 ou 4 apports). Pour les semis précoces bien développés, les parcelles sont en plein tallage et l'état de croissance est bon, il n'y a pas d'urgence pour les premiers apports azotés. Il sera toutefois prudent d'apporter de l'azote avant la fin du tallage, compte tenu du lessivage potentiel de l'année. Pour les semis plus tardifs, il faudra éviter toute carence précoce, tout en évitant des doses trop élevées. Pour les parcelles ayant souffert de l'excès d'eau présentant un retard de stade important, il sera nécessaire d'accompagner la culture. L'utilisation d'outil de pilotage pour réévaluer les besoins en fin de cycle sera évidemment pertinente.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

Jean Puech d'Alissac.
"JA 76 aura le plaisir d'accueillir les Terres de Jim en 2025

JA 76 a remporté il y a quelques semaines l'organisation des Terres de Jim 2025. Jean Puech revient sur la candidature du…

Six installations plutôt qu’un (des) agrandissement(s).

Safer et JA Normandie ont réuni, samedi dernier à Petit-Caux près de Dieppe (76), les acteurs d’une opération foncière inédite…

La section en plein débat.
Section lait FNSEA 27.
Le 22 mars, Benoit Gavelle réunissait les producteurs de lait. Acquis syndicaux, conjoncture, prix du lait en débat. 
Mathieu Poirier et Béatrice Hoogterp (à droite) de l'antenne de Bernay de la Chambre d'agriculture ont animé les débats.
Les GDFA phosphorent pour une agriculture ambitieuse.
Pour la première fois, les 3 GDFA (Groupes de Développement Féminins Agricoles) de l'Eure (Avre & Iton, Pays d'Ouche et…
Terre de Lin accueille le président Morin.

Hervé Morin a découvert les nombreux domaines d’activité de la coopérative Terre de Lin et sa volonté de soutenir la filière…

Gestion des aides : calendrier administratif.
PAC 2024 : deuxième année d'application de la nouvelle PAC.
Continuité de 2023, avec des dérogations sur la conditionnalité des aides.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole