Aller au contenu principal

Entretien des haies : bonnes et mauvaises pratiques.

La haie est au carrefour de multiples enjeux : agronomie, climat, carbone, eau, biodiversité, paysage. Voici quelques points de repère concernant les pratiques d’entretien.

Les débroussailleuses à rotor présentent le plus faible
coût horaire d’utilisation, mais elles doivent intervenir plus
fréquemment que les lamiers ou sécateurs.
Les débroussailleuses à rotor présentent le plus faible
coût horaire d’utilisation, mais elles doivent intervenir plus
fréquemment que les lamiers ou sécateurs.
© L. VIMOND

L’entretien de la haie souffre d’un manque de débouché pour le bois. Les interventions principales sont le débroussaillage et la taille pour la contenir. La mécanisation offre des solutions intéressantes.

 

UN MANQUE DE DÉBOUCHÉS BOIS RETARDE LES COUPES ET OBLIGE LES TAILLES

La principale difficulté de l’entretien des haies vient du manque de débouchés à la production de bois et du manque de moyens qui en résulte sur la main d’oeuvre dans les exploitations. La perte de compétences et la dangerosité du bucheronnage ont aussi entrainé des changements dans les pratiques ces dernières années. Les haies étaient autrefois entre tenues par des coupes fréquentes de bois. Aujourd’hui, ces dernières sont souvent retardées et les opérations de maintien par tailles sont prédominantes.

 

LA MÉCANISATION, UNE SOLUTION ADAPTÉE

La mécanisation est ainsi quasi obligatoire en taille et en coupe de bois. Une solution adaptée dans la mesure où elle permet de maintenir des haies en place tout en s’approchant de la qualité de l’entretien sélectif dit « manuel ». En revanche, si elle entraine des dégradations difficilement réversibles à moyen terme, la mécanisation conduit à une détérioration de la production de bois et de la protection climatiques des parcelles. L’usage des débrousailleuses pour le pied de haie est parfait. En élevage, un bon positionnement des clôtures permet de limiter ce débroussaillage. La prise en compte des dates de reproduction de la faune sauvage dans le calendrier de travaux est aussi une bonne pratique.

 

UTILISER DES OUTILS COUPANTS ADAPTÉS AU DIAMÈTRE DES BRANCHES ET RÉCOLTER LES HAIES

Il faut bien prendre en compte les essences et les diamètres du bois à tailler et utiliser le matériel adapté afin que le bois soit coupé avec des sections franches. Certaines essences d’arbre ne peuvent pas être entretenues comme des arbustes. Si la taille est mal réalisée, la haie se dégrade ; ce qui entraine soit sa destruction, soit des coûts supplémentaires. Si l’essencene correspond pas à la haie recherchée, il est possible d’enchanger.

L’entretien idéal passe par la coupe de récolte de bois. L’opération donne des productions valorisables soit en auto consommation soit en vente. La coupe des arbres, la transformation du bois, le stockage du produit peuvent être mécanisés et externalisés afin de « soulager » l’exploitant. La haie se régénère et les tailles couteuses sont limitées. L’entretien se concentre sur la gestion des clôtures et le débroussaillage avec les outils déjà disponibles sur les exploitations.

 

INTÉRÊT DU TAILLIS SOUS FUTAIE ET DE LA TRONÇONNEUSE

Pour les haies hautes, une bonne pratique consiste à laisser à chacune un espace flexible tel qu’une largeur variable en fonction de son âge. La taille peut se réaliser avec un outil coupant type lamier, il faut que les diamètres des branches à couper fassent au minimum 3 cm. Il permet d’espacer les passages, ici la qualité rejoint l’économie.

La comparaison des itinéraires d’entretien pratiqués, montre que ce sont les haies récoltées qui se régénèrent bien et sont « économiques », et à ce double titre se maintiennent durablement. Dans ce cas la pratique du taillis sous futaie, au vu des productions de bois qu’elle génère est intéressante, tant en terme économique (Volume et qualité du bois) qu’en qualité (multifonction).

L’usage de la tronçonneuse est aussi adapté. Par contre? la technique d’exécution est importante pour la sécurité des hommes et pour le rendement du chantier. Les chantiers bien ordonnés sont plus rentables. L’entretien « taille haie » peut même être supprimé ou réduit à un seul passage entre deux coupes de bois.

Pour la coupe au pied, le sécateur hydraulique ou cisaille est le système le plus répandu en Normandie. Selon les équipements, la pression de coupe et sur la souche peut provoquer des arrachages de souches et des décollements de cernes sur le bois. Dans ce cas une reprise rapide à la tronçonneuse sera nécessaire. La technique coupe à raz de souche est aujourd’hui reconnue pour favoriser la régénération de certaines essences dans le taillis, sinon à terme c’est la capacité de la haie à produire du bois qui sera pénalisée.

Grâce à la mécanisation des économies et des solutions techniques existent pour maintenir les haies. Tous les outils de taille et de coupe préconisent des options d’équipement pour les diamètres de branches à tailler. Pour aller encore plus loin en agroforesterie et obtenir des haies et des arbres de qualité, certaines interventions sélectives et manuelles sont incontournables.Un plan de gestion à la demande de l’exploitant peut le préciser. Le « fruit » de ces pratiques se concrétise par une régénération naturelle et une augmentation de la biomasse et de la qualité du bois qu’il faudra bien valoriser.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout l'Eure Agricole.

Les plus lus

C'est parti pour le festival Agricult'Eure en Folie.
Toute l'équipe de Jeunes Agriculteurs de l'Eure est heureuse de vous annoncer la seconde édition du festival " Agricult'Eure en…
Le non-respect de l'interdiction de taille entraîne une réduction de 3 % sur le montant des aides de la PAC.
Haies : regards sur la complexité réglementaire.
La gestion des haies devient un véritable défi pour les agriculteurs, confrontés à une réglementation complexe tant au niveau…
Alexandre Lhermeroult et son père ont mis trois ans à sortir le bâtiment de terre.
La Ferme des Houlettes mise sur la vente directe.
Patrick et Alexandre Lhermeroult ont ouvert une boucherie-charcuterie pour garantir la qualité de la naissance à l'assiette.
"Je ne pars pas nostalgique, ce n'était pas mieux avant. Des problèmes, il y en a toujours eu, des solutions également", a conclu Alexandre Quillet.
À la CGB Eure : le combat syndical et scientifique continue.
"Stop aux distorsions de concurrence, à la concurrence déloyale et aux importations massives de sucre en provenance d'Ukraine".…
Une consommation de vin en baisse de 2,6 % par rapport à 2022.
Vin : production et consommation mondiales en baisse.
Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), la production et la consommation de vin…
L'arrivée du convoi allemand en gare de Pacy-sur-Eure. Dans quelques minutes, ce sera un combat acharné contre les Américains.
Testé pour vous : un train de la libération.
L'association CFVE (Chemin de fer de la Vallée de l'Eure) proposait ce week-end une immersion dans un train de la libération au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 175€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site l'Eure Agricole
Consultez le journal l'Eure Agricole au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters du journal de l'Eure Agricole